Groupes de découverte de la Bible

Crédits photo : macasbah.net

Article de Laurent Dv, 15 ans, élève de seconde.

Bonjour à tous ! Je suis ici pour vous parler du concept des groupes découverte de la Bible, car j’ai eu l’occasion d’en créer un récemment avec des amis et d’en expérimenter les bienfaits.

Pourquoi ? Au départ je voulais créer un groupe biblique lycéen (appelé GBL) avec des chrétiens lycéens, principalement de mon lycée. C’est en quelque sorte une adaptation des GBU (groupe biblique universitaire) pour lycéens pour approfondir la communion fraternelle des frères et sœurs en Christ qui sont au lycée. Les personnes que j’avais contactées ont refusé par manque de temps ou pour d’autres raisons. J’ai donc décidé de remplacer le projet par un autre : un groupe qui mettrait l’accent non plus sur la communion fraternelle, mais sur l’évangélisation de mes amis qui ne connaissent pas encore le Seigneur !

Comment ? J’ai appelé un par un mes amis au téléphone pour leur proposer de participer au groupe : 7 rencontres une fois par semaine sur les 7 signes miraculeux dans l’Évangile de Jean. (Chaque miracle de Jésus permet d’apprendre plusieurs caractéristiques de Jésus. Par exemple, premier miracle, l’eau transformée en vin : Jésus est la source de la vie, aime la fête etc.) Tout ça pour connaître Jésus, savoir à quoi ils disent non quand ils refusent de se repentir et d’accepter le cadeau de Dieu. Ils ont accepté de venir sans hésitation !

Où ? Chaque séance se déroule chez moi. Ils n’habitent pas loin, ce qui est pratique. Je trouve que c’est une bonne idée, car en venant chez moi plutôt qu’à l’Église, nous sommes dans une ambiance « plus posée ». Ils viennent dans le même endroit que celui où je les invite pour « geeker », cela permet de les mettre à l’aise. Surtout qu’avec ma maman, nous sommes très bien nourris, même quand il ne s’agit que d’un « goûter » !

Quand ? Une fois par semaine (avec quelques exceptions, malentendus, quand je suis absent) le samedi de 17h30 jusqu’à une heure indéfinie et dépendante de questions et des discussions que nous avons (une fois jusqu’à 19h30^^). Nous avons choisi cet horaire qui arrange tout le monde.

Résultats ? Au début, pendant l’étude des premiers miracles, c’était plus dur de capter l’attention à cause des nombreuses questions qui sautaient sur moi tout le temps et qui nous éloignaient du sujet abordé.
Mais au fur et à mesure des séances, l’intérêt porté par mes amis pour la Bible, la « religion », Dieu etc. a grandi et ils ont bien intégré ce qui ressort de ces miracles. Ils ont pu approfondir leur connaissance de la personne de Jésus-Christ et comprendre l’amour de Dieu manifesté en Christ pour les pécheurs. Ils savent d’office que la vie chrétienne n’est pas un voyage dans le pays des Bisounours, mais que c’est une course remplie d’épreuves que Dieu utilise pour fortifier la foi de ses enfants. Aucun d’entre eux ne s’est converti, mais cela ne m’étonne pas. Je sais bien que le groupe découverte n’est qu’un outil et non une méthode miracle qui transforme les cœurs, Dieu seul en est capable ! J’ai fait ma part, il ne reste plus que celle de Dieu. Car c’est le Saint-Esprit qui les convaincra de leur état de pécheurs et de leur nécessité d’un Sauveur, d’accepter le Seigneur Jésus dans leur vie et de changer radicalement. Je place entièrement ma foi en Dieu, croyant que mon œuvre n’est pas inutile !

