Es-tu chaud ou froid pour le Roi ?

Post de Jonathan P., concepteur de sites web à Paris et responsable de groupe de jeunes.

Après ces choses, Dieu mit Abraham à l’épreuve, et lui dit : Abraham ! Et il répondit : Me voici ! Dieu dit : Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l’une des montagnes que je te dirai. Abraham se leva de bon matin, sella son âne, et prit avec lui deux serviteurs et son fils Isaac. Il fendit du bois pour l’holocauste, et partit pour aller au lieu que Dieu lui avait dit. (Genèse 22.1-3)

Attention au confort !

Dans le chapitre précédent, on sent que la vie d’Abraham commence à se calmer, alors qu’il a vécu beaucoup de challenges auparavant. Dans ce confort, on aurait pu imaginer qu’Abraham soit devenu tiède.

Je vais vous partager mon expérience là-dessus. Cette semaine, je commençais à me sentir tiède, mais j’étais content du confort que cela m’apportait. En général, je suis tout le temps en train de chercher à témoigner, parce que j’aime les gens. Mais ces derniers temps, j’ai mis cela un peu de côté, et j’ai eu des réactions dans mon cœur qui m’ont montrées que je me suis centré sur moi-même. D’habitude, j’ai très envie de parler de Dieu aux jeunes qui traînent, et là, j’avais juste hâte de rentrer chez moi, et d’être dans mon confort. Jeudi matin, j’ai pris un vrai temps seul à seul avec Dieu, et j’ai compris que je devenais tiède à cause de mon manque d’intimité avec Dieu. Ma nature humaine avait pris le dessus. Mais on ne peut pas rester dans son confort lorsqu’on laisse le Saint-Esprit réellement nous introspecter.

Cette semaine, j’ai également lu une nouvelle des chrétiens persécutés en Irak. De plus en plus, ils se font tuer… A chaque fois, je suis face à ce décalage, face à ma vie qui est tellement facile. Je comprends alors, que si je ne me mets pas volontairement en position de combat, je rentre dans le confort. Quand on a conscience du monde spirituel, on ne peut pas se mettre en mode « veille ».

Je reviens au texte : Abraham, de façon étonnante, réagit avec une totale confiance à Dieu. Il ne négocie pas, et il est prêt à tuer l’être qui lui est le plus cher. Ce n’est pas écrit, mais je suis convaincu à 100% qu’Abraham était connecté avec Dieu pendant le temps qui s’est écoulé juste avant cette épreuve. S’il avait réagi avec sa nature humaine, il aurait probablement désobéi. Abraham n’aimait pas Dieu seulement parce qu’il lui avait fait une promesse ! Il le démontre en étant prêt à y renoncer.

Le remède à la tiédeur

Il est facile de se mettre dans une position de confort… Et quand on met nos besoins à une position trop importante dans notre vie, ça peut rapidement être le cas. Comment savoir si on est dans cette situation ? Il faut tout simplement s’examiner, et regarder si on est prêt à renoncer à tout, sans exception, pour Dieu. Mon appartement, ma ville, mes amis, ma famille, mon conjoint, mon travail (Matthieu 19.29). Il faut constamment être prêt à tout avec Dieu. Quand j’étais célibataire, j’ai dit à Dieu que j’étais prêt à renoncer à avoir une femme.

Tout le monde est face à ce challenge. Pour vivre cette réalité avec une grande ampleur, il faut revenir à Jésus, avoir conscience de nos manquements, et le reconnaître toujours plus comme notre Sauveur. Ne pas mettre Dieu en première position est un péché. Jésus est également mort pour ça ! Cette prise de conscience et cette repentance (tout lui abandonner) est le chemin pour accepter plus facilement Jésus comme notre Seigneur, comme notre Roi, comme notre Boss !

C’est donc en abandonnant tout à Jésus en tant que Sauveur, que je peux réellement le reconnaître comme Roi dans ma vie.

Réfléchissons à notre vie :
avons-nous tout abandonné au Roi des rois ?

Du même auteur S’intéresser aux autres

Auteur : Jonathan P.

Jonathan est concepteur de sites web à Paris et responsable de groupe de jeunes.