Les relations garçon-fille hors mariage (3/3) – Est-ce que je peux sortir avec un(e) non-chrétien(ne) ?

Crédit photo - presta
Crédit photo – presta

Nous avons déjà vu vu ici et ici qu’il y a un principe régulateur dans les Écritures pour bien vivre nos relations entre garçons et filles. Nous avons vu que ce principe a un impact sur notre vision du mariage iciici, et ici, ainsi que sur notre vision de la sexualité ici et ici. Nous regardons maintenant ce que la Bible a à nous dire sur les relations hors mariage. Ayant commencé ici, et continué ici, nous terminons avec un article de Clément !

Avant même d’aborder cette thématique, sachez que, peu importe les termes que vous utilisez pour décrire votre relation avec une fille/un gars (« Sortir avec X, fréquenter Y, Z est ma petite amie, ZY est ma copine, AB est mon amie »), c’est le contenu de cette relation qui compte.

Par fréquentation, on fait allusion à une période spécifique pendant laquelle un homme et une femme apprennent à mieux se connaître dans la perspective du mariage, ce qui est légitime (voir chapitre 6). Pendant cette période, ils doivent faire évoluer à la fois leur amitié et leur romance, avec un bon équilibre entre les deux. Si la relation bascule trop vers la romance, la relation deviendra une relation essentiellement physique, voire sexuelle. Or, le chapitre 7 précise que, bibliquement, les relations sexuelles sont réservées au seul cadre du mariage.

Pour rappel, la question phare du présent chapitre est : « Est-ce que je peux sortir avec un(e) non-chrétien(ne) ? »

Dans son article (parties 1 et 2), Kathy Keller présente très explicitement les conséquences possibles d’un mariage entre chrétien et non-chrétien : mise en retrait de la foi du chrétien, marginalisation du non-chrétien par rapport aux activités du chrétien ou trêve avec insatisfaction des deux membres du couple.

 

Conclusion

Nous venons de voir ici que les fréquentations doivent se faire dans le but du mariage. Or, un mariage disparate (chrétien/non-chrétien) n’a aucunement sa place dans une perspective biblique.

Donc, fréquenter une personne non-chrétienne dans une perspective de mariage non biblique est contraire à ce que dit la Parole de Dieu.

Dès lors, fréquenter un non-chrétien devient, n’ayons pas peur de le dire, absurde.

Collectif de la Rébellution

Nathan, Fidji, Sam et Sarah étaient les membres de l'équipe de la Rébellution quand ils ont publié cette série sur les relations gars-filles.

Tu devrais aussi aimer...

53 Commentaires

    Avatar
  • Je trouve l’article plutôt court et trop direct.
    Il n’y aucun mal a sortir avec un non chretien.
    Ce que je veux dire une relation chretien non chretien peut etre benefique pour les deux parties. Par exemple une fille athée qui sortirait avec un garçon chretien serait touchée par la façon dont son copain la traite avec autant de respect (en supposant qu’elle n’aie pas connu cela avec ses ex) et cela pourrait l’amener à croire en Dieu. Ce que je veux dire c’est que l’on peut être temoin de Dieu tout en sortant avec un non chretien ( bien sur si l’autre respecte notre religion).
    Pour remarque, j’ai utilisé le mot « athée » pour mon exemple parceque je sais pas si on parle de relation entre athé et chretien ou entre chretien et une personne d’une autre religion

      Avatar
    • et tu en fait quoi de 2 corinthiens 6:14 ? « ne formez pas d’attelage dispaparate?  » Je crois que ce verset est plus que clair.
      Pour avoir vu de mes propres yeux des ami(e)s tenter l’expérience, c’est à déconseiller.. plusieurs ne sont plus dans la foi ou alors sont tombés dans des compromis qu’ils regrettent…Si la personne est plus que chrétienne ( car qu’est-ce que ça veut dire encore « chrétien » à notre époque?) et qu’elle est disciple de Christ, ils vont vers de sérieux soucis…

    • Avatar
    • Merci pour ton message. Si tu es d’accord avec le principe exposé par Nathan, la période des fréquentations est un temps pendant lequel les deux individus apprennent à mieux se connaître en vue du mariage. Dans les articles que nous avons déjà publiés de Kathy Keller (voir les liens dans mon article ci-dessus), elle montre à quel point un mariage entre chrétien et non-chrétien peut avoir de douloureuses conséquences. Bien sûr, il arrive que le conjoint non-chrétien finisse par se convertir. Mais dans combien de cas est-ce le contraire ? Sommes-nous prêts à jouer avec le feu ?

      Quel est l’intérêt de fréquenter un non-chrétien sachant que, selon la Bible, nous ne devons pas nous marier avec, c’est-à-dire former d’attelage disparate (2 Corinthiens 6.14-18) ?

      Je pense qu’un chrétien mature, c’est-à-dire un vrai disciple de Christ, qui a compris l’importance de l’ordre missionnaire de faire des disciples de Matthieu 28.19-20, ne peut envisager sérieusement la possibilité de fréquenter une personne non-chrétienne, car il sait quel est le but de sa vie, et ne peut s’imaginer se marier avec une femme dont il ignore la destination éternelle. Personnellement si j’étais marié avec une femme non-chrétienne, ça me hanterait de ne pas savoir si elle est sauvée ou pas (dans le cas d’un décès brusque par exemple).

      Mon article se voulait court car il se basait sur un raisonnement biblique et non pas sur notre propre expérience ou notre propre raisonnement. Pour finir, je base mon leitmotiv dans ma foi de la manière suivante : c’est la Bible qui éclaire l’expérience, et non pas le contraire. Si non, je risquerais de faire dire à la Bible tout ce que je voudrais, sous prétexte que j’ai vu telle personne vivre ça, etc.

