Ce que tu penses de Dieu…

« Cherchez l’Éternel pendant qu’il se trouve ;

Invoquez-le, tandis qu’il est près.

Que le méchant abandonne sa voie,

Et l’homme d’iniquité ses pensées ;

Qu’il retourne à l’Éternel, qui aura pitié de lui,

À notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner.

Car mes pensées ne sont pas vos pensées,

Et vos voies ne sont pas mes voies, dit l’Éternel.

Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre,

Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies,

Et mes pensées au-dessus de vos pensées.

Comme la pluie et la neige descendent des cieux,

Et n’y retournent pas sans avoir arrosé, fécondé la terre, et fait germer les plantes,

Sans avoir donné de la semence au semeur et du pain à celui qui mange,

Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche :

Elle ne retourne point à moi sans effet, sans avoir exécuté ma volonté et accompli mes desseins. »

La Bible, Ésaïe 55.6-11

Dessin d’Audric B., 25 ans, professeur d’EPS en Guyane, aventurier, évangéliste et artiste à ses heures perdues.

 

Parrainer un enfant avec le SEL

Le défi « Parraine un enfant », ça te rappelle quelque chose ? C’est un défi que nous t’avons présenté il y a quelques semaines… Pour te rafraîchir la mémoire, c’est ici !

Cela fait un peu plus d’un an que je parraine Saween, un p’tit gars de 7 ans qui vit au Sri Lanka. Les raisons qui m’ont poussée à parrainer un enfant sont multiples. Je me souviens que quand j’étais enfant, mes parents parrainaient un enfant et recevaient des lettres et des dessins, je trouvais ça chouette. Et puis, j’avais quelques amis qui parrainaient avec le SEL et, à force de voir le lien du SEL apparaître en signature de mail d’une de mes amies, j’ai fini par aller y jeter un oeil. Et « comme de par hasard », c’est tombé à un moment où Dieu me travaillait sur la façon de gérer mon argent.Capture d’écran 2014-07-11 à 12.37.03

J’ai laissé un peu de temps passer, et pendant cette période, le désir de parrainer un enfant a vraiment commencé à grandir en moi. L’idée d’avoir un ou une filleul(e) que je pouvais concrètement aider, encourager, apprendre à connaître… a renforcer mon désir de m’engager de la sorte. Et franchement, je ne regrette pas un seul instant !

Concrètement, mon principal « critère de choix », c’était de pouvoir parrainer un enfant qui était en attente d’un parrain depuis longtemps. Et puis j’ai vu la bouille de Saween, et j’ai fondu ! :-)Capture d’écran 2014-07-11 à 12.36.00

Depuis, j’ai reçu 3 courriers de mon filleul et, croyez-moi, j’étais toute excitée quand j’ai reçu sa toute première lettre !! Je les conserve précieusement, et j’essaie de lui écrire aussi souvent que possible. J’ai aussi accroché sa photo sur mon frigo, ce qui me permet de penser à lui et de prier pour lui régulièrement. Parce que parrainer un enfant avec le SEL, ce n’est pas uniquement une question d’argent : c’est aussi un soutien dans la prière !

Mais pour parler aussi un peu d’argent, le parrainage avec le SEL, ça coûte… 28€ par mois. Tu peux économiser cette somme en arrêtant d’aller chercher ton menu Big Mac toutes les semaines au McDo ;-) Tu peux aussi en parler à tes amis ou à ton groupe de jeunes – comme ça, vous pouvez cotiser ensemble pour soutenir un ou deux enfants, ou plus !

Et pour commencer, c’est par là que ça se passe !

Alors, prêt à changer la vie et l’éternité d’un enfant ?

Choisissons notre nouveau slogan !

Les amis, bientôt, très bientôt, nous allons changer plusieurs choses sur notre blog… Surprise, surprise !

