Redécouvrir la grâce (2/5) : l’élection divine

Dans un premier article, nous avons constaté que les hommes étaient corrompus de telle sorte que (1) ils ne pouvaient rien revendiquer devant Dieu pour être considérés comme justes, et (2) ils étaient incapables d’obéir à la Loi de Dieu et de venir à Christ sans une œuvre divine au préalable.

Si l’on a bien compris cela, quelque chose doit nous étonner : la Bible nous parle sans cesse du fait que des hommes sont sauvés, adoptés, aimés, régénérés, déclarés justes. Pourtant, Dieu n’aurait pas dû les sauver. Dieu ne doit le salut à personne. Mais il l’a quand même fait – il se fait un peuple.

C’est en nous souvenant de cela que nous pouvons comprendre ce que la Bible appelle l’élection. Il s’agit de la précieuse vérité qui nous apprend que Dieu nous a aimés avant même de créer le monde, qu’il a choisi une épouse pour son Fils et qu’il a désigné des hommes pour faire partie du peuple dont il serait le Dieu.

Quelques questions

La Bible n’a pas pour but de satisfaire notre curiosité à ce sujet. Toutefois, elle répond à certaines questions dans le but de nous édifier.

Quand avons-nous été élus ?

« Dieu nous a élus avant la fondation du monde » (Éphésiens 1.4)

Est-ce pour une raison qui se trouve en nous que Dieu nous a élu ?

« En Jésus-Christ, Dieu nous a élus » (Éphésiens 1.4)

Est-ce parce que nous avions une bonne volonté ou parce que nous avions fait de bonnes œuvres ?

« afin que le dessein de Dieu demeure selon l’élection qui dépend non des œuvres mais de Celui qui appelle […] Ainsi donc, cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui œuvre, mais de Dieu qui fait miséricorde. » (Romains 9.11,12,16 ; cf. 9.24 où Paul applique ce principe à l’élection des non-juifs au salut)

« Nous avons été prédestinés selon le plan de celui qui opère tout selon la décision de sa volonté » (Éphésiens 1.11)

Pourquoi avons-nous été élu ?

« pour que nous soyons saints et sans défauts devant lui » (Éphésiens 1.4)

Dieu nous a élus à quelque chose. L’élection est une vocation à la sainteté.

Quel est le but final de notre élection ?

« afin que nous servions à célébrer sa gloire » (Éphésiens 1.12)

L’élection n’a pas pour but de faire un peuple de prétentieux mais un peuple de serviteurs humbles qui reconnaissent que leur salut n’est dû qu’à la seule grâce de Dieu.

Comment reconnait-on un élu ?

Les élus n’ont pas une bande jaune dans leur dos témoignant de leur élection, mais la Bible nous donne certains éléments qui peuvent nous permettre de commencer à répondre à la question.

« Les païens se réjouissaient en entendant cela, ils glorifiaient la Parole du Seigneur, et tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle crurent » (Actes 13.48)

« Nous savons, frères bien-aimés de Dieu, que vous avez été élus, car notre Évangile n’est pas venu jusqu’à vous en parole seulement […] vous vous êtes convertis à Dieu en vous détournant des idoles pour servir le Dieu vivant et vrai » (1 Thessaloniciens 1.5, 9)

Une personne élue est une personne qui, en entendant la Parole, croit, se détourne de ses idoles et se tourne vers Dieu. L’annonce de l’Évangile est le moyen privilégié et ordinaire que Dieu a choisi pour attirer à Lui ses élus.

Le cœur de la question

Il y aurait bien des manières de formuler cette doctrine, de répondre aux questions qu’elle suscite, mais il y a une question qui me semble être un bon résumé : quelle est la différence fondamentale entre une personne qui sera sauvée et une personne qui ne le sera pas ?

Peut-être que celui qui sera sauvé aura fait plus de bonnes œuvres. Mais est-ce là la raison ? C’est celui qui a cru en Jésus-Christ qui sera sauvé. Très bien, mais pourquoi a-t-il cru tandis que son voisin a rejeté l’Évangile ? Parce qu’il était mieux disposé, de meilleure volonté ? Mais pourquoi était-il de meilleure volonté que son voisin ? Pourquoi, alors que les deux sont atteints du même mal, réagissent-ils différemment à l’Évangile ? Est-ce le hasard ? La Bible répond : c’est le plan d’élection de Dieu, c’est sa grâce, c’est Lui qui fait la différence. Fondamentalement, c’est Dieu la seule raison pour laquelle une personne est sauvée car si Dieu n’agissait pas, tous seraient condamnés. Puisque personne ne mérite le ciel si ce n’est le Christ, Dieu est libre d’accorder sa grâce à qui il veut.

C’est là que nous voyons la grâce de Dieu apparaître dans toute sa splendeur. Si je suis chrétien aujourd’hui, c’est parce que Dieu, dans sa grâce, a choisi de me sauver. Il a porté son regard d’amour sur moi, de manière inconditionnelle. Comme le dit ce cantique : « Je ne sais pourquoi, dans sa grâce, Jésus m’a tant aimé (…) Mais, je sais, qu’en lui j’ai la vie » (ATG 318)

Quelle grâce merveilleuse !

Auteur : Maxime G.

Maxime, 21 ans, étudie officiellement la médecine mais ne rate jamais l’occasion de consulter un livre de théologie, surtout s’il est vieux. Il vit à Lille avec son épouse Vanessa et administre le blog Par la foi.