        Avatar
      • Amen Clément! « Pour finir, je base mon leitmotiv dans ma foi de la manière suivante : c’est la Bible qui éclaire l’expérience, et non pas le contraire. Si non, je risquerais de faire dire à la Bible tout ce que je voudrais, sous prétexte que j’ai vu telle personne vivre ça, etc. »

        Je veux te poser une question, car c’est une problématique que j’ai rencontré. Quelle frontière tu fais entre ce que tu as dit , et certaines promesses de la Bible qui se rattachent au salut du foyer. Notamment celle-ci qui revient très souvent Actes 16:31 « Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille. » .
        Je demande tout simplement, parce que c’est une question que je me pose.
        A te lire sur le sujet.
        Victoria.

      • Avatar
      • +1 Clem’ !!! ;)

      • Avatar
      • merci beaucoup pr votre eclaircissement

    • Avatar
    • Pour moi c’est simple, la Parole est là pour nous guider et le Saint-Esprit nous parle à travers ces Paroles, chacun recevra différemment, pas forcément contradictoire et c’est là la Puissance de Dieu car il nous parle à tous personnellement. Ayant vu des témoignages autour de moi, je reste à dire que tu ne dois pas aller à l’encontre de ce que Dieu t’as donné comme mission. Par exemple, j’ai une très bonne amie disciple de Christ (au sens où vous l’entendez), qui est sortie avec un athée, qui d’apparence ne voulait pas entendre parler de Christ. Sauf que mon amie, ayant été dans la prière depuis longtemps, sentait quelque chose de spécial par rapport à cette personne qu’elle ne savait pas trop expliquer. Cet appel s’est ressenti tellement fort qu’elle est sortie avec, avec comme condition qu’il respecte sa foi. Elle a fait le choix sans trop y croire étant donné que c’était contraire à ce qu’elle recherchait, elle-même se disait pourquoi elle faisait ça. Les choses se sont faites simplement, elle a été un témoignage pour lui durant quelques mois sans pour autant lui forcer la main à croire mais elle parlait juste de sa foi librement, et SURTOUT, ses actes valaient plus que ses paroles car à ce niveau-là elle a vraiment été un témoignage. Il y a par exemple certaines choses qui ont vraiment marqué le garçon comme le fait qu’elle pardonne sur des choses affreuses, etc. A noter qu’elle n’arrêtait pas de prier pour lui. Puis un beau jour, étant intrigué par mon amie, il voulait lire cette Bible qui la façonne en lui demandant des conseils sur des versets à lire. Inutile de vous raconter la suite, Dieu l’a touché, il va bientôt se faire baptiser, et s’est investi dans un ministère. Certes, peut-être que ça n’arrive pas tous les jours, mais là où je veux en venir c’est que quand Dieu te demande une chose, même si pour toi c’est impensable, il faut être prêt. Il y a des fois où nous choisissons la facilité de rester dans notre bulle confortable et si jamais un jour Dieu te dit: va libérer mon peuple en Egypte, on se rétracte parce qu’on pense que c’est impossible. Or Dieu est un Dieu d’impossible, mais il faut être à son écoute. Bien sur, qui ne rêverait pas d’avoir un foyer totalement voué à Christ? Mais si jamais, tu fais parti des quelques uns que Dieu a choisit pour accomplir une mission particulière comme celle de mon amie, soit prêt à l’écouter et à Lui faire confiance. La difficulté parfois est de discerner si c’est Dieu qui te parle ou tes sentiments. Je ne suis pas Dieu, mais à mon humble avis, je pense qu’il choisit les personnes qu’il sait qu’elles auront les épaules pour. Et ça, peu importe ce que les hommes pensent de nous ni comment on se voit, Dieu connait nos potentiels intérieur.

      Que Dieu nous éclaire, et nous bénisse tous

        Avatar
      • amen soit benis

  • Avatar
  • A mon avis, penser convertir une personne en sortant avec, est plus un moyen de se donner bonne conscience qu’autre chose (volontairement ou involontairement, le chrétien pouvant être sincère)

    On peut trouver des contre-exemples qui finissent bien, mais c’est toujours l’exception qui confirme la règle. L’apôtre Paul dit très clairement de ne pas se mettre sous un joug étranger, et le mariage est bien le joug par excellence. (au sens premier de la métaphore)
    Passer outre cela, c’est prendre des risques inutiles.

    Après chacun est libre de ses décisions. Mais la vie contient déjà assez d’épreuves, il me parait dommage de se rajouter des souffrances supplémentaires par simple désobéissance.

      Avatar
    • tout à fait… le fait que tu cites cela comme la désobéissance est vraie! Car la Parole est claire à ce sujet en 2 corinthiens 6:14 aussi :-)

  • Avatar
  • Je trouve cet article très culpabilisateur, et surtout, je trouve qu’il oublie quelque chose de très important : mieux vaut quelqu’un d’entier d’un côté ou de l’autre, qu’un « demi-chrétien » (un dicton dans notre famille dit « demi-chrétien, complet crétin » ;)).
    Somme toute, ce que je veux dire, c’est qu’il faut être sûr de faire les choses pour les bonnes raisons. Je connais beaucoup de « chrétiens » qui veulent se marier le plus vite possible pour pouvoir le plus vite faire l’amour, et vont souvent droit dans le mur. Tout ça parce que pour eux ils se marient dans une perspective de mariage, mais cette perspective est « teintée ».

      Avatar
    • Merci Yann pour ton commentaire.
      Si tu m’as trouvé culpabilisateur, je te demande pardon, ce n’était pas mon but. Mon but était de démontrer qu’en suivant un raisonnement biblique, très bien commencé par Nathan Lambert, on arrivait à la conclusion que fréquenter un non-chrétien est une absurdité. Pour comprendre l’ensemble de mon court article, il faut justement aller visiter les articles auxquels il fait référence.

