Ce que j’ai, je te le donne

Crédits photo : opaleblog.com

Article de Sarah B., 22 ans, étudiante en ressources humaines

Il y a quelques jours de cela, j’allais offrir une Bible à un ami et je voulais lui écrire ce petit mot qu’on écrit en général quand on offre une Bible, un mot qui interpellerait. Mais voilà, rien ne me venait. Alors j’ai décidé de chercher un passage dans la Bible et je suis tombée sur celui-ci : « Je n’ai ni argent, ni or ; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche. » (Actes 3.6)

Alors c’est vrai qu’il semblait banal sur le moment, mais il m’a interpellé.

Cette histoire est celle d’un homme, un mendiant qui demandait l’aumône à Pierre et Jean. Cet homme était boiteux de naissance, et il est dit qu’il venait tous les jours au pied du temple pour mendier.

Je me dis qu’on est parfois comme cet homme. Tous les jours, on est à la recherche de quelque chose. Tous les jours, on espère que quelque chose de bon nous sera donné et changera un peu notre quotidien. Mais chaque jour, on est en quête et rien ne semble pouvoir nous combler, nous satisfaire.

Pierre dit à cet homme : « Je n’ai ni argent, ni or ». En effet, il n’avait pas les richesses que cet homme espérait ; il n’avait pas d’argent à lui offrir. En entendant ça, le mendiant devait être déçu de ne pas avoir ce qu’il désirait, mais Pierre poursuivit en disant : « mais ce que j’ai, je te le donne ».

Ce boiteux pensait sûrement en lui-même : Mais qu’est-ce que tu pourrais bien avoir d’autre qui me plairait plus que l’or et l’argent ? C’est tout que je veux, moi ! Mais aussi vrai que Pierre ne possédait pas les richesses que ce boiteux espérait, il s’apprêtait à lui offrir des richesses que cet homme n’attendait pas, ne connaissait pas et n’espérait pas. Ces richesses surpassaient ce que l’or et l’argent pouvaient lui accorder. La suite du texte dit : « au nom de Jésus Christ de Nazareth, lève-toi et marche. Et le prenant par la main droite, il le fit lever. Au même instant, ses pieds et ses chevilles devinrent fermes ; d’un saut il fut debout, et il se mit à marcher. Il entra avec eux dans le temple, marchant, sautant, et louant Dieu » (Actes 3.6-8).

Cet homme avait placé ses besoins dans l’argent, mais Pierre avait vu en lui un autre besoin : cet homme boiteux pouvait remarcher et ce, par la puissance de Jésus-Christ.

Parfois, on cherche à combler un besoin sans comprendre qu’il y en a un plus important auquel il faut répondre. Ce qui nous paraît beaucoup est tellement peu comparé à ce que l’on pourrait recevoir si seulement on le demandait, si seulement on s’examinait. Cet homme était toujours assis devant le temple. Il était donc en présence d’hommes de Dieu et, plutôt que de leur demander une prière pour ses membres, il demandait tous les jours quelque chose de vain. Mais ce jour-là, ces hommes de Dieu lui ont donné plus que ce qu’il ne pouvait s’imaginer recevoir. Ce jour-là, il a vu Dieu à l’œuvre dans sa vie et il a connu ce qu’est la vraie richesse. C’est pourquoi il marchait, sautait et louait Dieu.

Et je veux te dire comme Pierre : ce que j’ai à offrir peut sembler peu. Mais ce que j’ai de plus précieux, c’est la Parole de Dieu, c’est Dieu, et c’est ça que je veux te donner. Car tout comme il a su agir au-delà des espérances de cet homme, Dieu peut agir dans ta vie et combler des besoins que tu ne soupçonnais pas.

Merci Seigneur, car tu es un Dieu qui prend soin de nous dans les moindres détails, au-delà de nos espérances, au-delà de nos pensées. Ta fidélité est grande et ta compassion dure à toujours. Amen !

Auteur : Sarah Barrel

Sarah, 21 ans, est étudiante en BTS assistant de manager.