Les relations garçon-fille : Les implications du Principe sur le mariage (1/3) – le divorce

Crédit photo : Stuant 63

Ayant posé ici le principe que la relation amoureuse est censée, dans sa plus pure expression, refléter la relation entre Christ et l’Église, regardons aux implications que cela a sur le mariage. Nous ferons tout ceci sur trois posts différents pour garder le tout assez digeste.

Je vais parler ici d’un sujet qui est complexe. Peut-être venez-vous d’une famille où les parents sont divorcés. Sans doute avez-vous des amis qui sont dans ce cas. Peut-être même y a-t-il des frères ou des sœurs en Christ dans votre église qui sont divorcés ou qui sont en train de passer par un divorce. Peut-être même êtes-vous adulte et vous êtes-vous aventurés sur ce blog, en quête d’édification (et vous êtes plus que bienvenus, même si nous cherchons à nous adresser avant tout aux ados sur ce blog) et que vous êtes vous-mêmes divorcés ou que vous êtes en train de passer par un divorce ou que vous considérez ce chemin, pour une raison ou une autre.

J’aimerais commencer par la vision idéale des choses avant de donner quelques points de nuance et de précaution. (Après tout il faut bien commencer quelque part et la Bible commence en Éden ; pourquoi ne pas y commencer nous aussi ?)

Il me semble que la Bible est très claire au sujet du divorce : elle n’est pas une option pour le chrétien. Jésus est cash là-dessus. Un homme et une femme sont liés à toujours par les promesses qu’ils se sont faites, et ce que Dieu a uni, qu’aucun homme ne le sépare. (V. Mt 19 pour retrouver ces références, et pour trouver une réponse à la question du pourquoi Dieu a semblé tolérer le divorce dans la loi de Moïse en légiférant sur le divorce – la réponse de Jésus à ses détracteurs est également un guide très utile pour nous permettre de comprendre adéquatement le rôle de la Loi dans l’AT et comment l’interpréter, mais c’est une autre question…)

Je pense que lorsqu’un homme a promis amour et fidélité à une femme, cette promesse lui tient pour toute sa vie. Qu’ils se soient mis d’accord pour révoquer cette promesse et pour s’acquitter mutuellement de toute dette d’amour et de fidélité l’un envers l’autre ne change rien au fait que cette promesse tient, à mon avis, jusqu’à ce que la mort les sépare (en d’autres mots, lorsque Dieu sépare ceux qu’il a unis…).

Ce principe se confirme par le fait que le mariage reflète Christ et l’Église (Ép 5.21-30). Dieu révoque-t-il jamais l’amour et l’alliance qu’il a contractés envers son peuple ? Nous lâchera-t-il jamais ? Y a-t-il quoi que ce soit (la mort, la vie, les anges, les dominations, le présent, l’avenir, les puissances, les hauteurs, les profondeurs ou aucune autre créature) qui puisse nous séparer de l’amour qu’il a envers-nous ?

Non ?

Alors que notre mariage reflète cette réalité.

Il y a des cas, cependant, où je considérerais le divorce légal comme la voie à suivre. Je dis que le divorce n’est pas une option pour le chrétien, mais je le vois comme un feu rouge et non comme un panneau « sans issue » : je suis dans ma voiture, et la Loi me dit « stop ». Mais face à certaines situations, je grillerai ce feu rouge. La voie du divorce est bien une voie possible. Elle est marquée par un feu rouge, mais en cas de poursuite par un homme qui veut la battre, une femme pourra griller ce feu rouge. En cas d’hémorragie grave, dangereuse, ce feu rouge est appelé à être grillé. Ce n’est pas un mur dans lequel  le chrétien fonce sans jamais pouvoir s’y engager.

Je dirais, cependant, avec toute humilité et respect, que j’estime que le remariage n’est pas légitime. J’ai appris récemment en écoutant John Piper que cette position est rare dans le christianisme, et pourtant elle me paraît limpide. Mt 19.9 est on ne peut plus clair… Cependant, et en ceci je suis encore l’interprétation et la pratique de Piper : si un couple divorcé se remarie, ils ne verront de ma part aucune attitude de jugement à leur égard, et je défendrai et me battrai aussi fortement que possible pour ce couple et pour sa survie que pour le couple de personnes qui sont mariées pour la première fois. Encore une fois, ce que Dieu a uni, que personne ne le sépare, au risque que le monde méprenne Dieu pour un Dieu qui n’est pas fidèle à son alliance et qui accepte de renier son peuple malgré sa promesse. Le mariage est censé refléter Christ et l’Église !

Avatar
Auteur : Nathan L

26 ans, Rébellutionaire depuis une bonne dizaine d'années, marié à Beki, papa d'Emilie et de Caleb, responsable à l'Eglise CVV Paris et auteur du livre Devenir un Homme Selon Jésus.

Voir tous ses articles →