Epouser un non-croyant ? (Partie 1)

 Post de Kathy Keller, assistante de direction en communication dans une Eglise à New York, épouse de Timothy Keller, pasteur de cette même Eglise, auteur de «La raison est pour Dieu»

La complexité du couple croyant/non-croyant

Le problème que Tim et moi avons le plus souvent rencontré  au cours de notre ministère pastoral, est probablement /la complexité des couples mariés ou fiancés dont l’un est chrétien et l’autre ne l’est pas .

J’ai  imaginé à maintes reprises à quel point ce serait plus simple si seulement je pouvais me retirer de la conversation et inviter ceux qui se sont déjà mariés à un non-croyant à témoigner aux célibataires, qui, eux, sont désespérément en train d’essayer de trouver une lacune dans la Parole de Dieu qui leur permettrait d’épouser quelqu’un qui ne partage pas leur foi.

De cette façon, je pourrais sauter tous les passages de la Bible qui encouragent les célibataires à « se marier dans le Seigneur » (1 Corinthiens 7.39) et à ne pas « former un attelage disparate » (2 Corinthiens 6.14) avec les non-croyants ; ainsi que les interdictions de l’Ancien Testament quant au mariage avec un étranger, un adorateur d’un dieu autre que le Dieu d’Israël. Vous pouvez trouver ces passages en abondance, mais quand une personne a déjà autorisé son cœur à s’attacher à une personne non-croyante, je trouve que la Bible a déjà été dévaluée comme la règle non-négociable de foi et de pratique.

Au contraire, c’est à ce moment qu’apparaissent des variantes de la question du Serpent à Eve : « Dieu a-t-il vraiment dit ? » , comme si ce cas pouvait bénéficier d’une exception  si l’on considère à quel point ils s’aiment,  à quel point le non-croyant soutient et comprend la foi chrétienne, puis le degré de compatibilité comme âmes sœurs en dépit de l’absence d’une  foi partagée.

Lassée et impatiente, je voudrais taper du poing sur la table et dire : « Ca ne marchera pas, en tout cas pas sur le long terme. Le mariage est assez dur avec deux croyants complètement en harmonie spirituellement. Epargnez-vous un chagrin d’amour et allez de l’avant . » Cependant, une telle dureté n’est ni convaincante ni alignée avec la douceur de Christ.

Plus triste et plus sage

Si seulement je pouvais associer ces femmes plus tristes et plus sages – et ces hommes – qui se sont retrouvés  dans un mariage inégal (soit par bêtise, soit à cause d’une personne découvrant Christ après que le mariage ait été déclaré) avec l’optimiste insouciant des célibataires qui sont convaincus que leur passion et leur engagement surpasseront tous les obstacles. Même l’obstacle de la désobéissance brute n’a pas besoin de s’appliquer à eux. Seulement 10 minutes de conversation – une minute si une personne est vraiment succincte – seraient nécessaires.  D’après une femme qui s’est mariée à un homme parfaitement gentil qui ne partageait pas sa foi : « Si tu penses que tu es seule avant de te marier, ce n’est rien comparé à la solitude expérimentée après le mariage ! »

Ceci est, il me semble, la seule approche pastorale efficace : trouver un homme ou une femme prêt(e) à parler honnêtement au sujet des difficultés rencontrées et l’inviter à une préparation au mariage sur le thème  : « comment éviter de faire la grosse erreur du mariage avec un non croyant ? » D’autre part, peut-être que des réalisateurs seraient prêts à parcourir le pays pour filmer des personnes qui sont en train d’expérimenter  la douleur d’être marié à un incroyant et créer un montage de 40 ou 50 témoignages de moins de 5 minutes.  Le poids collectif de leurs histoires serait si puissant qu’aucun enseignement de seconde main ne serait plus nécessaire.

A suivre, ici !

Auteur : Kathy Keller

Kathy est assistante de direction en communication dans une Eglise à New York, et épouse de Timothy Keller.