À quoi ça sert de faire un groupe découverte de la Bible ? Comme je l’ai dit, ce n’est pas une méthode miracle qui va sauver des âmes, mais c’est un moyen efficace pour faire connaître l’Évangile, la Bible et la grâce de Dieu à nos amis. Souvent, nous invitons nos amis aux événements de notre Église (concerts de louange, barbecue, etc.). Je l’ai fait et je trouve que c’est utile pour un premier contact avec l’Église et ses membres, ambassadeurs de Dieu. Mais j’avoue que j’ai rarement vu une personne se convertir à un concert de louange ou à un barbecue. J’ai aussi amené mes amis au culte, mais c’est un moment pour adorer Dieu (mes amis n’adorent pas quelque chose en quoi ils ne croient pas, normal) et les prédications sont souvent faites pour les chrétiens. Ces dernières sont des fois difficiles pour eux alors je ne m’étonne pas que mes amis ne comprennent pas… Je leur ai dit que ca n’a pas d’importance pour l’instant qu’ils viennent à l’église ou non. Mais ce que je désire du plus profond de mon cœur, c’est que leur vie soit transformée comme Christ a transformé la mienne et qu’ils puissent saisir le don de Dieu, Jésus-Christ, et avoir une relation personnelle avec lui. Venir à l’église s’ensuivra logiquement ! J’ai prêché l’Évangile à des personnes, mais j’ai remarqué que j’ai tendance à perdre contact avec elles et qu’elles ne retiennent pas vraiment le message. C’est là que le groupe découverte révèle son utilité : rendre clair l’Évangile en plusieurs séances (en fonction des séries ; il n’existe pas que les 7 signes du livre de Jean). Je crois vraiment que c’est une des façons les plus efficaces d’accomplir le mandat missionnaire (Matthieu 29.18-20, mandat délivré par Jésus, à voir impérativement si vous ne connaissez pas !), d’être des fidèles témoins (Actes 1.8), de passer du temps avec nos amis, de leur prêcher l’Évangile plusieurs fois, de répondre à leurs objections, de prier pour et avec eux et de lire la Bible avec eux pour leur faire découvrir le message qu’elle contient ! =)

Le blog de la semaine d’évangélisation de Montreuil

#AM

Dans 15 jours aura lieu une semaine internationale d’évangélisation à Montreuil (93) !

Nous avons déjà fait un article à propos de cette incroyable semaine !

Il reste d’ailleurs encore quelques places ! Regarde les infos pratiques ici, puis viens et inscris-toi en cliquant  !

Jette également un coup d’œil sur le blog, nous postons, en plus des informations sur la semaine, des articles sur l’évangélisation qui sont là pour encourager tout chrétien !

atteindre-montreuil-2014.tumblr.com

Merci également de prier pour nous, et pour le bon déroulement de cette semaine !

L’événement est aussi sur facebook !

N’attends plus, rejoins-nous !

« S’investir dans l’Église ? Pour quoi faire ? » – Fin

crédit image : jackdesendets.blogspot.fr

crédit image : jackdesendets.blogspot.fr

Suite et fin de l’article de Timothé C., 23 ans, Parisien, étudiant en mathématiques et serviteur dévoué de Jésus-Christ

Souviens-toi, hier, nous avons vu que :

  • Dieu me permet d’être transformé et de porter du fruit ;
  • Dieu me donne alors un rôle devant lui ;
  • je dois endosser ce rôle maintenant !

En revanche, nous n’avions pas (encore) répondu à certaines questions. Mais ne t’en fais pas, je vais enfin honorer mes promesses ! Penchons-nous donc sur les questions suivantes :

Ne pourrait-on pas rester chez soi le dimanche (et enfin faire une vraie grass’ mat’) ? Et pourquoi est-ce qu’il serait important de s’investir dans son Église locale ?

Je commencerai par une première réalité, simple, mais profonde.

1) Dieu ne m’a pas juste « sauvé », il m’a adopté pour me permettre de le servir

En lisant le deuxième chapitre de la lettre de Paul aux Éphésiens, on constate que Dieu parle de la grâce en ces termes : « Nous qui étions morts par nos offenses, [il] nous a rendus à la vie avec Christ (c’est par grâce que vous êtes sauvés) ; il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus Christ » (Éphésiens 2.5-6). Dieu nous considère comme morts, spirituellement inertes, MAIS il a choisi de ressusciter et d’adopter des perdus ! Et la première chose dont Paul parle après avoir évoqué cette grâce est : « Nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions » (v.10). Si tu es aujourd’hui une nouvelle créature, c’est pour que – étant enfin « vivant » – tu puisses vraiment servir celui qui a donné sa vie pour toi. Alors, la vie prend son sens.