      Par rapport à ta remarque concernant les demi-chrétiens, je suis très tranché. Dans la Bible, il y a une dichotomie essentielle : Soit tu vis l’éternité auprès de Dieu, soit ce n’est pas le cas. Un demi-chrétien, un chrétien du dimanche, un chrétien non pratiquant (ça existe dans les Eglises évangéliques aussi), n’est pour moi pas un chrétien. Chrétien signifie « petit Christ ». Personnellement, j’aurais du mal à clamer haut et fort que je suis un petit Christ étant donné ma tendance à pécher continuelle. Mais, par le sang de Jésus-Christ crucifié, Jésus me pardonne, me réconcilie avec le Père et me permet d’être considéré comme son frère (Romains 8.29), c’est-à-dire comme un petit Christ devant Dieu. C’est inouï ! Merci Seigneur pour ce salut, donné gratuitement, par grâce !

      Je te rejoins sur le fait que de se marier dans la précipitation est une grave erreur. Un chrétien se marie, parce qu’il veut s’engager, par l’alliance du mariage, à vivre avec sa promise toute sa vie sur terre. Faire l’amour fait partie du package du mariage mais ne doit en aucun cas être le but du mariage. Sinon, le sexe peut rapidement devenir une idole et créer des déboires pour le couple.

      Pour reprendre ton expression, je ne pense pas que « mieux vaut quelqu’un d’entier d’un côté ou de l’autre ». Si un chrétien « entier » se marie avec une non-chrétienne, et que celle-ci reste entièrement non-chrétienne toute sa vie, cela créera des tensions très bien décrites dans l’article de Kathy Keller que je t’invite à lire. Et pour finir, je pense que mieux vaut être sûr du salut de son épouse, qu’avoir une demi-chrétienne ou une chrétienne, car dans tous les cas, celle-ci n’est pas véritablement sauvée (on reconnaît l’arbre à ses fruits, et ces fruits viennent du cep qu’est Jésus, cf. Jean 15.5)

  • Avatar
  • Pour répondre à Solène, je pensais aussi au début qu’il y avait des bons côtés à sortir avec un non-chrétien (permet de témoigner au sein du couple, l’amener à Dieu). J’ai été en couple pendant 5 ans avec quelqu’un qui se disait ouvert et intéressé par la religion chrétienne. Il nous est arrivé d’aller quelques fois un dimanche à l’église, ou même de prier et lire la bible ensemble. Mais pour tout dire j’étais mal à l’aise, j’avais l’impression qu’il jaugait tout et je n’arrivais pas à être moi-même. De plus c’était dur pour moi de devoir être celle qui instiguait les moments spirituels, car ce n’était jamais lui qui proposait qu’on lise la bible ou qu’on prie! De plus, pour moi quand tu te mets en relation avec une personne c’est quand même dans un but durable et là j’ai fait l’erreur de croire qu’il était de cet avis jusqu’au moment où il m’a laissé tomber comme quoi il voulait vivre d’autres histoires avant de se marier.
    Donc à mon avis ce n’est pas mal de se mettre en couple avec un non-chrétien, mais c’est très difficile et il faut en être conscient, et être sûr que Dieu nous veut avec cette personne. Après j’espère que mon ex n’oubliera pas ce que je lui ai partagé de ma foi et qu’un jour l’envie lui viendra de donner sa vie à Dieu.

      Avatar
    • Merci sincèrement pour le partage Prismus …
      C’était très courageux de nous faire part de ton expérience. Je pense que ton exemple montre que cette relation n’était pas à la gloire de Dieu. Mais le plus important n’est pas le passé, c’est ce que tu décides de faire de ton présent et de construire ton avenir. Sois forte ma sœur !

      Je me permets de reprendre tes mots : « Donc à mon avis ce n’est pas mal de se mettre en couple avec un non-chrétien, mais c’est très difficile et il faut en être conscient, et être sûr que Dieu nous veut avec cette personne. »

      Tu bases ta réflexion sur ton avis, mais je t’encourage ma sœur, à la baser sur ce que dit la Bible. 2 Corinthiens 6.14-18 et 1 Corinthiens 6.12-20 me semblent être de bons articles dans ce sens (il y en a bien d’autres). En effet, tu baserais le fait que « Dieu te veut avec cette personne » sur une certitude ? Mais notre cœur est bien trompeur… Matthieu 6.21 nous dit que là où est notre trésor, là aussi sera notre cœur. Si notre trésor n’est pas Dieu, il est une idole. Imagine que ton trésor est le garçon que tu fréquentes. Là aussi est ton cœur. Proverbes 4.23 dit que le cœur est la source de tout ce qui fait ta vie. Donc tes pensées, et a fortiori ton raisonnement en découlent. Cela inclut le raisonnement suivant « je suis sûr que Dieu me veut avec cette personne ». Or, si Dieu n’est pas notre trésor, notre pensée ne pourra être inspirée par lui…

      Je ne veux pas que tu croies que je te jette la première pierre, j’essaie juste d’exposer pourquoi je crois que fréquenter un non-chrétien n’est pas possible bibliquement. Si je t’ai blessé dans ma manière d’exposer mes idées, je te demande pardon ma sœur…

  • Avatar
  • C’est vrai que l’article m’a laissé un peu sur ma faim. Mais peu importe, ce qu’il dit est véridique! Premièrement, car la Bible nous l’interdit, faut pas avoir peur de le dire… (2 corinthiens 6:14). Ensuite, à titre personnel, je l’ai vu plusieurs fois l’expérience tentée dans mon entourage… à 90 % des échecs. Et ceux qui y arrivent en souffrent car n’oublions pas qu’en se mariant, le Seigneur considère que nous formons une seule chair… Si ce corps regarde dans des directions opposées, ça fait très souvent mal..
    Je conseille la predication du Pasteur David Pothier, une des meilleures que j’ai écouté sur le sujet!
    http://impactjeunesse.com/ij/messages/65-hommefemme-mode-demploi-2/315-hommefemme-mode-demploi-2-1-comment-trouver-son-partenaire-de-vie-

      Avatar
    • Je confirme pour David Pothier.
      Je trouve cependant l’article un peu trop court. J’allais le partager à une amie qui s’est mises avec un non-chrétien mais dès que j’ai vu la faiblesse de l’article j’ai changé d’avis. C’est dommage..

