Eh les jeunes, on vous ment à propos du sexe !

Article de Cameron Cole, traduit de l’anglais. Tu pourras trouver l’original ici.

J’ai 35 ans, et j’ai travaillé avec des jeunes durant les dix-sept dernières années en tant que pasteur pour jeunes, enseignant et conseiller. Je suis marié depuis presque 8 ans et j’ai 3 enfants. Mes frères adultes mariés et moi-même avons gagné en sagesse grâce à notre vécu et nous nous préoccupons de ton bien-être alors laisse-nous te confier un petit secret : on te ment au sujet du sexe. Tu vis dans un monde qui fait la promotion d’une tonne de bêtises à propos de la sexualité.

Le premier mensonge : Le sexe changera ta vie

Voici le premier mensonge : « Le sexe est ce qu’il y a de meilleur sur cette planète. Il te changera la vie. Il te guérira. Il réglera tes problèmes d’estime de toi-même. Tes problèmes avec la solitude disparaîtront avec le sexe. »

Le chanteur Hozier exprime très bien ce mensonge. Dans sa chanson « Take Me to Church » , il compare le sexe à une expérience de louange en parlant de worship in the bedroom (ou « adoration dans la chambre à coucher »). Au fond, ce qu’il exprime dans sa chanson, c’est l’idée que le sexe représente l’expérience ultime sur terre.

Lorsque j’étais adolescent, un de mes amis était plus vieux que moi et venait juste de se marier. Je me rappelle lui avoir demandé comment était le sexe. Il m’a répondu que c’était « sympa ». Sympa ? C’est tout ? J’étais outré.

Après 8 ans de mariage, je peux dire que le sexe est vraiment une grande bénédiction à partager au sein du couple, mais ce n’est pas ça qui règle les problèmes. C’est une chose géniale, sans aucun doute. Cependant, cela n’empêche pas que si tu te couches avec quelqu’un un soir, tes insécurités, ton anxiétés et ta solitude te rattrapera quand tu te lèvera le lendemain matin. Seul Dieu peut régler tes problèmes par sa grâce, au travers de ta relation avec lui et des relations constructives avec les autres.

Le second mensonge : Ne refoule pas ton désir sexuel

Voici le deuxième mensonge auquel tu seras confronté de manière implicite mais aussi de manière directe : « le refoulement sexuel est mauvais pour la santé et il te fera du mal ». Ce mensonge découle de l’idée que l’envie de sexe provient d’un appétit naturel, tout comme le besoin de nourriture, d’eau et d’air. Le refouler te causerait alors des dommages physiques et psychologiques. Du coup, il faudrait absolument trouver des moyens réguliers de laisser libre cours à son activité, son exploration et son expression sexuelle.

Malheureusement, une grande partie de la pseudoscience soutient ce mensonge. Je ne suis pas psychologue et je n’ai pas lu l’intégralité des textes sur les études cliniques à propos du refoulement sexuel. Mais d’après les recherches que j’ai effectuées, j’ai vraiment eu du mal à trouver une étude qui évoquait la dépression, l’anxiété, le suicide à cause d’un manque d’activité sexuelle. Au contraire, dans son livre intitulé Unprotected (non-protégé), le Docteur Miriam Grossman étudie les dommages liés au libertinage/ promiscuité sexuelle créés sur la santé mentale des étudiants. Elle reproche aux universités d’échouer dans l’éducation des étudiants sur les potentiels problèmes qu’une « sexualité libérée » pourrait causer.

Dans l’un des chapitres de son livre, le Docteur Grossman critique l’encouragement destructeur exprimé dans une publication de l’Université de Columbia afin de pousser les étudiants à poursuivre leur exploration sexuelle.

