Les relations garçon-fille : Les implications du Principe sur la sexualité (1/2) – Introductions

Crédit photo – Sam T

Après avoir vu ici et ici le fait qu’il y a un principe régulateur dans les Écritures pour bien vivre nos relations entre garçons et filles, et avoir vu qu’il a un impact sur notre vision du mariage iciici, et ici, traitons de la question de l’homosexualité.

Nous en venons maintenant à traiter d’une question qui est éminemment d’actualité : celle de l’homosexualité. Devant tant de débats de société, de différentes voix qui essaient de se faire entendre (y compris celle de l’Église), la question qui se pose est : qu’en dit la seule Voix qui importe vraiment (celle de Dieu) ?

J’ai connu dans ma vie plusieurs contextes chrétiens où il était communément admis que l’homosexualité était le pire des péchés (ou au moins dans le top 3). Si cette idée me paraît particulièrement non-biblique, les textes de la Bible me paraissent néanmoins très clairs dans l’idée que l’acte homosexuel est un péché. Pour les raisons derrière cette affirmation, il va vous falloir attendre le prochain article. Dans celui-ci, je m’attarde plutôt sur les attitudes à tenir face à cette affirmation. C’est peut-être faire les choses à l’envers que de vouloir enseigner une pratique avant d’en avoir correctement expliqué la théorie, mais le sujet est tellement gros que je ne souhaitais pas laisser 4 ou 5 jours d’attente après avoir dit quelque chose d’aussi diffamatoire avant de régler les questions de la bonne attitude à adopter. Vous devrez donc pour l’instant me prendre au mot lorsque je dis que c’est ce que la Bible enseigne, avant d’en avoir le cœur net dans quelques jours !

Cette idée que l’homosexualité est bibliquement un péché peut paraître particulièrement condamnatoire pour des gens qui, de façon semble-t-il naturelle, ressentent des désirs amoureux et/ou sexuels envers des personnes du même sexe qu’eux. On me dira par exemple : « Nathan, comment peux-tu demander que l’on aille à l’encontre de nos désirs naturels ? Veux-tu que nous soyons des personnes hypocrites, manquant d’authenticité et de naturel ? Souhaites-tu que nous allions à l’encontre des désirs d’une nature créée par Dieu ? » À tout ceci, il est bon de rappeler que l’homme, ainsi que toute la création, vit dans un contexte déchu. Il n’est pas difficile de conclure que le sentiment homosexuel, si tant est qu’il est naturel, est un produit de la chute.

C’est avec beaucoup de respect et de restreinte que je tiens ces propos, car je sais que le sentiment homosexuel est quelque chose qui, pour ceux qui le ressentent, touche à leur plus intime identité. Et dire qu’une chose définissant ainsi votre identité est un produit de la chute peut être extrêmement heurtant à entendre. Cela pourrait être entendu comme quelqu’un disant que mon identité britannique serait inférieure à votre identité française. Il s’agirait, selon beaucoup, d’une bigoterie primitive et haineuse.

Cependant je le conçois autrement. Et ceci parce qu’il y a des choses dans ma nature à moi qui sont aussi pécheresses. Aussi vrai que certaines personnes seraient homosexuelles de nature, je sais que de nature, j’ai des tendances polygames, en ce que, étant marié, je me trouve naturellement à avoir des désirs envers des femmes autres que celle que j’ai épousée. La « naturalité » de ce sentiment en fait-elle un sentiment légitime ? Évidemment non, et je me refuse à succomber à ces tentations, je lutte activement contre ces désirs, et cherche par tous les moyens à ma disposition à m’en débarrasser, les remplaçant plutôt par un désir accru pour mon épouse. Je suis le dernier à juger le sentiment homosexuel, car ma nature originale est aussi pécheresse que celle de personnes ressentant un désir homosexuel. Mes perversités sont juste plus « normales » et socialement acceptables que les leurs. L’attitude à tenir envers elles est la même.

Nous sommes donc tous, pour ainsi dire, dans la même galère, avec la même bouée de sauvetage : la croix de Jésus pour couvrir nos fautes, et la puissance de sa résurrection pour nous sauver de notre ancienne nature, nous recouvrant de la nouvelle nature de Jésus, rendant notre combat contre le péché un combat possible à remporter, avec son amour, sa grâce et sa puissance vivant en nous par son Esprit.

Avatar
Auteur : Nathan L

26 ans, Rébellutionaire depuis une bonne dizaine d'années, marié à Beki, papa d'Emilie et de Caleb, responsable à l'Eglise CVV Paris et auteur du livre Devenir un Homme Selon Jésus.

Voir tous ses articles →