Redécouvrir la grâce (3/5) : l’efficacité de la croix

Dans les deux articles précédents (la corruption de l’homme et l’élection divine), nous avons vu la situation désespérée de l’homme depuis la chute et la grâce de Dieu en réponse à notre perdition dans sa volonté de se constituer un peuple qui lui appartienne.

Ce plan éternel de se constituer un peuple s’est accompli dans l’histoire par l’incarnation, la vie, la mort et la résurrection de Jésus-Christ.

En venant dans le monde, Christ a revêtu la nature humaine. Il a vécu une vie parfaite en tant qu’homme parfait, accomplissant les exigences de la Loi et de la justice divine. Par son offrande d’amour lors de sa mort à la croix, il a satisfait à la justice divine en subissant la condamnation que l’humanité méritait. Par sa résurrection, il a vaincu la mort qui pesait sur l’humanité en raison de son injustice et il a été élevé à la droite du Père pour intercéder en faveur de son peuple.

Tout au long de sa mission sur terre, le Christ témoignait qu’il était là pour accomplir la volonté de son Père et son nom même annonçait ce qu’était cette volonté : Il sauvera son peuple de ses péchés (Matthieu 1.21).

Ainsi, Christ s’est identifié à l’humanité dans son incarnation, sa mort et sa résurrection dans un but précis : sauver son peuple. Il devait devenir homme et mourir en subissant la peine que méritent les hommes afin de pouvoir arracher ce peuple du sein de l’humanité perdue.

Une chose est claire : Christ n’a pas échoué. Son œuvre a garanti le salut de son peuple. Tout au long des évangiles, Christ rappelle cet objectif avec la ferme et divine assurance que ce plan réussira, car c’est celui du Père. Il vient sauver « ses amis », « son Église », « ses brebis », « ceux que le Père lui a donnés » (Jean 6.37 ; Jean 10.11 ; Jean 10.15) et pour ce faire il doit rejoindre la condition de tous les hommes : prendre chair et subir la punition que méritent tous les hommes, c’est-à-dire la mort.

C’est ce que Jean déclare dans le fameux verset de Jean 3.16 : Dieu donne son Fils au monde afin de sauver les croyants. C’est encore ce que Paul déclare en Romains 3.25 en disant que Christ est le moyen d’expiation pour ceux qui auraient la foi en son sang. Ceux qui sont en vue dans la mort de Christ sont les membres de son peuple, élus par le Père et il n’a échoué dans sa mission pour aucun d’eux : ils seront sauvés. C’est la raison pour laquelle nous pouvons avancer dans nos efforts missionnaires avec la certitude qu’ils réussiront car Dieu se constitue un peuple dans toutes les nations.

Croire en l’efficacité de l’expiation, c’est croire que Dieu répondra à cette prière :

Que toute âme condamnée,
Pour qui tu versas ton sang
Soit au Père ramenée
Par ton amour tout-puissant

– Torrents d’amour et de grâce (Ailes de la Foi 352)

Auteur : Maxime G.

Maxime, 21 ans, étudie officiellement la médecine mais ne rate jamais l’occasion de consulter un livre de théologie, surtout s’il est vieux. Il vit à Lille avec son épouse Vanessa et administre le blog Par la foi.