Dieu n’est pas comme on le pense : il est parfait (1/3)

Tu aimes être mis au défi ? Par cette série de 3 articles, j’aimerais mettre au défi la conception que tu as de Dieu. Peu importe que l’on soit croyant ou athée, agnostique ou en recherche, nous avons tous des a priori sur Dieu. Sans même croire que Dieu existe, nous pensons que s’il existait, il devrait être de telle manière ou de telle autre. Dans ces articles, mon but n’est donc pas de te convaincre de l’existence de Dieu, mais plutôt de t’amener à réaliser comment est le Dieu que la Bible présente – bien loin des a priori et des préjugés que l’on pourrait avoir.

Pour mettre au défi cette perception que nous avons de Dieu, il faut réaliser 3 choses que la Bible nous enseigne à propos de Dieu : Dieu est parfait, Dieu est juste, et Dieu est amour. C’est ce que nous verrons dans ces 3 articles.

Dieu est parfait

« Tes yeux sont trop purs pour voir le mal (…) » – Habakuk 1.13

Quand on parle de perfection, on sait que l’on n’est pas en train de parler des êtres humains, n’est-ce pas ? Nous savons que nous ne devrions pas faire certaines choses que nous faisons. Et nous ne faisons pas toujours le bien que nous devrions faire. Si donc nous sommes honnêtes et que nous examinons nos vies, nous arriverons bien vite arriver à la conclusion que nous n’atteignons pas la perfection. En fait, nous en sommes même bien éloignés. Après tout, nous le disons bien : « Personne n’est parfait ! »

Cependant, Dieu, lui, est parfait. Il ne commet ni faute, ni impair, ni transgression, ni crime. Il est le critère même de la perfection, la définition même du bien. Il est entièrement pur, comme une source d’eau de laquelle il ne sortirait que du bon.

C’est pour cela que notre imperfection est un problème face à Dieu. En fait, le problème n’est pas simplement que nous sommes imparfaits, mais plutôt que nous sommes si loin de la perfection. La Bible nous dévoile la réalité du cœur humain, en enseignant que nous sommes tous pécheurs (Romains 3.23). Cela signifie que nous avons tous transgressé ce que Dieu attendait de nous, vivant notre vie en suivant les désirs de notre cœur.

Lorsque nous sommes mis face à notre culpabilité, nous voulons très vite nous en débarrasser, et nous nous comparons aux autres. « Moi, pécheur ? Je n’ai tué personne – je ne suis pas aussi mauvais qu’Hitler ! Ok, je ne suis pas aussi bon que Mère Thérésa, mais quand même… » Nous voulons créer une échelle, avec ceux qui sont le moins acceptables aux yeux de Dieu en bas, et ceux qui sont le plus acceptables aux yeux de Dieu en haut. Et nous, nous nous trouvons un peu au-dessus du milieu – pas parfaits, mais quand même en train d’essayer de faire du mieux que nous pouvons.

Cependant, cette comparaison n’a pas de sens. Oui, ce qu’a fait Hitler est terrible – et il sera jugé pour cela. Chacun sera jugé en fonction des actes qu’il a commis. Mais se comparer les uns aux autres n’est pas la solution – il faut se comparer à Dieu. Et en se comparant à Dieu, on réalise que l’on est loin de la perfection.

Imagine que toute cette échelle que l’on a créée – avec Mère Thérésa en haut, Hitler tout en bas, et nous un peu au-dessus du milieu – soit comme sur une échelle de 1%, quand l’on prend du recul. On pourrait dire que Mère Thérésa est à 0,895%, Hitler à 0,001%, et nous à 0,675%. Mais peu importe les différences entre nous, nous sommes tous si loin du 100%. Si loin ! Dieu lui, n’est pas à 1%, à 40% ou 90% – mais il est à 100%. Il est parfait, et il doit exiger la perfection. Et nous sommes tellement loin de l’atteindre, qui que nous soyons.

La suite le 30 octobre !

Benjamin E
Auteur : Benjamin E

24 ans, français vivant à Bruxelles, étudiant à l'Institut Biblique Belge. Coordinateur de la Réb', blogueur sur christestmavie.fr, amateur de bons livres, et co-auteur du livre Une vie de défis. Mais par-dessus tout : passionné par l'Évangile, sauvé par grâce, disciple de Jésus.

Voir tous ses articles →