Pense à la veuve de Naïn (Luc 7.11-17) qui n’avait eu qu’un fils et qui suivait son cortège funèbre lorsque Jésus passait par là. Et Jésus a ressuscité son fils ! Quelle joie cela a dû être ! Imaginons ensuite que ce même fils dise à sa mère : « Écoute, tu as beau être veuve et donc sans revenus, ce serait cool que tu te débrouilles toute seule. T’as qu’à glaner dans le champ comme Ruth l’a fait avant toi. Moi, j’me casse ! » Ou encore, imaginons qu’il dise à Jésus : « OK, tu m’as ressuscité, c’est cool, mais… laisse-moi tranquille maintenant. »… Ce serait choquant ! Il a été ressuscité pour un but spécifique (v.15: « Jésus le rendit à sa mère »). Et toi, comprends-tu pourquoi tu as été « ressuscité avec Christ » ?

2) L’Église est ce que Dieu a permis pour que ses enfants vivent leur vraie vie : un avant-goût de celle du ciel

Tout est dans le titre ! L’Église (pas le bâtiment, mais l’ensemble des sauvés), c’est un peu ce qu’est une ruche pour une abeille : sans la ruche, l’abeille n’a pas de but précis, et ne vit pas vraiment ce pour quoi elle est sur cette terre. Et pour nous, la bonne question n’est pas : « Combien de fois doit-on aller à l’église par semaine ? », mais plutôt : « Que dois-je faire pour être sans cesse plus impliqué dans ce modèle ? » Car c’est pour cela que tu es sur cette terre aujourd’hui !

Dès qu’il faut participer à un repas, faire du babyfoot, ou même participer à la louange, tu peux être certain qu’il y aura du monde. Mais j’imagine mal le Seigneur dire au dernier jour: « C’est bien, bon et fidèle serviteur : tu as fait du babyfoot et mangé des crêpes ; entre dans la joie de ton Maître » (si tu cherches le verset exact, c’est Matthieu 25.21). Le Seigneur veut notre fidélité dans tout ce que l’Église doit vivre : la mission, l’encouragement, l’édification, la répréhension, les visites, la prière, etc. Pose-toi donc cette question : que puis-je faire pour être vraiment utilisé par Dieu dans chacun de ces domaines ? « Je puis tout par celui qui me fortifie » (Philippiens 4:13).

3) Ce que le diable désire, c’est ma tiédeur

On a souvent l’impression que la moindre de nos difficultés est causée par l’adversaire. On entend très souvent : « Oh, c’est le diable qui a provoqué cette division ! ». Quand on lit Jacques 1.14-15, on voit pourtant : « Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché; et le péché, étant consommé, produit la mort ». Je n’ai pas besoin du diable pour pécher, tu sais… Il est vrai qu’il est notre adversaire et que son désir profond se résume comme suit : « Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera » (1 Pierre 5.8).

Un des plus grands pièges de cet adversaire n’est pas de se manifester comme un « lion rugissant » bien visible, en te regardant droit dans les yeux, mais plutôt de se « déguiser en ange de lumière » (2 Corinthiens 11.14). Plutôt que de vouloir te faire quitter ton Église, il désire ta tiédeur, comme si tu étais « agité par le vent et poussé de côté et d’autre » (Jacques 1.6). Il faut donc tenir ferme et mettre « pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Évangile de paix » (Éphésiens 6.15). Vivre pleinement le modèle de l’Église, c’est lui tenir tête, non pas par notre propre force, mais par celle que Dieu donne à ses enfants.

Alors, Rébellutionnaire, engagé pour le Seigneur?

« S’investir dans l’Église ? Pour quoi faire ? »

Crédits photo : bellarmine-incantatotour.blogspot.fr

Article de Timothé C., 23 ans, Parisien, étudiant en mathématiques et serviteur dévoué de Jésus-Christ

Si vous prenez une Église quelconque, vous verrez que parmi les personnes présentes, il y a :

  • ceux qui sont très impliqués, par exemple celui qui s’occupe de l’accueil, puis joue du saxo pour la louange, avant de s’occuper des enfants et de faire le ménage après le culte ;
  • ceux qui ne le sont pas du tout, comme celui qui apparaît de temps en temps au fond de la salle, et disparaît à la fin du culte.

Finalement, ne pourrait-on pas rester chez soi le dimanche (et faire enfin une vraie grasse mat’) ?

Et pourquoi est-ce qu’il serait important de s’investir ?

