2 raisons bibliques de fuir l’immoralité sexuelle

« Fuyez l’immoralité sexuelle. » C’est l’impératif que lance Paul aux Corinthiens, dans sa lettre aux Corinthiens. Ce message est radical, sans équivoque. C’est un message direct et universel pour tous les chrétiens : nous devons fuir l’immoralité sexuelle.

Mais Paul ne s’arrête pas là. Il donne des raisons pour lesquelles ce commandement est important.

Voici le passage complet :

« Fuyez l’immoralité sexuelle. Tout autre péché qu’un homme commet est extérieur à son corps, mais celui qui se livre à l’immoralité sexuelle pèche contre son propre corps. Ne le savez-vous pas ? Votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu. Vous ne vous appartenez pas à vous-mêmes, car vous avez été rachetés à un grand prix. Rendez donc gloire à Dieu dans votre corps. » – 1 Corinthiens 6.18-20

L’immoralité sexuelle revient à pécher contre son propre corps. Dans ce passage, Paul donne deux raisons pour lesquelles ceci est mauvais – les voici.

#1 – Fuyons l’immoralité sexuelle car le Saint-Esprit vit en nous

La première raison que Paul avance concerne le Saint-Esprit qui vit en nous. Notre corps est le temple du Saint-Esprit. Wow ! Dans l’Ancien Testament, le temple est un terme bien connu. Le temple, c’est le lieu de la présence de Dieu. C’est le lieu où Dieu vient habiter, où il vient manifester sa présence. C’est une idée vraiment forte de penser que Dieu vit en nous, par son Esprit. Le Dieu Tout-Puissant, qui est Saint, qui est Juste, qui est infiniment glorieux !

Si donc ce Dieu Unique et Glorieux habite en nous, nous devons être sages dans l’utilisation de notre corps. Nous ne pouvons pas faire n’importe quoi. Il vit en nous. L’immoralité sexuelle serait une offense contre notre propre corps, contre le Dieu qui y habite par son Esprit.

Le Saint-Esprit vit en nous. Fuyons l’immoralité sexuelle.

#2 – Fuyons l’immoralité sexuelle car Christ nous a rachetés (et à un grand prix !)

Comme deuxième raison, Paul parle du rachat qui a eu lieu dans nos vies. Nous étions esclaves du péché (cf Jean 8.34), morts par nos offenses et accomplissant les volontés de la chair (Éphésiens 2.1-3), égarés, coupables devant Dieu (cf Romains 3.10-19), privés de la gloire de Dieu (cf Romains 3.23), sous la colère de Dieu (cf Jean 3.36), saisis par le diable et soumis à sa volonté (cf 2 Timothée 2.25-26)… Mais regardez ce que Paul affirme aux Colossiens :

« Il nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé, en qui nous sommes rachetés, pardonnés de nos péchés. »
– Colossiens 1.13-14

« Vous qui étiez morts en raison de vos fautes et de l’incirconcision de votre corps, il vous a rendus à la vie avec lui. Il nous a pardonnés toutes nos fautes, il a effacé l’acte rédigé contre nous qui nous condamnait par ses prescriptions, et il l’a annulé en le clouant à la croix. »
– Colossiens 2.13-14

Quelle grâce ! Quel rachat ! Quel bonheur immense ! Dieu nous a vraiment rachetés à un grand prix : il nous a libérés de l’esclavage en payant le prix fort.

C’est donc logique que Paul dise que « vous ne vous appartenez pas à vous-mêmes ». Quel égoïsme ce serait que de dire que notre corps nous appartient, après tout ce que nous avons vu dans ces versets ! L’immoralité sexuelle n’est pas une réponse digne de l’amour de Dieu manifesté en Christ. La louange et l’adoration par contre, oui !

Notre corps ne nous appartient pas. Nous avons été rachetés à un grand prix. Fuyons l’immoralité sexuelle.

Donc, rendons gloire à Dieu

Votre corps est le temple du Saint-Esprit, et vous avez été rachetés à un grand prix. Voilà les deux raisons qu’avance Paul aux Corinthiens pour les encourager à rendre gloire à Dieu dans leur corps. Ce sont des motivations encore valables pour nous aujourd’hui. L’immoralité sexuelle est omniprésente dans notre société. Mais c’est une offense contre Dieu. Nous devons la fuir. C’est un commandement, mais aussi et surtout une réponse logique au sacrifice de Christ sur la croix.

Fuyons l’immoralité sexuelle.

Benjamin E
Auteur : Benjamin E

21 ans, parisien vivant à Bruxelles, étudiant à l'Institut Biblique Belge. Amateur de bons livres, apprenti blogueur et Webdesigner de formation. Mais surtout : passionné par l'Évangile, sauvé par grâce, disciple de Christ.

Voir tous ses articles →