        Avatar
      • Merci David et Lionel pour vos retours. L’article est court, mais le bien-fondé biblique est déjà très clairement exposé dans les articles mentionnés dedans. Je rappelle qu’il fait partie d’une série sur les relations garçon-fille, et qu’il y a des principes qui ont été posés, articles par articles. Je ne peux résumer l’idée sans ces principes. Les développer à nouveau aurait, à mon sens, alourdi mon texte.

        Je t’invite Lionel à partager cet article avec ton amie en lui précisant de lire les articles connexes. ;-)

  • Avatar
  • J’aimerais cependant soulever un problème que je constate de plus en plus.. Cela va être un peu cru et je m’en excuse déjà…Mais j’aimerais parler du déséquilibre des personnes consacrées à Dieu entre mecs et filles. Je ne sais pas pour vous, mais ici où je vis (Belgique), les groupes de jeunes sont souvent composées en majorité de filles. Et la plupart aime Dieu sincèrement et se préserve pour le mariage. Mais de notre coté (les gars), le manque est criant… Je vois donc des jeunes femmes avancer en age, dans la crainte du Seigneur mais aussi, parfois, dans la souffrance d’être encore seule alors que les amies commencent à se caser… Dans ces conditions-là, il est parfois compréhensible, humainement parlant, que certaines vont chercher l’amour en dehors de l’Eglise…Enfin voilà, je ne sais pas ce que vous en pensez, libre à vous!

      Avatar
    • Je partage tout à fait ton avis David, je fais le même constat que toi. A tel point que certains d’entre elles vont facilement voir ailleurs, dixit dans le monde. Il faut que nous les hommes (moi le premier) soyons de plus en plus en consacrés à Dieu et que nous soyons des modèles.

        Avatar
      • Je comprends tes remarques et je constate la même chose ici en France. C’est peut-être compréhensible humainement parlant, mais en aucun cas un bon prétexte pour se mettre en couple avec un non-chrétien, pour toutes les raisons que j’ai déjà expliquées dans les différents commentaires ;-)

          Avatar
        • Tu as tout à fait raison, Clément! Personnellement, ça m’interpelle. Que puis-je faire face à cela ? Prier et aller au combat pour ramener des ames (masculines) lol

            Avatar
          • Que faire ? Je te propose de t’approprier les derniers mots de Paul avant la fin de sa vie dans 2 Timothée :
            1) Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre. (2 Timothée 3.16-17)
            2) Je t’en conjure devant Dieu et devant Jésus-Christ, qui doit juger les vivants et les morts, et au nom de son avènement et de son royaume, 2 prêche la parole, insiste en toute occasion, favorable ou non, reprends, censure, exhorte, avec toute douceur et en instruisant. 3 Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, 4 détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. 5 Mais toi, sois sobre en toutes choses, supporte les souffrances, fais l’œuvre d’un évangéliste, remplis bien ton ministère. (2 Timothée 4.1-5)

            Je voulais te partager essentiellement 2 Timothée 4.2 mais en lisant le texte dans son contexte, je réalise que c’est quelque part la situation actuelle : on préfère suivre quelqu’un qui nous dit que que ce que nous faisons n’est pas mauvais, selon nos « propres désirs ».

            Comme tu l’as dit, prier est essentiel, ce n’est pas une option et tout chrétien mature prie. Un chrétien est en relation avec Dieu, donc forcément il prie, et pour les choses justes (selon Dieu et non pas selon nous ;-) ).
            Mais il faut aussi combattre le bon combat de la foi, essuyer des critiques de personnes opposées pour amener tout genou à fléchir devant ce que dit la Parole de Dieu (notamment au sujet des relations garçon-fille). Ca existe de consacrer du temps, de l’énergie, mais en fin de compte, n’est-ce pas là finalement le but de notre vie ici-bas…?

              Avatar
            • Mon point de vue (en tant que fille sur le sujet).

              Je me suis rendu compte que beaucoup de personnes (filles comme garçons) justifient ces relations comme le désir d’apporter aux autres l’Evangile de notre Seigneur. Ce qui en soi, n’est pas condamnable. Mais je réalise que les gens vivent et entretiennent ces relations car ils espèrent un jour convaincre l’autre de la croix de notre Seigneur. C’est cette pensée qui pousse nombreux d’entre eux à entretenir ces relations malsaines. Je pense que ce faisant, elles se trompent. Car il n’y a que le Saint-Esprit qui est capable de convaincre de péché, de justice et de jugement. Et non l’homme. C’est quelque chose que beaucoup oublient ,et c’est pour cette raison qu’ils le justifient.
              En ce qui concerne les garçons, j’attends Clément de te lire sur la frontière avec les promesses rattachés au salut du foyer.

              – Pour ce qui concerne nos sœurs , qui voyant l’âge passer, et les autres se marier vont se consoler dans le monde. Je pense honnêtement, que celles qui le font n’ont pas encore compris le sens de la croix de notre Seigneur. Le mariage, c’est l’alliance de Christ et de Son Epouse avec l’Eglise. Mais que représente l’Eglise ? Rien d’autre que Les disciples que nous sommes. Je suis même tentée de dire que cette attitude prouve leur inaptitude à se marier. Car si tu ne comprends pas le sens de la nouvelle alliance (entre toi et ton Sauveur ) dans ta propre vie, comment pourras-tu la comprendre quand vous serez deux, et même un foyer. Si tu es capable de compromettre ton alliance aujourd’hui en tant que célibataire, rien ne t’empêchera de la compromettre demain quand tu seras mariée. Pour moi, le processus m’apparaît clair. C’est étape par étape. Ce genre de situations n’expose pas le problème démographique de l’Eglise (c-a-d manque d’hommes et peu de femmes) mais plutôt un problème spirituel: l’état des coeurs des disciples au regard du bénéfice de la grâce de notre Seigneur. Et c’est pourquoi c’est à mes yeux, un problème plus grave.
              Je me demande si ce n’est pas la raison pour laquelle les taux de divorces commencent à être croissants dans l’Eglise? Je suggère.