Commençons par nous poser Ze question (avec un grand Z). Quand Dieu m’a sauvé, il ne m’a pas repris au ciel avec lui : pourquoi m’a-t-il laissé dans ce monde hostile ? Il a tout simplement en vue quelque chose de précis pour nous. Quand Paul parle du salut (Éphésiens 2), il dit tout de suite après : « Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions. ». En effet, Dieu prévoit de sauver des perdus (chose étonnante !) ET de les utiliser (chose encore plus étonnante !!). À chaque fois que Paul écrit à une Église, il désire qu’ils vivent le modèle de l’Église. Tout se résume là-dedans ! J’étais aux yeux de Dieu une branche morte, destinée au feu, mais il m’a permis d’être rattaché à l’arbre ET de porter du fruit, ce que je ne peux pas faire naturellement (comme le dit Jean 15.1-8). Cela signifie trois profonds encouragements pour moi :

1)    Dieu me permet d’être transformé et de porter du fruit

2 Corinthiens 5.17 : « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles » ! Et cette nouvelle créature peut « porter du fruit ». Euh… On en a parlé plusieurs fois mais…. ça veut dire quoi, « porter du fruit » ? Pour y répondre, ouvrez votre Bible (si, si, faites-le, s’il vous plaît) en Galates 5.22. Nous y lisons : « Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la fidélité, la douceur, la tempérance ». Waouh, ça fait beaucoup ! Mais l’Esprit de Dieu qui vient faire sa demeure en nous (1 Corinthiens 6.19) peut nous changer et nous faire vivre cela. Comme dirait John Mac Arthur : « Est-ce que nous laissons le Seigneur être le maître de notre maison, ou est-ce qu’il y passe juste un quart d’heure, histoire d’y boire un café ? » On a besoin de demander à genoux au Seigneur de régner intégralement dans notre vie, et de nous donner ce fruit.

2)    Dieu me donne un rôle devant lui !

1 Corinthiens 15.58 : « Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur ». Alors que beaucoup de nos activités sont inutiles (si tu passes plusieurs heures à jouer sur ton ordi, tu auras sûrement un fort sentiment d’avoir gâché ton temps, ensuite), vouées à disparaître (tout se termine bien vite), nous construisons quelque chose d’éternel lorsque nous bâtissons avec Dieu ! Dieu peut VOUS utiliser, par exemple, pour mener quelqu’un des ténèbres à la lumière ! Cela m’est arrivé plusieurs fois dans ma jeune existence, et c’est une joie unique ! Vous voulez-vous y mettre ? Rejoignez-nous ici !

3)    Je dois endosser ce rôle maintenant !

Le but de Dieu, c’est que des gens qui n’ont initialement RIEN en commun puissent être unis, et s’encourager, s’aider, se reprendre, s’édifier, s’épauler, s’enseigner et s’aimer ! Nous devons rechercher à former un corps, dans lequel « les membres les plus vils sont couverts de plus d’honneur », et où chacun a sa place. La main a besoin de l’œil pour savoir quoi toucher, et l’œil a besoin du pied pour aller voir plus loin. Et si nous vivons vraiment ce modèle, nous allons à l’encontre du piège du diable, nous bâtissons ce pour quoi Dieu nous a laissés sur terre. Un chrétien seul est un chrétien en difficulté, car « tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés » (2 Timothée 3.12). Des chrétiens qui ne font que rigoler ensemble, jouer au bowling, et manger des crêpes, ce sont des chrétiens qui font exactement ce que le diable désire et qui vont stagner, vivre à moitié. Comme dirait quelqu’un, « vivre, c’est vivre pour Dieu, ou bien mourir à petit feu » !

Alors, Rébellutionnaire : missionnaire ou démissionnaire ? La suite bientôt…

Génération challenge : un bilan de ces 4 années !

Post de Fanny D. 20 ans, missionnaire et implanteuse d’Église

La fameuse génération challenge… qu’a-t-elle donnée ces 4 dernières années ?!

Dans moins de deux semaines se déroulera le congrès Pâques 2014 à l’Institut Biblique de Genève. Une bonne occasion pour faire le point sur les 4 années passées depuis le dernier congrès !

Je vais donc te partager cette partie de ma vie et j’espère qu’elle t’encouragera à te lancer des défis pour la gloire de notre Seigneur et Sauveur !