Mais pour enjoliver cet avenir radieux, nous voulons doter le blog d’un nouveau slogan. Nous avons besoin de ton imagination débordante, de ta folie déroutante, et de ta profondeur protestante…

Récapitulons. Tu sais que :

  • Ce blog est destiné aux jeunes chrétiens.
  • Il est édité par et pour des rébellutionnaires !
  • Nous voulons voir Jésus élevé…
  • …Tout en gardant un fondement biblique, matérialisé par notre attachement à Évangile 21.

Dans ce contexte, notre slogan « le blog qui défie tes attentes », est prêt à être renouvelé par une nouvelle proposition.

Peut-être la tienne !

Comment ferais-tu pour qualifier ce blog en quelques mots ? Laisse-nous en commentaire tes suggestions les plus incroyables et les plus sérieuses ; les plus folles et les plus profondes !

Merci d’avance !

Un été aux Philippines

Source : AFP

Hello hello !

Moi c’est Jedidia, j’ai 21 ans, étudiante en science politique à Montpellier…Pour mes vacances, cet été, je m’envole pour les Philippines durant 2 mois en mission humanitaire à Manille.

Je suis envoyée par l’ONG Action dans le Monde et travaillerai sur place avec l’association Wipe Every Tear. Dans cet article, je vais t’exposer le contexte dans lequel je vais partir et surtout le cœur du projet, comment Dieu a mis en moi le désir de rejoindre l’équipe de Wipe Every Tear.

Les Philippines ??

Les Philippines constituent un archipel de plus de 7 000 îles bénéficiant d’un climat tropical tout au long de l’année, en Asie. 30 degrés en moyenne tout au long de l’année, plages de rêves… Au premier abord, les Philippines, c’est LA destination rêvée ! Et pourtant… dans l’envers du décor, un problème majeur subsiste depuis plusieurs années aux Philippines, un problème qui porte le nom de « prostitution féminine et infantile ».

Selon l’UNICEF, les Philippines sont classées au quatrième rang des pays comptant le plus grand nombre de mineurs victimes de la prostitution.

Qu’est-ce-que Wipe Every Tear ?

L’association « Wipe Every Tear » est implantée sur Manille aux Philippines. La raison d’être de Wipe Every Tear est un cœur commun de plusieurs missionnaires envers les jeunes filles victimes du trafic humain à des fins sexuelles, qui travaillent dans des bars de Metro Manila (Manille et agglo). Cet amour qui vient de Dieu a poussé ces personnes à le manifester en actes : aller au contact de ces jeunes filles à la sortie des bars, ouvrir des hope houses « maisons d’accueil » et créer un accompagnement en relation d’aide personnalisé. Et pour celles qui le désirent, les accompagner dans un cursus de formation de leur choix.

Pourquoi le choix de cette mission ?

Cela fait déjà un moment que ce sujet m’interpelle… La première fois que j’ai entendu parler d’une structure chrétienne recueillant des jeunes filles issues du trafic humain, c’était en 2011, lors d’une conférence avec Paul Goulet, pasteur de l’ICLV à Las Vegas. Il y faisait mention d’un « dream center », où des personnes ont pour mission de travailler auprès des populations les plus défavorisées (dont les victimes du trafic humain) de Las Vegas… Ce qui m’a boosté a été le fait que Dieu soit capable de donner une identité et dignité incontestables, même à une vie a priori sans plus de valeur et usée de toutes parts. Bien sûr il ne le fait pas que pour ces populations spécifiques mais pour chacun(e) de nous, si nous le laissons faire ! ;)

À cela s’ajoute le fait que depuis quelques années maintenant, je suis travaillée par la question de l’identité féminine (et du coup la mienne, hehe), et que j’ai soif d’apprendre à travers mes lectures, rencontres, expériences… ce que Dieu dit de sa belle création, la « femme ». Exit la pensée ultra-religieuse de ce que « la femme doit faire ou ne pas faire pour être agréée par Dieu » et la pensée féministe féroce : place à la révélation de sa Parole dans le quotidien de ma vie – dans mon travail, mes études, mes relations, mes fréquentations…