              Je suis allée plus loin. Et je me rends compte que cette perspective des choses font aussi que beaucoup de personnes pensent trouver dans le mariage une conviction de la croix. C’est , à mon avis, le travail du Saint-Esprit pas du mariage, ni de ton futur conjoint. Un homme peut pouvoir pour son frère / sa soeur un ministère d’encouragement, mais il n’y a que le Saint-Esprit pour apporter dans les coeurs une vraie conviction de la croix.
              Si certaines, certains sont capables de se compromettre. Ayons le courage de leur dire comme Jésus dit aux pharisiens : « Frère, Sœur tu es dans l’erreur, tu ne comprends ni les écritures, la puissance de Dieu. Car, à la résurrection, les hommes ne prendront point de femmes, ni les femmes de maris, mais ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel. »
              Nous avons reçu la vie éternelle, mais je me dis parfois que nous vivons de manière plus terrestre que les mondains. Une fois, que tu regardes tout le sens du mariage dans la perspective de l’éternité, tu sors de cette vision terrestre qui t’entraîne vers « le mariage à tout prix » où tu brûles tellement de te marier que ça te consume.

              En tant, que soeur, ce sont les conclusions auxquelles je suis parvenue.

              A toute!

                Avatar
              • +1 Victoria. J’approuve pleinement ton commentaire. Je n’aurai pas trouvé de meilleurs mots que ceux-là pour exprimer mon point de vue. Tout est dit.

  • Avatar
  • Article très très court c’est vrai, et j’avoue ne pas avoir lu tous les liens…
    Mais ce qui me semble pertinent c’est que nous sommes appelés à vivre pleinement pour Dieu. En se mariant à quelqu’un on ne passe pas simplement plus de temps ensemble, mais on prend toutes les décisions importantes de la vie ensemble, et on vie des hauts et des bas de la vie ensemble.
    Comment s’engager à passer sa vie à prendre toute grande décision avec quelqu’un qui a une perspective complètement différente – même s’il accepte ou sympathise avec la croyance, comment va-t-il pouvoir accepter que Dieu veut qu’on donne plein d’argent à ceci, ou que Dieu veut que je quitte mon travaille pour aller aider les SDF, donc salaire réduit, déménagement dans petit logement, moins de restos… Comment puis-je vivre une vie de folie pour Jésus si je n’ai pas le soutien, l’encouragement et le défi de qn d’autre qui veut la même chose que moi à mes côtés ?

      Avatar
    • Juste pour dire que Dieu ne veut pas forcément que tu aies un salaire peu élevé. Je crois que les chrétiens qui ont pas mal d’argent peuvent être très utiles à l’église local ou universelle.
      (je ne suis pas du tout dans le cas dont je parle, mais il ne faudrait pas croire que chrétien = je me serre la ceinture toutes les fins de mois ;) )
      Petite parenthèse refermée aussitôt ouverte :)

        Avatar
      • Quentin. Oui, c’est vrai que tout chrétien n’est pas appelé à avoir un salaire de misère. Mais ce n’est pas ce que disait Rébecca. Elle disait qu’il faut être parfaitement ouvert à ce que Dieu demande cela de nous ; et en ce jour, d’être marié à un non-chrétien rendra cela impossible. Par contre, je crois que de vivre dans l’opulence n’est pas une valeur biblique Comme tu le dis : les riches sont utiles à l’Eglise, mais ils ne le sont que s’ils lâchent prise de leurs richesses au profit du Royaume – ce qui, encore une fois, ne colle pas avec le mariage avec un non-chrétien. Imagine dire à ton époux(se) : on paie déjà 75% d’impots, et en plus de ça, je veux donner 75% de ce qui reste à l’Eglise – on peut facilement vivre avec 2500€ par mois.

        Donc : mode de vie chrétien radical (ou autrement dit : mode de vie chrétien normal) = incompatible à un mariage avec un non-chrétien. Or, si on ne sort avec quelqu’un que pour explorer la possibilité du mariage, alors de sortir avec un non-chrétien est absurde (c’est tout l’argument de l’article de Clément)…

          Avatar
        • « mais ils ne le sont que s’ils lâchent prise de leurs richesses au profit du Royaume » bien entendu, bien entendu !
          Et bien entendu que « vivre dans l’opulence n’est pas une valeur biblique ».

    • Avatar
    • Merci Rebecca pour tes remarques qui sont très pertinentes et en totale cohésion avec ce que dit Kathy Keller dans son article que je t’invite à lire : http://www.larebellution.com/2012/02/22/epouser-un-non-croyant-partie-2/
      Si tu t’étonnes de la faible taille de l’article, je t’invite à lire ma réponse à Lionel et David J. Bondo un peu plus haut =)

  • Avatar
  • J’aimerais juste signaler pour ceux qui se demandent pourquoi l’article est si court, est du fait que cet article fait partie d’une série d’articles traités depuis quelques temps sur le site de la rebellution. Je vous invite à les lire et découvrir les points qui ont été développés.

      Avatar
    • Merci frère pour ton commentaire. C’est exactement ce que je voulais dire… et que j’ai dit dans mon commentaire à David J. Bondo et Lionel ! ;-)

        Avatar
      • autant pour moi :D

          Avatar
        • Sorry

  • Avatar
  • Super article Clément.

    Par contre, je dirais (en rapport avec ce qui est dit dans la section commentaires), qu’il faudra creuser plus loin que 2 Co 6.14 pour trouver la justification biblique que le mariage entre chrétiens et non-chrétiens est à déconseiller le plus vivement possible, bibliquement. De voir dans ce passage une interdiction du mariage entre chrétien et non-chrétien me parait plutôt être de l’eiségèse que de l’exégèse (de faire dire au passage ce qu’on veut mettre dedans, plutôt que d’en retirer ce qu’il veut nous dire). Il ne semble pas trop parler de mariage ici, mais de discipline d’Eglise.

