Le contentement…ça te parle ?

Article de Sylviane G., 21 ans, étudiante en école de commerce.

Le contentement, qu’est-ce que cela peut-il bien signifier ?

De nos jours j’ai bien peur que la réponse ne soit « plus grand-chose » !

Pourtant c’est ce mot que Dieu m’apprend à conjuguer à tous temps (et en tout temps). Être content, même quand il est tard le soir, que la journée a été longue, que la seule chose dont tu as envie est d’aller te coucher, que tu dois attendre le bus, dans le froid, et que ce bus tarde à venir, (« il le fait exprès ou quoi ?? »). Et oui, c’est dans ces moment-là que Dieu me fait comprendre qu’Il me donne une occasion d’appliquer ce que j’ai lu plusieurs fois ces derniers temps : « Réjouis-toi en toutes circonstances » (Thessaloniciens 5.16-18). Inutile de vous cacher que ce n’est pas une réaction naturelle, ce n’est pas celle qui me vient instinctivement et instantanément ! Et par mes propres forces, il est difficile de trouver la volonté et l’énergie pour l’appliquer… en tout temps. Mais ce n’est pas un problème, au contraire, cette faiblesse est une réelle bénédiction puisqu’elle permet à Dieu de me montrer qu’avec Lui tout est possible, que lui seul a la force de me faire changer et qu’il est là, à chaque instant, à mes côtés pour m’aider ! En sachant cela, comment est-il possible de ne pas se réjouir et se contenter en tout temps ? =)

Car oui, si j’ai Dieu dans mon cœur, c’est lui qui me comble de sa joie et je n’ai besoin de rien d’autre que de sa présence dans ma vie. Le reste ne compte plus (ou en tout cas moins^^) ! Et Il nous rappelle bien dans sa Parole au chapitre 6 versets 25 à 34 du livre de Matthieu qu’il pourvoit et que nous avons à ne nous inquiéter de rien :

C’est pourquoi je vous dis : ne vous inquiétez pas de ce que vous mangerez [et boirez] pour vivre, ni de ce dont vous habillerez votre corps. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture et le corps plus que le vêtement? Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment pas et ne moissonnent pas, ils n’amassent rien dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter un instant à la durée de sa vie ? Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement ? Étudiez comment poussent les plus belles fleurs des champs : elles ne travaillent pas et ne tissent pas ; cependant je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’a pas eu d’aussi belles tenues que l’une d’elles. Si Dieu habille ainsi l’herbe des champs, qui existe aujourd’hui et qui demain sera jetée au feu, ne le fera-t-il pas bien plus volontiers pour vous, gens de peu de foi ? Ne vous inquiétez donc pas et ne dites pas : « Que mangerons-nous ? Que boirons-nous ? Avec quoi nous habillerons-nous ? » En effet, tout cela, ce sont les membres des autres peuples qui le recherchent. Or, votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Recherchez d’abord le royaume et la justice de Dieu, et tout cela vous sera donné en plus. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain, car le lendemain prendra soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

Contentons-nous donc de ce que nous avons, ouvrons les yeux sur les nombreuses bénédictions que Dieu nous accorde, comme par exemple le simple fait de nous réveiller chaque matin, de pouvoir profiter d’un bon petit déjeuner avant d’aller en cours (et oui l’école est aussi une bénédiction, même si ça peut être dur à croire, surtout quand on y est toujours !), de dormir dans un bon lit douillet… Et réjouissons en toutes circonstances, LE créateur de l’univers est là avec nous, il y a de quoi être dans la joie, non ?! =)

Auteur : Sylviane G.

Sylviane, 21 ans, est étudiante en école de commerce.