(Je tiens toutefois à préciser que je ne me positionne pas en Grande Prêtresse pour femmes car je considère que je suis moi-même en apprentissage de la vie, et particulièrement dans ce domaine-là ^^)

Néanmoins, la question de l’intime, de ce qui constitue la base première de notre identité (à savoir le sexe) est une chose qui me questionne beaucoup. Dieu a-t-il également un droit de regard sur la sexualité ? Dans ce contexte plus particulier de la prostitution des jeunes filles et femmes (la plus jeune recueillie a actuellement 13 ans), ce questionnement a toute sa place. Il s’agit de jeunes filles comme vous et moi, qui à un moment de leur vie se sont trouvées embarquées dans le trafic humain, malgré elles pour subvenir à leurs besoins, et surtout ceux de leur famille. Le ministère de grâce et d’amour de Jésus est présent pour elles, aujourd’hui, et je suis persuadée que j’en apprendrai beaucoup, peut-être même au-delà de mes attentes…

Je désire partir, mais accompagnée de partenaires, sponsors, organismes (appelez ça comme vous voudrez) reconnus dans leur mission, qu’il s’agisse d’édification des chrétiens ou d’évangélisation. Pour cela, j’ai fait le choix de m’adresser à La Rébellution (que je remercie très fortement), mais également Xtraordinary People, Héritière (un site 100% féminin et chrétien), et Ladies First.

Je ne te cache pas que le défi est non seulement spirituel, mais également financier, et si tu as à cœur de vouloir me soutenir et m’aider dans cette démarche de foi, je t’invite à le faire au travers de cette cagnotte en ligne (commune à une amie et moi-même) : http://www.leetchi.com/c/etehumanitairedejedidia

Tu peux suivre mon aventure sur cette page Facebook :
http://www.facebook.com/humanitaireasie2014

Tes prières, commentaires, questions ou autres seront tout aussi enrichissants pour ce projet, alors n’hésite pas à me porter dans tes pensées et/ou te manifester, je me ferai un plaisir de te faire un retour ! J

Bienvenue au nouvel éditeur : Laurent

1- Présente-toi rapidement (âge, ville, situation professionnelle et familiale) :

Je me nomme Laurent, j’ai 16 ans et je suis en seconde, je passe en première à la rentrée de septembre. J’habite à Torcy dans la banlieue parisienne (77). Je suis à l’Église Chrétienne Missionnaire de Saint-Maur-des-Fossés. Mon grand frère s’appelle Clément, et il est également un éditeur de la Réb’.

2- Comment t’es-tu converti ?

Après la conversion de ma mère j’ai commencé à aller dans une Église évangélique à Noisiel puis à Saint-Maur, j’allais à l’école du dimanche où l’on apprend les histoires de la Bible et comment elles nous concernent nous, humains du 21e siècle. Avant ma conversion je me croyais chrétien, puisque je connaissais bien les histoires, j’allais à l’Église tous les dimanches et je lisais la Bible de temps en temps. En réalité, j’avais peur de l’enfer, et la colère de Dieu pesait considérablement sur ma conscience (un peu à la manière de Spurgeon avant sa conversion). Je ne connaissais pas Dieu personnellement et je vivais sous l’esclavage et le joug du péché. Ma vie a radicalement changé en fin de 5e lors d’un camp chrétien, Teenstreet, où lors d’une soirée louange Dieu m’a montré que j’étais pécheur, un être entièrement corrompu et que je ne pouvais être sauvé que par la foi en le sang de Christ qui me justifie devant Dieu et qui efface mes péchés. Depuis, je connais Dieu, je prends plaisir à lire sa Parole et à prier avec mon Père céleste et je communie avec le corps de Christ à l’Église =).

3- Comment as-tu intégré l’équipe éditoriale de la Rébellution ? 