    Après, c’est une des conclusions qui peut être tirée du principe de ne pas laisser d’incroyants avoir de part dans l’Eglise.

      Avatar
    • Bonjour Nathan,

      Oui mais le couple n’est-il pas la cellule du base de l’Eglise ?

      Par ailleurs, littéralement un joug, c’est une pièce de bois qui unit deux personnes et les force à marcher ensemble.

      Quelle situation pourrait mieux correspondre à la métaphore que le mariage ?

        Avatar
      • Dans le contexte, il ne parle pas de famille, donc la métaphore ne parle pas de quelque chose qui n’est pas du tout présent dans la pensée de Paul dans son argumentaire.

        En revanche, je pense que ce passage donne des principes de séparation d’avec le monde qui peuvent, en y réfléchissant de façon logique, s’appliquer à ce que l’on dit sur le mariage.

        Donc ok pour le prendre comme partie d’un argumentaire, mais ce n’est pas le verset ultime pour moi, puisqu’il ne dit pas explicitement ce qu’on essaie de lui faire dire.

          Avatar
        • De toute façon le verset ultime n’existe pas. De manière générale, une personne qui ne veut pas être convaincue, trouvera toujours une excuse pour justifier sa position.

          Déjà à mon sens demander une preuve biblique pour ce genre de questions est une mauvaise démarche.
          La Bible n’a pas pour vocation d’être un manuel de règles où il est écrit noir sur blanc, tout ce que tu peux faire et tout ce que tu ne peux pas faire.

          Maintenant pour en revenir à l’argumentaire biblique jusqu’à présent c’est quand même ce passage qui me parait le plus explicite et le plus convaincant.

          D’ailleurs je constate que l’article que nous commentons ne cite aucun verset. Tandis que l’article de K. Keller auquel il renvoie, a justement pour unique référence ce verset de 2 cor 6 (accompagnée de 1 Cor7).

          Maintenant si tu as d’autres propositions, n’hésite pas à les partager

            Avatar
          • En fait, la question posée a une réponse tellement logique, au vue de ce qui a été dit dans les chapitres 6 et 7 que j’ai simplement lié les deux ensemble, en y ajoutant les articles de Kathy Keller. Or les chapitres 6 et 7 se basent sur une réflexion biblique, tandis que Kathy Keller attire l’attention sur les conséquences néfastes relatives aux mariages chrétien/non-chrétien, en précisant dès le début que son article ne se base pas sur une exégèse de différents passages bibliques, mais de ce qu’elle a pu voir dans son ministère.

            Mais si tu regardes bien et que tu es chrétien mature, il s’agit plutôt d’une question rhétorique… ;-)

              Avatar
            • Je n’ai pas dit que ce n’était pas logique, simplement que dans la démonstration il n’y avait aucun verset biblique précis. D’où mon commentaire sur 2 Cor 6 :4, qui à mon sens reste toujours le verset le plus explicite.

              Car quelqu’un qui ne se laisse pas convaincre par le verset précédent, ne trouvera certainement pas ce raisonnement plus « logique ».

              D’autant plus que concernant le chapitre 7, il y a toujours un point que je ne comprends pas (et que j’ai signalé en commentaire)dans le raisonnement avec l’alliance de Dieu, mais pour l’instant je n’ai pas encore reçu de précision.

  • Avatar
  • Le danger pour le non-chrétien, et à fortiori pour son copain/sa copine, est de se convertir juste pour faire plaisir à l’autre. C’est ce que plusieurs de mes potes ont cru quand je leur ai dit que j’étais devenu chrétien (car ma fiancée est chrétienne et je ne l’étais pas au début de notre relation).
    Et même au début je ne savais pas si j’avais pris cette décision honnêtement envers Dieu et moi-même, ou pour elle ! Quand tu t’entends dire « je préfère être claire, tu te poses des questions c’est bien, mais si tu ne fais pas de choix nos chemins devront se séparer » et « ah ok tu voulais que son père pasteur te kiffe quoi » c’est dur pour un chrétien tout frais de savoir où il en est réellement.

    Cependant je ne me plains pas car maintenant tout est clair dans mon coeur, et peut-être que je ne me serais jamais converti si on ne s’était pas « mis ensemble » et discuté comme on l’a fait.

      Avatar
    • Ne serait-elle pas une certaine Anais par hasard ? ;D

        Avatar
      • oui ;)

  • […] La question – Le Principe – Le divorce – La fidélité – L’autorité et la soumission – L’homosexualité (1) – L’homosexualité (2) – Sortir avec quelqu’un – Le sexe avant le mariage – Sortir avec un(e) incroyant(e) […]

  • Avatar
  • Bonjour a tous,

    Je pense avoir un soucis. En fait, je suis chrétien, du moins je crois en Dieu, mais cependant, cela fait peu de temps que je souhaite être en Christ. J’ai récemment arrêter les cigarettes (même si je n’y étais pas accro, du moins pas encore), la pornographie (cela faisait quasiment une dizaine d’année que j’étais dedans), et je projette d’arrêter le cannabis aussi…

    Bref, la n’est pas le sujet. Je voudrais parler de la relation que j’ai avec mon actuel petit amie.

    Cela fais maintenant 2 ans que je suis avec elle. Elle est athée, mais le fait que je sois croyant ne la jamais déranger. Il nous arrive même d’avoir des discussions sur la religion. Elle est relativement ouverte d’esprit et a l’écoute, ce qui est une bonne chose, mais elle ne croit pas en Dieu.

