N’aie pas peur, parle !

Il y a quelques mois une semaine d’évangélisation était organisée dans mon Église. Lors d’une des distributions, un ami a reçu une claque d’un passant à cause du témoignage qu’il apportait. Bien sûr, beaucoup de nos frères et sœurs dans le monde vivent bien pire que ça, mais même en France l’opposition est forte. Elle peut se manifester de différentes façons, dont les violences physiques comme dans ce cas-là.

La vérité dérange

Il est clair qu’aujourd’hui la vérité dérange, et beaucoup rejettent l’existence de Dieu. Parler de Jésus-Christ qui est la seule solution à notre péché entraîne parfois un rejet assez marqué.

Beaucoup de prophètes sont venus avant et après Jésus-Christ pour annoncer sa venue, pour pousser le peuple d’Israël à se détourner de ses péchés, et parler du salut en Jésus-Christ. Mais ils sont nombreux à avoir été rejetés et méprisés.

  • Zacharie, fils de Jehojada (et non pas le prophète Zacharie, fils de Bérékia) a été lapidé après avoir parlé au peuple de la part de Dieu (2 Chroniques 24.19-21)
  • Étienne a été lapidé suite au discours qu’il a fait devant le sanhédrin (Actes 7)
  • Pierre et les apôtres ont été battus de verges pour le témoignage qu’ils ont apporté au peuple (Actes 5.40)
  • Beaucoup de prophètes sont morts parce que le peuple rejetait Dieu (Néhémie 9.26)

De nombreux autres exemples figurent dans la Bible mais l’essentiel est de comprendre que la vérité concernant l’œuvre accomplie par Jésus-Christ dérange. Les gens aujourd’hui ne veulent plus de Dieu dans leur vie et n’acceptent pas le fait qu’ils soient pécheurs et qu’ils ont besoin de la seule solution à leur péché : Jésus-Christ. Pourtant, Dieu désire aussi sauver les personnes qui le rejettent (Matthieu 23.37)

Aujourd’hui les choses n’ont malheureusement pas changé. Beaucoup de nos frères et sœurs à travers le monde sont emprisonnés, battus, torturés, tués à cause de leur foi. À plus petite échelle, lorsque tu parles de Jésus à tes amis, dans la rue, tu peux aussi être l’objet de moqueries, d’insultes, ou peut-être même être frappé suite à ce que tu annonces. Rarement en France cela ira plus loin, mais malgré tout, cela montre le rejet de Dieu de la part des hommes.

Sois donc prêt, en tant que témoin de Jésus-Christ, à être confronté à ce genre de situation.

Peu importe, tu n’es pas seul(e)

Notre rôle en tant qu’enfants de Dieu est d’annoncer, peu importe les montagnes qui se dressent devant nous, les obstacles et le rejet auxquels on doit faire face. Certes, ça sera parfois bien difficile et décourageant. Personne n’aime être rejeté. Mais Jésus-Christ a vécu cela bien avant nous : il a été rejeté, méprisé, frappé et n’est pas insensible à ce que l’on vit (Hébreux 4.14-16). Il est aussi là pour nous accompagner, nous équiper, et nous donner les paroles à propos.

J’aime beaucoup l’attitude qu’ont eu Pierre et les apôtres après avoir été battus de verges suite au témoignage qu’ils avaient rendus. Il est dit qu’ils « se retirèrent de devant le sanhédrin, joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus ».

Rébellutionnaire, voilà l’attitude à avoir lorsque quelqu’un rejette le message que le Seigneur nous a confié. Rappelons-nous aussi que l’homme est face à un choix personnel, que nous ne pouvons pas forcer nos interlocuteurs. Comme le disait C.S. Lewis :

« Au final, il n’y a que deux genres de personnes : Ceux qui disent à Dieu, “Que ta volonté soit faite”, et ceux à qui Dieu dit à la fin, “Que ta volonté soit faite”. » – C.S. Lewis

Auteur : Timothée E.

Timothée, 25 ans, est professeur de Génie Civil à Orléans.