  • À Pâques 2010, on m’a proposé de faire un stage de 6 semaines avec un pasteur jeunesse américain. À 16 ans, avec mon petit argent de poche, inutile de te dire que je n’y croyais pas du tout !
  • 2 mois plus tard, j’étais dans un avion à destination de Boston.
  • À mon retour, j’ai suivi des cours de discipulat.
  • À 17 ans, je participais à une formation développant le leadership à travers la mission en France et en Albanie.
  • À 18 ans, j’ai passé 1 mois en mission en Roumanie, dont 10 jours en mission individuelle.
  • À 19 ans, je partais en mission de prospection en Tunisie et co-organisais une mission en Roumanie.
  • J’ai aussi suivi plusieurs cours d’un CFRI (Centre de Formation Régional d’Implanteur) et présidé le moment de louange dans mon Église.
  • À 20 ans, je suis dans une équipe qui est en train d’implanter une Église en Touraine.

Je ne suis pas forcément un modèle, et tu n’as pas besoin de sortir de ton pays ni de ta ville pour te lancer des défis pour servir et glorifier Dieu. Tu n’as même pas besoin que cela soit quelque chose étiqueté «chrétien».

À quoi aspires-tu ? Qu’est-ce qui te fait vibrer ? Dieu a mis des aspirations dans notre cœur et nous donne sa force pour les réaliser. Être soumis au Seigneur tout en réalisant nos rêves, pour moi, c’est aussi ça, être rébellutionnaire.

Je vais maintenant essayer de te montrer quelles questions il est nécessaire de se poser avant de se lancer dans un projet.

Comment va ma relation avec Dieu ?

Tes projets ne doivent pas passer avant ta relation avec le Seigneur. Jésus en premier dans ta vie, tes actions, tes pensées. Dieu n’est pas intéressé par ce que tu peux faire. Il est intéressé par toi.

Connais-tu vraiment Dieu ? As-tu une vraie relation profonde avec lui ? Il est le plus grand trésor que tu puisses jamais avoir, tâche de ne jamais l’oublier ! Lui as-tu exposé tes projets ? As-tu pris du temps pour l’écouter ?

Je te vois venir… Comment savoir si ton projet est selon sa volonté si après avoir prié et attendu tu n’entends pas de réponse ? Selon moi, si tu n’as pas eu d’opposition, lance-toi et Dieu laissera la porte ouverte ou la fermera s’il le faut. Dans tout cela, je ne veux pas dire que si tu es perdue dans ta relation avec Dieu, tu ne dois pas te lancer de défi avec lui. M’étant convertie en mission à court terme, je serais mal placée. Se mettre au défi de chercher la face de Dieu est d’après moi le plus beau challenge que tu puisses te lancer avec le Seigneur !

Qu’en pensent mes mentors ? 

La jeunesse est impatiente et rebelle. Parfois, je pense que j’en fais baver à mes mentors. Mais même s’ils ne sont pas toujours plaisants à entendre, leurs conseils sont tellement précieux et édifiants (je le comprends souvent sur le long terme) que je ne peux que te conseiller de trouver un mentor. J’ai beaucoup d’idées géniales et de projets révolutionnaires en tête… qui s’avèrent être complètement stupides et incohérents après leur en avoir parlé (ils me le disent avec plus de tact, rassure-toi). Ils sont aussi un vrai encouragement et un solide soutien lorsque je vis des moments de doute. Ces hommes et ces femmes mûrs dans la foi et soumis au Seigneur te seront d’une grande aide.

Dernier conseil : 

Ne t’inquiète pas des choses du monde… 

On se moque de toi ? On te dit que c’est trop dangereux ? Que tu es trop jeune ? Que tu n’auras jamais l’argent pour le faire ? Mais… Qu’en dit le Seigneur ? Qu’en pensent tes mentors ?

…mais prends tes responsabilités en main

  • Ne néglige pas tes études : dans ses périples, Paul a continué à faire des tentes et même Jésus était charpentier. Dieu peut faire des miracles et te donner tout l’argent nécessaire de manière extraordinaire, je n’en doute pas une seule seconde. Seulement, tu as des responsabilités !
  • Sors de ta zone de confort : aucun projet qui t’est proposé ne te convient ? Tu n’as pas de groupe de jeunes avec qui lancer une idée ? Ose aller au-delà de ton cadre prédéfini. Vois grand, renseigne-toi sur les projets qui se font, déplace-toi s’il le faut, appelle… Bref, ne t’arrête pas à la facilité et surtout pas devant une barrière qui n’existe pas.

« Soyez donc les imitateurs de Dieu, puisque vous êtes ses enfants bien-aimés, et vivez dans l’amour en suivant l’exemple de Christ, qui nous a aimés et qui s’est donné lui-même pour nous » Éphésiens 5.1-2