    Au début, ça ne me dérangeait pas, mais j’essaye de me rapprocher de Dieu, plus je me dis que la relation que j’ai avec elle n’est peut être pas saine, du au fait que nous avons des relations intimes hors mariage. Nous sommes fidèle l’un envers l’autre, nous nous aimons vraiment (je sais qu’elle souhaiterait fonder une famille par exemple, simplement que pour nous le mariage n’est pas une obligation pour y parvenir). Et c’est la qu’il y a un soucis, puisque Dieu déconseille les relations hors mariage, et malgré son ouverture d’esprit, ma copine est athée, et elle pense que cela ne changera jamais. J’aimerai savoir ou comprendre ce que je suis censé faire parce que je le retrouve dans une impasse…

      Avatar
    • Bonjour Jérémie,
      Tu te poses des bonnes questions, et ta démarche est vraiment encourageante.
      Tu as tout à fait raison : plus tu te rapproches de Dieu, moins cette relation sera saine pour toi. Et surtout si tu as déjà eu des relations intimes avec elle. Un couple biblique, c’est plus que cette règle d’avoir des relations sexuelles seulement une fois marié. C’est un homme pour qui Jésus est plus important que sa femme, qui est avec une femme pour qui Jésus est plus important que son conjoint. J’ai récemment entendu un jeune couple marié qui fait face à de très sérieux problèmes de santé, et la femme de dire : « si on ne pouvait pas prier ensemble, je ne sais pas comment on survivrait » ! Bref, un simple exemple… Mais chaque conjoint doit pousser l’autre à avancer plus dans la connaissance de Dieu.
      Tu t’en doute sûrement, le fait d’être ouverte d’esprit ne suffit pas. Elle ne comprendra pas ta vie avec Dieu, et surtout, ne pourra pas la partager avec toi. Donc c’est à toi de lui faire comprendre que tu veux mettre ta vie en règle, et que Jésus est plus important que elle pour toi. La relation que tu entretien avec elle, et les relations intimes que tu as eues avec elle sont 2 choses auxquelles je t’encourage à mettre un terme.
      Soit elle comprendra, et aura envie de se rapprocher de ce Dieu qui est si important pour toi. Soit elle ne comprendra pas, mais tu seras en règle avec Dieu. C’est aussi le meilleur témoignage que tu peux avoir à son égard.
      Dans tous les cas, je t’encourage à trouver les mots pour lui parler… Je vais prier pour toi.

      Jette aussi un œil à ce petit e-book que nous avions édité sur les relations gars-fille !

      A bientôt,
      Nicolas

  • Avatar
  • Cet article me gêne un peu dans la mesure où je suis depuis deux mois en relation avec un non-chrétien (bien que j’avoue ne pas trop savoir où cela va me mener). On a déjà eu des discussions intéressantes, il sait que je m’appuie sur Dieu et je ne suis pas encore totalement désespérée de le voir un jour être touché par la grâce de Dieu.

    Je trouve que le mot « absurde » est un peu fort pour décrire une relation chrétien/non-chrétien. Je sais bien qu’un tel couple aura certainement des difficultés post-mariage mais tout couple a ses difficultés. Tout comme il est dit « ne formez pas d’attelage disparate », il est dit aussi (1 Cor 7.12 et suivants) « Si un mari chrétien a une femme non croyante et qu’elle soit d’accord de continuer à vivre avec lui, il ne doit pas la renvoyer ; de même, si une femme chrétienne a un mari non croyant et qu’il soit d’accord de continuer à vivre avec elle, elle ne doit pas le renvoyer. En effet, le mari non croyant est proche de Dieu à cause de son union avec sa femme ; de même, la femme non croyante est proche de Dieu à cause de son union avec son mari chrétien. » – il s’agit pourtant bien d’un « attelage disparate » ?!

    Dans ce que vous dites j’ai l’impression qu’un(e) non-chrétien(ne) ne « mérite » pas un(e) chrétien(ne). Vous ne vous en rendez peut-être pas compte mais c’est très blessant pour un non-chrétien de penser qu’il vaut moins qu’un chrétien aux yeux de la personne dont il est amoureux (je ne dis pas qu’il aurait effectivement moins de valeur mais qu’il serait amené à le croire), juste parce qu’il n’a pas la foi ». Christ aime les perdus autant que les justes, pourquoi nous, chrétiens, « petits Christ » pour reprendre les mots de Clément, ne pouvons-nous pas faire abstraction de la foi (ou l’absence de foi) de
    l’autre pour l’aimer à sa juste valeur ?

    Je ne sais pas si je cherche juste des excuses pour poursuivre cette relation ou si c’est Dieu qui me demande de ne pas l’abandonner mais je voulais exposer mes interrogations à des personnes qui ne me diront pas « c’est super ! » pour me faire plaisir alors qu’ils pensent que je fais une grave erreur. Je ne sais plus où trouver les réponses sans poser les questions, alors je les pose ici.

    Merci de votre attention :)

      Avatar
    • Merci Débora pour ton commentaire !
      En effet, comme tu l’imagines, si on a publié cet article, on ne va pas te dire « c’est super » ;-)

      L’apôtre Paul, dans 1 Corinthiens 7, parle à des femmes déjà mariées. En gros, il leur dit : « Vous venez de vous convertir ? Surtout ne rompez pas votre mariage, mais soyez exemplaires et priez pour qu’il se convertisse. » A cette époque, beaucoup de femmes se convertissait et les maris n’étaient pas chrétiens.
      La situation dans laquelle tu te trouves est vraiment tout autre… Tu es en train de construire quelque chose avec ce garçon, et vos bases respectives sont fondamentalement différentes.

      Loin de nous la pensée que le chrétien serait « supérieur » au non-chrétien. Et si c’est ce que tu as compris dans cet article, je te prie de m’excuser, au nom de l’équipe et de l’auteur.
      On est bien d’accord que nous sommes tous égaux devant Dieu.

