Rébellutionnaire en action : j’annonce l’Évangile dans les rues de ma ville

Le Samedi 18 Novembre 2016 était une journée très spéciale pour moi : j’étais dans les rues de ma ville pour évangéliser. Non pas que j’en sois à ma première expérience, mais parce que l’évangélisation me procure toujours un merveilleux sentiment d’accomplissement. Cela vient sans doute de ce que j’ai été créée et sauvée pour la gloire de Dieu. Chaque fois que j’accomplis quelque chose pour Christ, mon sauveur, je me sens donc comblée et satisfaite.

Cependant, les semaines qui ont précédé cette journée étaient un peu difficiles sur un plan personnel. Je ressentais une sorte de vide intérieur et j’étais quelque peu démotivée. En plus, je me posais toutes sortes de questions au sujet de ma relation avec Dieu : où en suis-je dans ma croissance spirituelle ? Christ est-il fier de moi ? Après cette période de questionnements, Dieu a fini par me consoler en me permettant d’aller dans les rues afin de gagner des âmes pour Christ.

En fait, je fais partie d’une église locale à Alost, une ville de la région flamande en Belgique. Avec six autres jeunes et le responsable de la jeunesse, nous nous sommes décidés à reprendre nos habitudes. En effet, cela faisait deux ans qu’on n’avait pas proclamé Christ dans les rues de notre ville. Notre équipe chargée d’évangélisation a établi un planning en mettant beaucoup d’accent sur la prière.

Nous avions pris au sérieux la prière parce que nous étions convaincus que l’œuvre de Dieu ne pouvait être accomplie qu’avec la force divine. Nous avons donc consacré trois jours pour la prière afin que la puissance du Saint-Esprit nous donne l’assurance d’annoncer la bonne nouvelle de Jésus-Christ et de son Royaume (Actes 4.29-31). Et comme nous savions que nous aurions affaire à des personnes athées ou agnostiques, nous avions surtout imploré la grâce de Dieu afin qu’elles puissent voir briller la « splendeur de l’Évangile de la gloire de Christ » (2 Corinthiens 4.4) et que toutes sortes de raisonnements sataniques soient renversés (2 Corinthiens 10.5).

Dans notre groupe de jeunes, nous méditons sur un livre spécifique de la Bible chaque mois. Et pour le mois de Novembre, nous sommes entrain de lire le livre du prophète Habacuc. Le thème de notre journée d’évangélisation était donc tiré d’Habakuk 2.4 :

« On connaîtra la présence glorieuse du Seigneur. Le pays en sera rempli comme les eaux recouvrent le fond de la mer. »

Le jour J arriva enfin. Comme prévu, nous nous sommes retrouvés sur la principale rue commerçante vers treize heures. Après un moment de louange, de prière et d’encouragement, nous sommes séparés par petits groupes de deux ou trois disciples. Malgré une certaine peur au début, une joie inexplicable me remplissait petit à petit. Malgré le froid et l’indifférence des personnes abordées, j’étais heureuse de me lever enfin pour Christ.

Après près d’une heure et demie d’évangélisation, nous nous sommes retrouvés au point de départ. J’étais contente d’avoir accompli quelque chose  que mon cœur désirait vraiment. Et je me disais que Dieu et ses anges devaient être encore plus joyeux. Chacun de nous a ensuite raconté son expérience.

Après évaluation, nous avons constaté que nos conversations avec les passants ont principalement porté sur deux points :

  1. Premièrement, comme il fallait s’y attendre, la grande majorité de gens ne croyaient pas en Dieu. L’un de leurs arguments était qu’ils ne voyaient pas pourquoi ils devraient croire. Sur ce point, notre message était de dire que la nature et ses merveilles prouvent que le monde a été créé par Dieu (Romains 1.19-20). Ensuite, nous avons insisté sur le fait qu’ils sont pécheurs comme nous le sommes nous-mêmes (Romains 3.23) et qu’ils ont besoin de la grâce de Dieu (Romains 6.23). Enfin, nous leur avons présenté la personne de Jésus, mort pour leurs péchés afin qu’ils soient justes aux yeux de Dieu (2 Corinthiens 5.21).
  1. Deuxièmement, les gens disaient qu’ils préféraient attendre la mort afin de découvrir la vérité. Sur ce point, nous les avons appelés à se tourner vers Dieu pendant qu’il est encore temps (Hébreux 4.6). Nous avons aussi insisté sur le fait que Jésus avait réellement vaincu la mort (Actes 3.15) et qu’ils n’ont plus aucune raison de craindre la mort pourvu qu’ils croient en son nom (Jean 1.12).

A la fin de cette évaluation, nous nous sommes quittés sur une prière et avons ensuite passé un moment de communion entre frères et sœurs, mangeant et discutant des choses d’en haut. Ensuite, je suis tombée sur Marc 16.15 :

« Puis il leur dit : Allez dans le monde entier, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. »

En méditant sur ce passage biblique, Dieu m’a réellement fait comprendre que nous avons tous pour mission de proclamer la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ à tous les êtres humains afin qu’ils connaissent « la présence glorieuse » du Seigneur Dieu.

Intéressé(e) par ce défi ? A toi de jouer !

Auteur : Rebecca M. Sheka

Rebecca, 21 ans, est disciple de Jésus-Christ et amoureuse de la photographie.