Je connais tous les éditeurs de le Réb’, et je vois régulièrement mon frère (chez moi), Alain et Nicolas. Nicolas m’a proposé de devenir éditeur de la Réb’ en m’appelant à 8h15 un samedi matin, avec son offre généreuse et son sourire chaleureux je ne pouvais refuser (ha ha !). Avant même de le devenir, je lisais et je lis toujours régulièrement les articles publiés et j’ai eu l’occasion d’écrire plusieurs articles : un sur mon témoignage, mais qui n’existe plus car l’hébergeur est mort, une biographie de Charles Spurgeon le prince des prédicateurs et un sur le principe de l’évangélisation avec les groupes découverte de la Bible.

4- Quels sont tes passions et loisirs ?

Par-dessus tout j’aime passer du temps avec mon Père céleste par la prière et en regardant à sa Parole sainte, la Bible : ces moments mémorables resteront toujours inoubliables ! Que Dieu me donne davantage soif de lui ! Sinon, j’apprécie la musique, je joue du piano, j’aime bien la louange moderne et j’aime découvrir des hymnes allant du 16e au 20e siècle ; ils sont pour moi tellement riches spirituellement ! Je gratte et je bluffe un peu la guitare grâce à Clément qui m’a appris les bases, les 4 accords passe partout… J’aime également (par « nature ») jouer au jeux-vidéos, mais c’est un vice dont j’ai été libéré par le Seigneur à ma conversion et quand j’y retombe, je me rends compte qu’en fait ça ne sert à rien et qu’il y a bien mieux à faire ! J’aime en général lire, des livres chrétiens ou même d’autres ouvrages. Je prends plaisir dans les discussions avec les frères et sœurs et les partages que nous avons sur différents sujets, surtout sur Dieu et notre vie chrétienne. Et ma seconde passion, après le plaisir que j’ai en Dieu, est l’annonce de l’Évangile aux perdus qui en ont tant besoin, quel bonheur, quelle « euphorie » que de prêcher l’Évangile !

5 – Quels sont tes rêves et projets d’avenir?

Rien n’est définitif, mais je me vois peut être devenir ingénieur dans quelque chose ou même servir le Seigneur jusqu’à plein temps, rien n’est impossible à Dieu ! Mon rêve comme beaucoup d’autres, serait de voir des brebis égarées revenir dans les bras du grand Berger, Christ ; de voir des fils courir vers leur Père, saisissant l’offre de l’Évangile, un pardon extraordinaire ! Plus précisément, j’aimerais voir des conversions chez les jeunes fréquentant des Églises de mon âge, pas besoin d’attendre la majorité pour accepter Christ, on ne sait pas quand on va mourir…

6– Une soirée parfaite pour toi c’est…

C’est une soirée d’intercession dans la prière et une soirée où je dévore la Parole de Dieu avec éventuellement des livres chrétiens ! Cela peut aussi être une soirée où je prêche l’Évangile à des amis !

7- Dis-nous quelque chose que personne ne soupçonnerait de toi.

Quand j’étais petit (peut-être que ça va revenir), j’étais un fan des dinosaures, et je connaissais tout sur eux : les noms, les tailles, etc.

8- Quel est ton surnom et d’où vient-il ?

On m’appelle souvent Lolo. Ma mère m’appelle lolo, le ming (nom mandarin), lao ti (gamin en dialecte teo chew) ou tout simplement Laurent. Mon nom mandarin « le ming » signifie la « joie », on me dit que ça me va bien =).

9- Quels sont les mots que tu dis tout le temps ?

Quand je prie, je dis surtout « Seigneur » et « vraiment », et en général « bonjour » et « salut ».

10- Qu’est-ce que tu aimes manger au petit déjeuner ?

D’habitude je mange des céréales et du lait. La marque de céréales varie quand ma mère se trompe de boîte… Sinon, quand il y a une pénurie de céréales, je mange du pains et de la confiture à la place.