« Face à la pandémie nationale de l’herpès et de l’HPV (également appelé Papillomavirus humain), je voudrais vraiment comprendre comment ces « experts » de la santé peuvent conseiller à des lycéennes qui ont déjà eu 3 petits amis à continuer d’expérimenter et d’explorer leur sexualité, en clamant qu’en agissant ainsi cela n’apportera à leur avenir que « bien-être et tranquillité d’esprit ». J’aimerais vraiment savoir quelle étude a démontré cela. Et à l’étudiante de première année qui se demande si elle doit ou non perdre sa virginité avec un jeune homme qu’elle connaît depuis trois semaines, « Alice » répond : « Trois jours, trois semaines, trois mois, trois années ? Il n’y a pas de « bon moment » pour avoir sa première relation sexuelle.« 

Le troisième mensonge : A toi de fixer les règles du sexe et du plaisir

Dernièrement, tu as peut-être entendu le mensonge selon lequel le sexe serait quelque chose que tu mérites d’avoir selon tes propres conditions. Tu es le maître de ton corps. Le maître de ta vie. Alors c’est toi qui devrais établir les règles et les critères.

Rien ne vend cette idée plus sournoisement que la pornographie. Le porno dit : « Tu veux du plaisir sexuel ? Cherche le sur ton téléphone et en l’espace de quelques minutes, une personne attirante se déshabille pour toi. Tu peux y accéder comme tu veux. » Le porno propage le mensonge qu’en matière de sexe, il n’est question que de toi et de ce que toi tu veux. Les autres personnes ne sont que des objets mis à ta disposition.

Le porno est de toute évidence un menteur, par contre de nombreuses personnes et médias iront dans le même sens mais de manière bien plus subtile. Le message sera alors que tu peux coucher avec quelqu’un maintenant ou plus tard. Tu peux le faire en tant qu’ado ou attendre jusqu’au mariage. L’important, c’est que tu décides seul et que tu sois honnête avec toi-même, parce que c’est ta vie, et ton choix.

Voilà le problème : tu n’appartiens pas seulement à toi-mêmes. Tu appartiens à Dieu. Tu appartiens à ceux qui sont autour de toi. Tu appartiens à la société. Cela signifie que tes actions ont des conséquences qui vont bien au-delà de ta propre vie. Lorsque tu agis de façon égoïste dans ce domaine, des gens sont blessés, y compris toi.

Voici la vérité

Je vais clore cet article en disant que certaines choses sont vraies : Dieu t’a donné la sexualité comme un cadeau parce qu’il t’aime. Il te l’a donnée parce qu’il est de ton côté. Ce n’est pas l’être humain qui a inventé le sexe, c’est Dieu. Et en tant que Créateur, il a également établi des normes universelles qui constituent un cadre. Par exemple, ne pas avoir de relation sexuelle avant le mariage ou ne pas toucher à la pornographie, cela s’applique à tout le monde. Tu devrais écouter Dieu, car c’est lui qui a créé la sexualité. Il se préoccupe réellement de toi et tu devrais lui faire confiance. S’il dit : « Attends jusqu’au mariage », ce n’est pas pour être rabat-joie ou pour se moquer de toi : c’est parce qu’il est un très bon (même parfait en fait) parent.

Laisse-moi te dire encore une vérité : en ce qui concerne la sexualité, tu vas faire des erreurs, et parfois même des grosses. Nous en faisons tous. Que ça soit une décision regrettable, un désir embarrassant, une addiction au porno ou une règle enfreinte encore et encore alors que tu t’étais promis de ne jamais plus la dépasser. Ça va arriver. Et là, il y a une personne qui ne te jugera jamais lorsque tu tomberas : Jésus.

Alors écoute au moins cette vérité réconfortante :

Mes petits enfants, je vous écris cela afin que vous ne péchiez pas. Mais si quelqu’un a péché, nous avons un défenseur auprès du Père, Jésus-Christ le juste. Il est lui-même la victime expiatoire pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.

1 Jean 2.1-2

Pour aller plus loin :

Auteur : Cameron Cole

Cameron est un des responsables du ministère Rooted, il est aussi responsable du ministère jeunesse dans une Eglise à Birmingham en Alabama.