      Plutôt te dire ce que je pense… (Tu le trouveras d’ailleurs en lisant le blog ;-)), je vais te poser des questions (tu n’es pas obligée d’y répondre sur ce blog… d’ailleurs tu peux venir par mail.
      – Est-ce que si « tu ne sais pas trop où cela va te mener », tu appellerais ta relation du « flirt » ?
      – Est-ce que tu penses que prier en couple est important ?
      – Si la choses la plus importante au monde pour toi, c’est Jésus, quel est pour lui la chose la plus importante ?
      – Est-ce que tu sais ce que demande la Bible d’un homme dans le mariage ? Est-ce que tu penses qu’il est au courant et qu’il serait d’accord ?
      – Que veux-tu transmettre spirituellement à tes enfants (si jamais tu veux des enfants) ? Est-ce que tu penses qu’il serait d’accord ?

      Tiens, un super article qui répond à ta question avec d’autres arguments !
      http://www.larebellution.com/2012/02/20/epouser-un-non-croyant-partie-1/

  • Avatar
  • Bonsoir !

    Je me permets d’intervenir ici sur cette question délicate et souvent difficile. Nicolas t’a bien répondu, notamment concernant la situation du couple en 1 cor.7 : il s’agit bien de couples mariés non chrétiens, dont l’un des deux s’est converti. Devait-il alors abandonner son conjoint (encore)non chrétien ? Non, répond Paul.
    Ensuite, si « tout couple a ses difficultés », celui qui nous occupe est d’un autre ordre(les personnes engagées dans un ministère parmi les personnes mariées à un non-chrétien pourront t’en dire plus). D’où l’importance de bien peser une décision d’engagement avec une personne qui n’est pas au Seigneur, vu ce qu’implique le mariage, lequel touche à des domaines physiques, sociaux, psychologiques mais aussi spirituels. Et le mariage c’est pour la vie.

    Nicolas te renvoit à un article. En voici un autre, faisant partie du dossier « en attendant le mariage », paru dans la revue « Promesses » : http://www.promesses.org/arts/183p03.html
    L’auteur était engagé dans « une relation vraiment spéciale avec une fille ». Ils avaient « un niveau d’intimité spirituelle vraiment élevé », mais ils n’étaient pas encore prêts à prendre un engagement plus sérieux ». Un beau jour, il lit Colossiens 1.10, qui dit : « Marchez d’une manière digne du Seigneur pour lui plaire à tous égards. » Par son Esprit, Dieu lui a alors posé la question : Est-ce que cette relation me plaît ? La suite dans l’article ! ;-) Lequel propose également des questions à se poser, touchant sur le plan spirituel, physique, psychologique et du caractère. Et tu peux lire tout le dossier, excellent, disponible en libne : http://www.promesses.org/arts/183p01.html
    De quoi méditer !
    (Il y a aussi le livre « Jeune homme cherche jeune fille »)

    Bon courage dans tes recherches ! Puissent-elles te mener dans une voie qui Lui plaise,(au Seigneur) à tous égards.

    Fraternellement,
    Pep’s

  • Avatar
  • Bonsoir ! Je suis un jeune dans la foi et je fais des recherches à propos des relations petit copain petite copine surtout concernant les jeunes par exemple 14 ans est ce bien devant Dieu d’entamer des fréquentations avec une fille ou un garçon alors que le but n’est pas le mariage de plus qu’ils ont jeunes,pour moi je ne suis pas d’accord je trouve mieux de se concentrer sur sa foi et ses études et d’attendre un certain âge pour la période des fréquentations. S’il vous plait j’aimerai connaître votre avis par rapport à ça

      Benjamin E
    • Bonjour Étienne,

      Merci pour ton commentaire et ta question. La Bible ne donne pas de réponse type à ta question, dans le sens où il n’y a pas d’âge « minimum » pour entamer des fréquentations ayant pour but le mariage. Cependant on peut, d’après les principes bibliques, se poser quelques questions à ce sujet comme :

      – Est-ce que les deux personnes sont prêtes à s’engager l’une pour l’autre ? (et pas simplement flirter)
      – Est-ce que les deux personnes sont prêtes à construire une relation pour la gloire de Dieu ? (donc avec une certaine maturité)
      – Est-ce que les deux personnes sont prêtes à assumer une vie à deux (financièrement entre autres) ? (cela est lié à l’idée d’autonomie)

      En considérant ces aspects, je pense effectivement que 14 ans est un peu jeune pour construire une relation en vue du mariage.

      J’espère avoir répondu à ta question ?

      En Christ,

      Benjamin

  • Avatar
  • 1 Corinthiens 7 : 12-17…alors ?

  • Avatar
  • Bonjour
    Merci beaucoup pour ces conseils. Continuer a aider les fils et fïlle s de Dieu par vos conEils. Moi je suis un jeune de 27 j’ai ma fiancee depuis juillet 2017 et bientot nous allons celebre notre mariage et jusqu’a ce jours le seigneur nous aide a s’abstenir. Juste pour la cause de Christ malgrer ce que les gens nous disent de faux…
    Que Dieu vous benisse vraiment et sachez une chose, peu importe le degre d la pervesion Dieu ne manque jamais de temoins.

    Kinshasa/RDC

  • Avatar
  • Je ne vois pas pourquoi être si directe.
    Être non-chrétien ne veut pas dire ne pas être croyant. Ce même Dieu que tu appelles Seigneur s’appelle Allah (chez les musulmans), Yahweh (chez les juifs)
    On ne peut pas dire que le Bible, le Coran, la Torah ont les même écrits mais le sens est là.
    Dire non-chrétiens est encore trop dur.
    Et la base du couple c’est le respect, c’est pas la religion qui sauve mais la relation à l’être Suprême.
    Aussi tu peux être avec un non-chrétiens et par ton attitude , ta façon de prier, tu le convertis à partager tes croyances, faut bien donner une chance à chacun ; peut-être le destin voudrait que c’est toi qui amène cette personne vers le personne, qui sait!
    Juste mon avis
    Merci

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *