Crédit photo – kidoki

Les relations garçon-fille hors mariage (2/3) – Et les relations sexuelles ?

Nous avons déjà vu ici et ici qu’il y a un principe régulateur dans les Écritures pour bien vivre nos relations entre garçons et filles. Nous avons vu que ce principe a un impact sur notre vision du mariage iciici, et ici, ainsi que sur notre vision de la sexualité ici et ici. Nous regardons maintenant ce que la Bible a à nous dire sur les relations hors mariage. Ayant commencé ici, nous continuons avec cet article. Mais comme je suis déjà marié, je me suis dit que la réponse à la question posée dans cet article sonnera beaucoup mieux venant de quelqu’un qui n’est pas encore marié. J’ai nommé, JB !

Peut-être ne trouverez vous pas textuellement dans la Bible : “Pas de sexe avant le mariage !” Mais d’innombrables versets nous le font comprendre très clairement ! (Je pourrais facilement en sortir une vingtaine, mais pour faire court, je mentionnerai uniquement Actes 15.20 et 1 Corinthiens 6.18, à titre d’exemple.) Notez que, dans la Bible, les mots “impudicité”, « impureté », « immoralité sexuelle » se rapportent très souvent aux relations sexuelles avant le mariage.

 

L’application du principe sur les relation sexuelles…

En utilisant le principe de base introduit par Nathan – les relations amoureuses sont censées refléter la relation Christ-Église (Éphésiens 5.23), on en déduit aisément que la relation sexuelle est réservée pour le mariage. En effet, Dieu ne rentre jamais en relation avec quelqu’un sans avoir au préalable, conclu une alliance avec lui… L’aviez-vous constaté ? Abraham, Israël, David… À chaque fois, Dieu commence par sceller un engagement fort, avant toute intimité. La conclusion est donc sans équivoque : sans mariage, pas de relation sexuelle.

 

Des objections ?

Ce principe et tous ces passages bibliques devraient suffire à éloigner toute idée de relations sexuelles hors mariage. Mais je sais que, en tant que jeune, il est parfois difficile de s’y résoudre. Il est tentant de se construire toutes sortes de prétextes pour essayer de légitimer nos envies charnelles. Je vais donc brièvement répondre à 3 objections courantes contre l’abstinence avant le mariage :

 

“Il faut s’entraîner pour être bon sexuellement dans le mariage…”

Cette idée n’est aucunement défendable. La complicité sexuelle peut pleinement s’apprendre et se bâtir après s’être mariés. De plus, demandez-vous simplement ceci : “Dieu a-t-il réellement prévu que l’Homme jouisse du sexe ?”. Si la réponse est “oui”, et si malgré cela il ne permet pas que l’on “s’entraîne” avant, c’est tout simplement parce que nous n’en avons pas besoin ! Et pour finir, aucune “aptitude technique” acquise dans le sexe hors mariage ne pourra compenser tout ce qui aura été détruit, par rapport à la capacité à construire une intimité saine avec quelqu’un (paraphrase d’un message de David Pothier).

 

“Le sexe est nécessaire pour maintenir une relation amoureuse !”

Oh que non ! La nécessité est plutôt de construire de prime abord une relation solide et platonique. Parce que lorsque survient le sexe, il prend tellement de place qu’il devient difficile d’apprendre à se connaître objectivement. Les jeunes couples qui se laissent trop tôt aller au contact sexuel finissent presque toujours déçus. Lorsque les premiers conflits surviennent, ils découvrent avec dépit qu’ils ne se connaissent pas véritablement l’autre. Le sexe n’est donc pas le support qui maintient une relation amoureuse, car l’amour réel ne se limite pas à l’alchimie. Comme l’exprime si bien Joshua Harris, auteur à succès de J’ai tourné le dos au flirt : “Ce n’est pas parce que deux bouches se sont collées que deux coeurs se sont joints. Et si deux corps s’attirent, cela ne signifie pas pour autant que les deux êtres sont faits l’un pour l’autre”.

 

“On est mariés à notre manière !”

“Je l’aime, je suis sûr(e) que c’est elle(lui) ! Pourquoi devons-nous encore attendre avant de passer à l’acte ? Nous ne sommes pas mariés officiellement, mais nous le sommes déjà dans notre coeur.” Prétexte juvénile : nous le savons tous, les choses ne fonctionnent pas comme cela. Ce n’est pas à nous de définir les règles régissant le mariage. Ce droit ne revient qu’à Dieu. Parce que le mariage est une institution divine, il ne peut être en aucun cas customisé en fonction de nos désirs propres. Il doit demeurer un acte public et se sceller d’un engagement visible et concret (entre deux personnes de sexe opposé, je rappelle). Si vous vous aimez tant que ça, eh bien… mariez-vous selon les normes ! Si vous ne le pouvez pas encore, c’est peut-être parce qu’il vous faut encore attendre le temps convenable.

 

Conclusion

Je finirai en disant que les instructions de Dieu n’ont pas pour but de nous restreindre ou de nous faire du mal. Sur la route, il y a des panneaux de signalisation, pour nous stopper et nous réguler. Et nous les aimons bien, car ils nous protègent et nous évitent bien des ennuis. Avec Dieu, c’est exactement pareil. Les règles divines sont là pour nous conduire vers la joie et le bonheur. Peut-être paraissent-elles contraignantes quelques fois, surtout concernant les relations sexuelles, mais franchement le jeu en vaut la chandelle. Il y en a qui ont fait le choix contraire, et ils l’ont amèrement regretté. Certains se sont fait larguer après qu’on ait profité de leur intimité. D’autres se sont entêtés, puis éloignés de Dieu, et ont fini par gâcher leur vie… Cela vaut-il vraiment le coup d’hypotéquer son avenir, juste parce qu’on ne veut pas attendre le temps de Dieu ? En réservant la sexualité au cadre du mariage, Dieu veut nous protéger et nous réserver le meilleur. Ayons le courage de lui obéir et de lui faire confiance.

 Voici le dernier article de la série : Est-ce que je peux sortir avec un(e) non chrétien(ne) ?

Avatar

JB A

25 ans, Rébellutionnaire, ingénieur en systèmes d'information à Paris, et leader de groupe de jeunes à l'église Phila

Voir tous ses articles →

Tu devrais aussi aimer...

46 Commentaires

    Avatar
  • Merci pour cet article, il est intéressant, bien construit et concis. :)
    QDTB

  • Avatar
  • Est-ce que tu pourrais donner la vingtaine de verset que tu dis avoir en début d’article, pour pouvoir avoir une vue plus globale de la Bible sur le sujet ?

    Je trouve qu’il est intéressant de recaser le mariage dans le cadre légal de la France par exemple : aujourd’hui (le 13/01/2013, la nouvelle loi sur le mariage n’est pas encore passée), le conjoint est protégé par l’alliance contractée par le mariage : le cas mentionné en fin d’article de personnes qui se font largués après avoir eu une relation sexuelle dans le cadre d’un couple non marié n’est plus vraiment possible dans le mariage car il y a une alliance, un contrat signé (je ne parle pas là de contrat de mariage mais de ce à quoi les conjoints se sont engagés en contractant le mariage : fidélité, aide, dans le meilleur et pour le pire, etc…) : c’est pour cela par exemple qu’il faut se marier avant d’avoir une relation sexuelle.

    Le mariage s’ancre dans un engagement, ferme et sûr, de deux personnes. Il y a une question de confiance véritable et sincère entre les deux individus.

    Ces deux points réunis peuvent nous avancer à comprendre pourquoi personnellement je ne suis pas non plus d’accord avec le sexe avant le mariage mais également pourquoi je suis pas pour le divorce (sauf éventuellement dans le cas d’un adultère qui est un péché contrairement à ce que prône la société d’aujourd’hui…).

    Une question intéressante à se poser est la suivante : dans l’ancien testament les mariages étaient arrangés pourtant ces mariages ont tenus parfois pendant des années. Est-ce que le mariage se fonde sur l’amour entre les deux personnes ou est-ce qu’il doit se fonder sur autre chose ? Est-ce que « le premier amour » que l’on a au moment où l’on dit « oui » est toujours le même 2,5,10,30 ans après ou alors est-ce que l’amour se travaille et se construit jour après jours ? »

    Mon avis sur cette question serait le dernier point : un mariage qui dure c’est un mariage travaillé : le lien qui unis les deux conjoints est façonné jour après jour par ceux-ci dans le but de le consolider et de le faire tenir. Une bonne illustration de ce point serait le film Fireproof de Alex Kendrick.

      Avatar
    • Bonjour,

      J’aimerais pousser un élément énoncé par Ivan a step further.
      Il a souligné l’importance de replacer le mariage dans son contexte légal. Pour reformuler : Le mariage : quelle est la frontière entre le politique (L’Etat) et le religieux (L’Eglise)?.

      Avant le renversement de la monarchie, les mariages étaient célébrés par les curés, et leur attestation faisait fondement de droit. Cependant, après le politique a pris (en France) l’ascendant sur le religieux. Si bien qu’aujourd’hui le mariage à l’Eglise avant le mariage civil (devant le maire) est considéré comme un acte hors la loi. (Et plus loin, d’aucuns défendent le mariage pour tous en distinguant le mariage religieux du mariage civil).

      Mais, finalement, mes points sont les suivants: si le mariage parte d’une alliance entre deux parties (homme et femme) et Dieu : deux chrétiens qui s’unissent uniquement à la mairie sont-ils tenus par les restrictions ci-dessus présentées? Finalement, à quel moment l’alliance est-elle contractée : Devant Dieu (à l’Eglise) ou devant les hommes (à la mairie)?

      J’attends vos avis (Nathan et/ou Jb) là-dessus.

      A vous lire,

      Victoria

        Avatar
      • Bonjour les amis.

        C’est J-B qui a écrit l’article, et je ne suis que l’éditeur/modérateur de cette série sur les relations garçon-fille. Je lui laisserai le soin de référencer les « 20 et quelques versets » qui parlent de ce sujet ;-)

        Mais je crois que je suis avec toi Ivan, lorsque tu dis que le divorce est tout autant à proscrire que le sexe avant le mariage, et nous l’avons d’ailleurs dit plus tôt dans la série, ici : http://www.larebellution.com/2012/11/13/les-relations-garcon-fille-les-implications-du-principe-sur-le-mariage-13-le-divorce/

        Après, doit-on regarder le mariage selon la définition légale de notre pays, ou selon la définition qu’en donne la Bible ? Je dirais qu’il faudrait partir du principe que le mariage est défini par la Bible, mais qu’un des aspects du mariage selon la Bible est qu’il est fait devant les hommes. Et devant les hommes, implique, pour moi, devant la loi. Maintenant, les choses vont devenir complexes avec l’idée que le mariage selon la loi française ne correspond pas au mariage selon la Bible, selon laquelle le mariage est entre un homme et une femme. Donc quelles sont les implications de ce changement pour nous ? Je n’en ai pas encore fait le tour dans ma tête…

        Je pense vraiment que la base du mariage n’est pas l’amour, mais l’engagement. C’est peut-être choquant, et froid de le dire comme ça, mais je crois que c’est biblique. John Piper le dirait mieux que moi, pour les anglophones : http://www.desiringgod.org/resource-library/sermons/staying-married-is-not-about-staying-in-love-part-1 & http://www.desiringgod.org/resource-library/sermons/staying-married-is-not-about-staying-in-love-part-2 & http://www.desiringgod.org/resource-library/sermons/marriage-god-s-showcase-of-covenant-keeping-grace

        Donc qu’il y ait mariage d’amour ou mariage arrangé, l’engagement est le même : celui d’aimer, d’être fidèle, d’honorer, de protéger son conjoint. Et quand je dis qu’on peut aimer l’autre dans un mariage arrangé, je le crois vraiment : d’aimer est un choix, pas une émotion.

        Concernant le mariage, Victoria, je ne suis pas sur que je suis avec toi dans l’idée de dire que le mariage à la mairie est devant les hommes, et que le mariage à l’Eglise est devant Dieu.

        Avant de m’être marié, j’aurais sans doute dit quelque chose de ce genre aussi. Mais le 14 février 2008, j’ai dit à Mme la Maire de Maisons-Laffitte que je m’engageais dans le mariage auprès de Rebecca Joanne Taylor. Ma famille et la sienne, ainsi que quelques autres témoins (nous devions être 10) l’ont entendu. Y compris Dieu, qui était très clairement là. Il sonde même les pensées de notre cœur, comment n’aurait pas entendu cette promesse ? Il envahit tout l’espace de l’univers. Comment n’aurait-il pas été dans cette pièce ce jour là ? Toute promesse est faite devant lui, qu’elle soit à la mairie, à l’église, dans sa chambre, sur Facebook… Je suis sorti de la mairie, ce jour là, marié devant les hommes et devant Dieu. Deux jours plus tard, j’avais donné rdv à l’église où j’étais à l’époque à des centaines d’amis pour venir célébrer avec nous le fait que nous étions déjà mariés. Nous avons à nouveau donné des promesses de fidélité mutuelle, en y ajoutant une notion d’amour mutuel, et d’autorité et de soumission, qui ne ressortent pas dans les promesses en mairie, et nous avons symbolisé notre union par l’échange d’alliances. Mais le mariage avait déjà été scellé deux jours avant.

        Je 30 juin de cette année, ma sœur, Anna, a promis amour et fidélité à Iain, dans une Eglise en Ecosse. Et Dieu était là. Mais tout aussi important : nous étions là. Elle était libre de se marier à l’Eglise, comme la Grande Bretagne reconnait à l’Eglise un droit dans les affaires politiques (à tort ou à raison d’ailleurs : c’est un autre débat). Mais son mariage à l’Eglise n’était pas que devant Dieu. C’était aussi devant les hommes.

        Donc je ne fais pas de dichotomie entre mariage devant Dieu et mariage devant les hommes. Il faut les deux. Et de le faire à la mairie ou à l’église importe peu finalement. C’est sur que j’aurais préféré avoir le choix, et que si j’avais le choix, je l’aurais fait à l’église, parce que c’est là bas qu’il y aurait eu le plus de sens pour nous : on s’y est rencontré, beaucoup de nos amis étaient de cette Eglise… Mais ce qui importe, ce sont les promesses qui comptent.

        Bon, sur ce !

          Avatar
        • En fait, Nathan, je ne prenais pas positions….Mais je vous présentais mes axes de réflexion.
          Comme tu affirmes que célibataire, où tu aurais fait la même distinction que moi, je crois que c’est parce que je ne suis pas encore engagée que j’étais tentée de faire pareil. En tout cas, merci beaucoup.

          Comme d’habitude, tes réponses m’éclairent toujours.

          A te lire au prochain article!
          Victoria

            Avatar
          • Je me permettrai Nathan, d’ajouter un éclairage biblique à ce que tu avances. J’ai moi même pas mal réfléchi à cette question et j’en ai pas mal débattu avec celle qui est amenée à devenir ma femme.
            En fait, il est difficile de répondre à cette question, parce que la bible ne précise jamais de façon explicite, à quel moment Dieu considère qu’un couple est marié.
            (D’ailleurs Nathan, est ce que tu pourrais étayer cette affirmation « un des aspects du mariage selon la Bible est qu’il est fait devant les hommes ? »)
            J’ajouterai aux deux points de vue que vous avez évoqué, (une couple est marié lorsqu’il est uni légalement, ou lorsqu’il est passé par une cérémonie de mariage à l’église) un troisième avis qui rejoint un peu l’un des points de l’article : Un couple est marié lorsque le mariage est consommé par la relation sexuelle.

            Je commencerai par ce dernier point de vue. Certains pensent que si un homme et une femme ont des rapports sexuels, Dieu les considère comme mariés. Pratique n’est ce pas ? Les raisons avancées ici sont que l’acte sexuel est l’accomplissement final du commandement : « ils ne deviendront qu’une seule chaire » (genèse 2:24, matthieu 19:5 … ) Faux ! Si toute relation sexuelle entraînait l’union des deux protagonistes devient Dieu, il n’y aurait (sauf si l’on multiplie les partenaires), pas d’immoralité dans le fait de coucher ensemble. Cela va même encore plus loin, car un couple qui se revendiquerait marié parce qu’ils ont eu des relations sexuelles légitimerait alors tous ses rapports futurs comme moral et honorant Dieu. Un tel point de vue n’est pas biblique et consiste juste en une piètre tentative de justifier l’immoralité sexuelle.

            Revenons en aux deux autres point de vue. Je me limiterai au cas de la France, puisque c’est celui qui nous intéresse. Comme tu l’as souligné Victoria, dans la loi française, le mariage civile passe avant le religieux. J’aimerai juste donc citer deux passages concernant notre soumission aux autorités :
            Romain 13 : 1-2
            1 Pierre 2 : 13-14
            Ces deux textes s’ils se rejoignent sont complémentaires. Paul, dans son épître aux romains affirme qu’il est nécessaire de se soumettre à la loi française, au risque sinon, de se rebeller contre Dieu lui même.
            Pierre quant à lui au verset 13 évoque la soumission comme un acte d’amour envers Dieu (version parole Vivant : « soyez soumis pour l’amour du seigneur à toutes autorités instituées par les hommes… »)
            Mais ces deux textes m’amènent bien à penser qu’en France, c’est le mariage civile qui compte. Je compte parmi mes amis, plusieurs couples qui se sont mariés à la mairie quelques mois avant de célébrer leur union à l’église. (le premier ayant eu lieu en février, le deuxième en juillet).
            On peut donc se poser la question, quelle valeur a donc la cérémonie à l’église ? Ce n’est donc par pour rien que j’ai choisi les termes « célébrer leur union ». Ainsi, le mariage à l’église, en France selon moi n’est pas indispensable. Par contre, ça ne veut pas dire que je ne veut pas aller à l’église pour célébrer mon mariage. Bien au contraire. J’ai envie d’inviter mes amis, ma famille, ceux de ma fiancée pour qu’ils soient tous les témoins de notre union et qu’ils le fêtent par des chants et des prières qui glorifient Dieu, puis le soir par un repas et une communion fraternelle, des jeux et des réjouissances où Dieu est présent, puisque comme le précise Nathan, Dieu est toujours avec nous. De plus, pour moi, même s’il n’est pas indispensable, l’échange de promesse à l’église est aussi une manière de montrer à tous que par notre engagement et notre couple, nous cherchons à honorer et glorifier Dieu. Du coup, si par une analyse rationelle, j’ai pu montré que le mariage religieux n’est pas indispensable d’un point de vue biblique en France, je précise qu’il est pour moi nécessaire, par mon désir de mettre Dieu en premier.

            Quant aux implications de la loi sur le mariage pour tous, je ne m’y risquerai pas encore non plus ^^

            J’espère avoir pu contribuer un peu à la réflexion.

    • Avatar
    • Les versets :

      Les apôtres recommandent aux nouveaux chrétiens de s’abstenir de l’mpudicité : (Actes 15:20 / Actes 15:28 / Actes 21:25)
      Actes 21:25 : A l’égard des païens qui ont cru, nous avons décidé et nous leur avons écrit qu’ils eussent à s’abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés, et de l’impudicité.

      Vivre dans la pureté
      Romains 13:13 : Vivons correctement, comme il convient en plein jour, sans orgies ni beuveries, sans débauche ni immoralité, sans querelle ni jalousie.

      2Corinthiens 7:1 Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu.

      Eviter toutes les formes d’impureté
      Ephésiens 5:3 : Que l’immoralité sexuelle, l’impureté sous toutes ses formes ou la soif de posséder ne soient même pas mentionnées parmi vous, comme il convient à des saints.

      Exclusion de ceux qui commettent l’immoralité
      1 Corinthiens 5:1 : On entend dire partout qu’il y a un cas d’immoralité parmi vous, et d’une immoralité telle qu’il ne s’en rencontre même pas chez les païens : l’un de vous vit avec la deuxième femme de son père ! Et vous êtes encore fiers ! Vous devriez au contraire en être vivement affligés et faire en sorte que l’auteur d’un tel acte soit exclu du milieu de vous

      Le corps n’est pas destiné à l’immoralité sexuelle
      1 Corinthiens 6:13: Les aliments sont pour le ventre et le ventre pour les aliments, et Dieu détruira l’un comme les autres. Mais le corps n’est pas pour l’immoralité sexuelle: il est pour le Seigneur, et le Seigneur est pour le corps.

      L’impudicité est une oeuvre charnelle
      Galates 5:19 : Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution…

      Pour éviter l’impudicité…
      1 Corinthiens 7:2 : Toutefois, pour éviter l’impudicité, que chacun ait sa femme, et que chaque femme ait son mari…

      Conséquences tragiques de l’impudicité
      1Corinthiens 10:8 : Ne nous livrons pas non plus à l’immoralité sexuelle comme certains d’entre eux l’ont fait, de sorte que 23’000 sont tombés en un seul jour. Ne provoquons pas Christ comme certains d’entre eux l’ont fait, si bien qu’ils sont morts, victimes des serpents.

      Jude 1:7 : (Je veux vous rappeler) que Sodome et Gomorrhe et les villes voisines, qui se livrèrent comme eux à l’impudicité et à des vices contre nature, sont données en exemple, subissant la peine d’un feu éternel.

      Crainte de Paul au sujet de l’impudicité des Corinthiens
      2 Corinthiens 12:21 : Je crains qu’à mon arrivée mon Dieu ne m’humilie de nouveau à votre sujet, et que je n’aie à pleurer sur plusieurs de ceux qui ont péché précédemment et qui ne se sont pas repentis de l’impureté, de l’impudicité et des dissolutions auxquelles ils se sont livrés

      Faire mourir l’impudicité
      Colossiens 3:5 : Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre, l’impudicité, l’impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie.

      Dieu est contre l’immoralité sexuelle
      1Thessaloniciens 4:3: Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification ; c’est que vous vous absteniez de l’impudicité; c’est que chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et l’honnêteté, sans vous livrer à une convoitise passionnée, comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu

      1Thessaloniciens 4:7 : Car Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais à la sanctification.

      Apocalypse 2:20 : Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses faire Jézabel, cette femme qui se prétend prophétesse. Elle enseigne et égare mes serviteurs pour qu’ils se livrent à l’immoralité sexuelle et mangent des viandes sacrifiées aux idoles.

      Non aux relations sexuelles hors mariage.
      1Thessaloniciens 4:3: Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères

        Avatar
      • Là il ne s’agit que de versets parlant d’impudicité et non de relation sexuelle avant mariage.
        Le raisonement est donc biaisé par le postulat de départ.

        Si j’estime le plus sincèrement par la foi et l’écriture que le sexe prémarital n’est pas un péché alors ces versets ne me parlent pas.

      • Avatar
      • Bonjour JB, je profite de ton intervention (puisqu’apparemment tu es l’auteur du post ?), pour reposer ma question :

        « Serait-il possible d’avoir un peu plus de précisions sur un point que je ne comprends pas ?

        « En utilisant le principe de base introduit par Nathan – les relations amoureuses sont censées refléter la relation Christ-Église (Éphésiens 5.23), on en déduit aisément que la relation sexuelle est réservée pour le mariage. En effet, Dieu ne rentre jamais en relation avec quelqu’un sans avoir au préalable, conclu une alliance avec lui… L’aviez-vous constaté ? Abraham, Israël, David… À chaque fois, Dieu commence par sceller un engagement fort, avant toute intimité. La conclusion est donc sans équivoque : sans mariage, pas de relation sexuelle. »

        Est-il possible d’avoir un peu plus d’explication sur l’affirmation : « En effet, Dieu ne rentre jamais en relation avec quelqu’un sans avoir au préalable, conclu une alliance avec lui… L’aviez-vous constaté ? »

        Car à première vue je constate plutôt l’inverse. Prenons le cas d’Abraham par exemple. On voit que la connaissance de Dieu intervient dès Genèse 12 puisqu’on voit qu’Abram (qui n’est même pas encore Abraham) « invoque YHWH par son nom » (verset 8) ,ce qui est la marque de la connaissance de Dieu. L’alliance n’intervient pourtant que bien plus tard. »

          Avatar
        • Merci pour ton commentaire David, et désolé pour le retard de ma réponse. Oui je crois que tant que Dieu n’est pas entré en alliance avec quelqu’un, il ne se considère pas en relation avec lui. Ici, il faut dissocier entrer en relation (venir discuter avec quelqu’un) et entrer en relation (faire une promesse synonyme d’engagement). Avec Dieu, la promesse est déjà une caractéristique d’une alliance, contrairement à la simple discussion. Parce que on voit Dieu discuter avec des personnes (hors de son peuple) de manière circonstancielle sans avoir aucun lien avec eux. (par exemple avec Abimélek Genèse 20v3). Mais chaque fois que Dieu a fait une promesse à quelqu’un, cela débouchait sur une relation durable. Le fait que Dieu fasse une promesse à Abraham constitue donc déjà le début d’une alliance, même si celle ci n’a été matérialisée que plus tard. Je ne suis pas un expert en alliances théologiques; j’avais trouvé le principe tellement évident que je n’ai même pas poussé le sujet très loin. Mais ta remarque était pertinente et cela montre que le sujet mériterait d’être approfondi. En attendant que je le fasse, si tu te sens motivé à étudier le sujet et à écrire là dessus, alors n’hésites surtout pas !

            Avatar
          • Bonsoir JB,

            Ma réponse est très tardive, mais entretemps j’ai eu l’occasion de participer à une émission sur le mariage.

            Pour préparer cette émission, j’ai donc écrit une série d’articles sur ce sujet où je développe mon point de vue :

            http://philochristos.wordpress.com/2013/07/23/sommaire-le-mariage-chretien/

            Si un jour tu as le temps de lire ces articles, n’hésite pas à venir en discuter.

            Bonne soirée,

  • Avatar
  • Un autre article de la Reb’ pour compléter
    http://www.larebellution.com/2013/01/12/le-livre-du-mois-2/
    Le choix de la pureté, de Randy Alcorn

  • Avatar
  • Mowgly, merci pour ton commentaire. Je pense que tu as des très bonnes idées, merci notamment pour ton idée sur la fausseté qu’est de croire que Dieu pense qu’on est mariés seulement si on a « consommé ».
    Cependant, voyons un peu plus loin dans notre société. Tu sais bien que ce que devient le mariage aujourd’hui (nouvelles lois etc), s’éloigne de plus en plus de ce que Dieu a prévu pour nous. Il est bien possible que le terme « mariage » reste dans la loi mais imaginons que dans 15-20 ans le terme soit en totale contradiction avec ce que dit la Bible (je dis bien imaginons^^). A quoi servirait-il alors de se marier civilement? Comme dit le verset, c’est le mariage civil qui compte…

  • Avatar
  • Bonjour,

    Serait-il possible d’avoir un peu plus de précisions sur un point que je ne comprends pas ?

    « En utilisant le principe de base introduit par Nathan – les relations amoureuses sont censées refléter la relation Christ-Église (Éphésiens 5.23), on en déduit aisément que la relation sexuelle est réservée pour le mariage. En effet, Dieu ne rentre jamais en relation avec quelqu’un sans avoir au préalable, conclu une alliance avec lui… L’aviez-vous constaté ? Abraham, Israël, David… À chaque fois, Dieu commence par sceller un engagement fort, avant toute intimité. La conclusion est donc sans équivoque : sans mariage, pas de relation sexuelle. »

    Est-il possible d’avoir un peu plus d’explication sur l’affirmation : « En effet, Dieu ne rentre jamais en relation avec quelqu’un sans avoir au préalable, conclu une alliance avec lui… L’aviez-vous constaté ?  »

    Car à première vue je constate plutôt l’inverse. Prenons le cas d’Abraham par exemple. On voit que la connaissance de Dieu intervient dès Genèse 12 puisqu’on voit qu’Abram (qui n’est même pas encore Abraham) « invoque YHWH par son nom » (verset 8) ,ce qui est la marque de la connaissance de Dieu. L’alliance n’intervient pourtant que bien plus tard.

    Une deuxième question : « Ce droit ne revient qu’à Dieu. Parce que le mariage est une institution divine, il ne peut être en aucun cas customisé en fonction de nos désirs propres. Il doit demeurer un acte public et se sceller d’un engagement visible et concret (entre deux personnes de sexe opposé, je rappelle). Si vous vous aimez tant que ça, eh bien… mariez-vous selon les normes  »

    Quelles sont donc justement ces « normes » ? S’il s’agit par exemple « d’un acte public qui scelle un engagement visible et concret », les fiançailles ne répondent-elles pas à la même définition ?
    En quoi l’engagement est-il différent au moment de la cérémonie de mariage ?

      Avatar
    • Salut David,

      Je ne tenterai de répondre qu’à la dernière partie de ton post.
      <>

      Les fiançailles se font habituellement en famille. C’est donc un évènement privé. Il existe bel et bien un engagement (qui peut même avoir valeur juridique), mais tout cela est d’ordre privé.

      Le mariage en mairie implique une publication de ban qui informe l’ensemble de la population que Monsieur truc et Mademoiselle machin ont prévu de se marier.
      Ensuite le mariage doit se dérouler à la mairie, un espace public. Tout le monde a le droit d’assister à un mariage en mairie même s’il ne connaît pas les concernés.
      Il y a deux témoins par marié. Ce sont des témoins officiels aux yeux de la loi. Il y a une trace écrite. Il n’existe pas de témoin officiels pour des fiançailles.
      Enfin, les mariés signent le registre de la mairie. C’est un document officiel qui fait foi de l’engagement. On leur délivre alors un acte de mariage, encore un document officiel.
      De plus le maire est un représentant de l’Etat, une personne publique dans l’usage de ses fonctions.

      Bref tout ça pour dire que le mariage en mairie est un acte d’engagement en public, ce que ne sont pas les fiançailles (qui n’ont rien d’obligatoire).

      Au fait, tu serais pas David Fanzo par hasard ?

        Avatar
      • Salut Quentin,

        Merci pour ta réponse. Tout ce que tu dis est parfaitement vrai, mais ta remarque ne vaut que pour les sociétés occidentales actuelles, alors que ma question portait plutôt sur la différence entre mariage et fiançailles du point de vue biblique.

        Par contre non je ne suis pas David Fanzo :-) et je ne connais pas cette personne ^^

          Avatar
        • Merci pour vos commentaires et questions enrichissantes. Point de vue biblique, la bible ne fournit pas suffisament d’informations sur les fiançailles pour définir ce qui doit s’y faire de manière normative. Pourtant les fiançailles dans la bible existent (l’exemple le plus connu est celui de Joseph avec Marie). Et elles sont importantes pour nous aujourdh’ui, vu notre contexte actuel et notre possibilité de choix du conjoint (comme l’a expliqué Nathan dans son article « peux-t-on sortir avec quelqu’un? »)

          Donc où trouver les informations sur les fiançailles, et comment faire la différence avec le mariage? Pour répondre à ces questions, voici comment moi je procède personnellement: j’étudie le mariage pour en comprendre le sens, et ensuite je déduis ce qui est possible pour les fiançailles.
          Application :
          1- La bible dit que le seul acte qui engage un homme et une femme à vie est celui du mariage => les fiançailles n’engagent pas encore les 2 personnes à vie et peuvent donc être rompus. Néanmoins, la bible nous encourage à aspirer à la pureté et éviter la légèreté, donc on ne peut fréquenter quelque l’on est prêt à s’engager réellement avec elle.

          2- La bible nous indique que certaines choses ne sont possibles que dans le mariage (relations sexuelles, vivre ensemble etc) Ces choses ne sont donc pas possibles en tant que fiancés. Certains limites ne sont pas clairement définies et sont équivoques (peut-on embrasser etc..) mais lorsqu’on aborde d’autres passages bibliques de manière vraiment éclairée et sage, on peut aisément trouver des réponses à ses questions.

          Donc vu le peu d’informations que la bible donne sur les fiançailles, je partirai toujours du mariage pour en savoir plus sur cette étape. Et pour finir quelles sont les normes? Et bien, « les normes administratives » clairement dépendent de la culture et de la société ambiante, du moment où elles ne transgressent pas les valeurs fondamentables du mariage telles qu’établies par Dieu (union entre homme et femme pour la vie, engagement public etc…)

            Avatar
          • Bonsoir JB, merci pour ta réponse. Pas de souci pour le délais, je me demandais juste si tu avais vu mon message. Mais de toute façon comme je suis abonné au fil, je pourrai être informé de tes réponses.

            Deux petites questions : tu dis que la Bible nous informe que le seul acte qui engage est le mariage et que certaines choses ne sont permises que dans le mariage. Peux-tu me dire à quels passages tu penses ?

            Car de mon côté je ne vois pas vraiment de passages qui affirmeraient que le mariage permettrait plus de choses que les fiancailles. Ou pour être plus exacte, que les fiancailles seraient un engagement moindre que le mariage.
            Si on s’intéresse au Lévitique par exemple, on voit que la fiancée a le même statut que la femme mariée.

            Il est intéressant par exemple que l’ange qualifie déjà Joseph d’époux de Marie et Marie de femme de Joseph (Matthieu 1 :19 et 20) alors que ceux ci ne sont pas mariés mais seulement fiancés. Aujourd’hui cela ne se dirait plus.

            D’ailleurs j’avais lu un livre (mais malheureusement je n’ai plus les références) qui expliquait qu’à l’époque , deux fiancés pouvaient très bien avoir des rapports. Ce qui expliquerait au passage la précision de Matthieu concernant la virginité de Marie. Il nous précise qu’elle était vierge, car en tant que fiancée, elle aurait très bien pu ne plus l’être sans que cela soit scandaleux.

            Enfin notons que dans le Cantique, nos deux tourteraux ont visiblement des rapports sans être mariés.

            A mon sens il faut donc faire attention à ne pas transposer nos présupposés actuels sur des écrits datant d’au moins 2000 ans.

            Si cela t’intéresse j’ai justement écrit un article sur ce danger, le titre est un peu barbare mais le reste n’est pas très compliqué :
            http://philochristos.wordpress.com/2013/02/03/lhermeneutique-anachronique/

          • Avatar
          • Je me permets juste une petite remarque : bibliquement les fiançailles n’existent pas.

            Les fiançailles sont issues du principe du « mariage unique » qui est totalement romain.

            Dans les sociétés sémites, comme dans beaucoup d’autres sociétés antiques, on pratiquait un « mariage par étapes ».

  • Avatar
  • Je n’ai pas le temps de beaucoup développer et c’est bien dommage, juste une petite chose :

    Le « mariage » en tant que tel, ça ne veut pas dire grand chose. Tout du moins, ça veut dire ce qu’on met derrière ce terme aujourd’hui et dans notre civilisation occidentale. Or le « mariage » n’est pas universel ni intemporel ; il change largement selon les pays et les cultures, et il a considérablement évolué au cours du temps.
    J’ai lu le débat au sujet du « vrai » mariage (à l’église ou à la mairie). En ce qui me concerne, je considère que c’est un faux débat. Isaac, quand il a pris Rebecca pour épouse (on se situe aux environs de 2.000 av. JC), n’a pas dit « oui » devant un officiel, ni devant un chef religieux. Après l’épisode du choix de Rebecca et de son approbation (ainsi que celle de sa famille), « Isaac conduisit Rebecca dans la tente de Sara, sa mère. Il épousa Rebecca. Elle devint sa femme et il l’aima. » (Gen 24.67). Ça va peut-être faire bondir Mowgli, mais c’est bien l’union sexuelle qui a scellé l’engagement d’Isaac et Rebecca : on peut dire que c’est se qui correspondait à ce qu’on appelle mariage. Pourtant, les rituels sont largement différents.

    Tout ça pour dire quoi ? Pas que l’acte sexuel et le mariage ne font qu’un, et encore moins pour excuser ceux qui voudraient coucher ensemble avant le mariage. Ce que je veux dire, c’est que le « mariage » n’est pas bibliquement ni historiquement une institution codifiée en soi, et la conception qu’on en a aujourd’hui n’est pas universelle. Il me semble essentiel de garder ça constamment à l’esprit quand on réfléchit aux questions qui ont été posées, notamment dans les commentaires.

    J’en profite au passage pour dire que je suis tout à fait d’accord avec Nathan sur la primauté de l’engagement sur l’amour dans le mariage.

    Et pour finir un petit mot sur la distinction mariage civil / mariage religieux. Ce n’est pas parce qu’un jour l’État s’est emparé du mariage que tout a changé. Tous les couples qui se mariaient avant cela – forcément et uniquement religieusement donc – n’étaient pas pour autant nées de nouveau, et n’avaient donc pas nécessairement la conception chrétienne du mariage, celle qui place Dieu a centre. Le rôle de l’État est d’encadrer au mieux la société. A partir du moment où toute la population n’est pas chrétienne (ça se saurait), il est normal que ceux qui n’appartiennent pas à Dieu puissent tout de même avoir un cadre légal uniquement civil pour réglementer leur union (impôts, succession…). C’est même souhaitable en fait : quelle hypocrisie sinon de prétendre se marier devant Dieu alors qu’on s’en moque éperdument (cf les familles de tradition catholique qui continuent de se marier à l’église). En fait, les choses auraient été plus simples et plus claires si, quand l’État a voulu être le seul à pouvoir donner ce cadre légal, il ne l’avait pas appelé mariage ! Si le mariage civil ne s’appelait pas « mariage civil » mais, disons, « reconnaissance républicaine d’engagement mutuel », les chrétiens se rendraient bien compte qu’il ne s’agit que d’un cadre légal. Malheureusement, le terme « mariage » a été conservé, et les chrétiens ont l’impression de se faire « voler » une institution qui n’a en fait rien à voir avec le mariage biblique.
    Pour le chrétien comme pour les autres, le mariage « officiel » est un cadre civil et légal précieux puisqu’il donne au couple puis à la famille une existence officiellement reconnue et réglementée. Alors bien sûr, Dieu est présent quand on dit « oui » devant le maire, comme à tout moment de notre vie. Mais ce mariage reste un engagement civil et séculier (ce qui ne veut pas dire qu’on peut se permettre de ne pas le respecter évidemment, comme tout autre engagement qu’on peut prendre dans nos vies sans forcément le remettre expressément entre les mains de Dieu).
    J’en arrive où je voulais en venir (enfin) : ce cadre légal et civil, l’État est libre d’en faire profiter qui il veut (y compris des personnes de même sexe si ça lui chante ; ce qui ne veut évidemment pas dire que je cautionne cela…). Ça regarde le chrétien en tant que citoyen (bien sûr, je préfèrerais que mon pays reste fidèle aux valeurs chrétiennes sur ce sujet, comme je préfèrerais qu’il reste fidèle aux valeurs chrétiennes sur tout le reste ! Malheureusement ce n’est pas le cas, on vit dans un monde corrompu par le péché), mais ça ne dénature en rien notre propre mariage, puisque notre engagement se fait avec Dieu au centre. Chrétiens et non-chrétiens ont beau signer le même contrat à la mairie, l’engagement qui unit deux chrétiens et celui qui unit deux non-chrétiens n’ont ab-so-lu-ment rien à voir ! Les non-croyants se contrefoutent de savoir si Dieu bénit leur union ! Un homme et une femme qui vivent et se marient sans Dieu sont tout autant dans l’erreur que deux hommes ou deux femmes qui vivent et se marient (bientôt) sans Dieu…

    Vous aurez remarqué que j’ai été un (tout petit) peu plus long que prévu, et je suppose que tout ne doit pas être très clair vu l’heure tardive, mais il fallait que ça sorte.

    En Christ !

      Avatar
    • J’aime beaucoup ton commentaire Morgan. Surtout l’exemple d’Isaac : « Elle devint sa femme et il l’aima ». Et l’amour dans tout ça? Pourquoi vouloir rajouter qq chose à l’amour? L’engagement? L’amour décrit dans 1Cor13 le contient déjà. Je suis assez étonné de voir autant de discussions sur plein de détails techniques qui s’avèrent finalement qu’être des aspects culturels.

      Nathan, dans ta comparaison avec la relation homme ou femme avec Dieu, tu dis qu’Il conclut forcément une alliance avant d’entrer en relation avec l’homme (ou la femme). Déjà qu’est-ce qu’une relation? Comment conclure une alliance sans être en relation avec une personne? En poussant ta comparaison jusqu’au bout, c’est comme si on ne devenait chrétien que le jour où le se fait baptiser .. ce qui serait plutôt gênant ^^ La Bible elle même montre différentes manières que Dieu a pour venir à la rencontre des hommes.

      Pour être honnête, je ne pense pas que Dieu demande qu’un couple n’ait pas de relation sexuelle avant le mariage, tel qu’on le connait aujourd’hui. Ce qui est important selon moi, c’est de voir qu’est-ce qui motive nos choix : l’égoisme ou un amour sincère. Personnellement, je trouve qu’attendre le mariage est une chose très belle et que Dieu honore cela mais j’en ferai pas une loi rigide pour autant.

  • Avatar
  • Bonjour,
    J’aurai juste une remarque (ou question ) à faire sur le marriage civil.
    Même si la loi française considère le marriage religieux comme « hors la loi » , il garde quand sa valeur auprès des chretiens et de Dieu. Sauf que Dieu veut que nous soyons soumis à l’autorité humaines ( en faisant references aux versets donner par Mowgly). Mais l’Etat avec la loi du « marriage pour tous » se moque encore plus des principes instaurés par Dieu. Cela sera donc par conséquence contre la volontè de Dieu de se faire marrier par une personne qui met au même plan marriage homosexuel et heterosexuel.
    Est-ce que cela serait pécher contre Dieu de se marrier uniquement à l’eglise sachant que le pays dans lequel on vit le considère hors la loi?

      Avatar
    • A mon sens ce serait faire du zèle inutile. Que l’Etat accepte de marier les homosexuels, ne nous empêchent pas nous de nous marier.

      D’ailleurs si on part de ce principe cela fait bien longtemps qu’on ne devrait plus se marier civilement, puisque l’Etat autorise le divorce et considère donc que le mariage n’est pas indissoluble, ce qui là encore va à l’encontre de la pensée de Dieu.

        Avatar
      • merci David :-)

          Avatar
        • Pourtant le divorce est « accepté » si la femme est en danger par exemple, ou si un adultère est avéré…

            Avatar
          • Du point de vue de Dieu, le mariage est strictement indissoluble.

            Après effectivement Jésus, concède le droit de se séparer pour cause de « porneia » (qui contrairement à ce qu’indiquent nos traductions ne peut pas être de l’adultère), sans que cela n’autorise le remariage.

            Concernant le motif de danger (qui ne concerne pas nécessairement les femmes, rappelons qu’il y a aussi des hommes battus) , je ne suis pas contre, mais c’est plus de pragmatisme qu’une raison biblique (à moins que tu penses à un passage qui m’aurait échappé ? )

  • Avatar
  • Je voudrais juste dire, je suis à peu près d’accord sauf, pour le « “On est mariés à notre manière !” . Le mariage moderne a été établi par l’homme non? la cérémonie et tout. Mais Dieu a dis, « Je vous dis encore que, si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux. » Matthieu 18:19. Donc si on couple se convient intimement avec Dieu de les déclarer mariés, ce n’est pas un mariage alors ?? ce sont deux personnes qui se conviennent de se marier et au Nom de DIEU. C’est Lui qui a dis cela, donc le nombre de personne qui assiste ne détermine pas la valeur des voeux eux même. Je suis amplement d’accord qu’il ne faut faire l’amour « qu’à UNE et UNE SEULE PERSONNE DANS LA VIE, et n’aimer qu’une et une seule personne. Il faut se détourné des perversion et des immoralités sexuelles comme JB l’a dis (pornographie, infidélité, etc …) . Mais quand même je ne refuse pas le fait qu’il faut attendre la mariage. Mais le fait de dire que deux personnes qui s’accordent entre eux qu’il sont marier et devant DIEU n’est pas valable que je refuse. :) !!

      Avatar
    • Pourtant, tu t’appuies sur un passage dont tu tords l’interprétation. (je m’excuse sincèrement, de la brusquerie de mes mots, mais je ne trouve que ceux là, soit assurés que je ne veux pas te blesser) En effet, il est bon de refaire une exégèse correcte des passages que l’on a l’habitude d’utiliser ou que l’on entend souvent dans nos églises, notamment pour ce genre de confusion dans l’utilisation de matthieu 18:19. Regarde un peu le contexte avant de l’utiliser. (je te rassure, tu n’es pas le seul à faire cette erreur, et moi même je l’ai fait beaucoup). Mais Jésus à ce moment là, parle du pardon des offenses, et de rien d’autre. Une interprétation déjà plus « libre » du contexte pourrais lui faire dire « prier pour demander ce que vous voulez et je vous répondrai ». Ce qui à la vue du contexte, n’est pas juste. Toi tu es en train d’affirmer que ce passage dit : Si on demande au seigneur sa bénédiction pour se marier à deux sans aucun témoins alors on peut coucher ensemble.
      Je crois bien que c’est contraire à la vision biblique du mariage, et encore plus en France où le mariage à cause de la loi et de l’ordre biblique de soumission à la loi doit d’abord être célébrer à la mairie. (CF commentaires précédents).
      Il va falloir que tu trouves d’autres versets si tu veux étayer ta théorie, mais n’oublie pas de toujours regarder un passage dans son contexte local, mais aussi à la vue de l’ensemble des enseignements bibliques, car la Parole ne peut se contredire. Or il me semble bien que l’ensemble des enseignements bibliques s’orientent vers une vision publique du mariage. (publique n’excluant pas les petits comités, mais rappelant l’idée d’engagement devant témoin.)

  • […] (1) – L’homosexualité (2) – Sortir avec quelqu’un – Le sexe avant le mariage – Sortir avec un(e) […]

  • Avatar
  • Bonjour,j’apprécie bien les commentaires ;mais vous pourrez trouver ma préoccupation toute aussi pertinente qu’on ne puisse l’imaginer.

    « Le vrai mariage à définir,ne se trouve t-il pas dans la sincérité du coeur avec laquelle les sujets se rencontrent choisissant de s’aimer bien avant d’être plus tard célébré soit à la mairie ou à l’église d’autant plus que Dieu dans son plan nous connaît d’avance et n’apprécie que la pureté des sentiments ?

  • Avatar
  • Bonsoir Louis,

    Le mariage dans la Bible entre un homme et une femme est une alliance devant Dieu et les hommes, indissoluble et donc de la plus haute importance. La Bible utilise l’image du mariage pour désigner l’union entre Christ (l’époux) et l’Eglise (l’épouse).

    Pour te répondre, bien sûr que le mariage est souvent lié à des sentiments antérieurs à l’union civile/religieuse qu’est le mariage. Cependant, l’amour dans la Bible n’est pas seulement un sentiment, mais surtout un choix.

    A ce titre, oui, Dieu nous connaît d’avance et surtout la dureté de nos coeurs induite par le péché originel en nous, et c’est pour cela qu’il conclut avec nous une Alliance, le salut grâce au sang de Christ qui coule à la Croix pour nous. Nos sentiments ne peuvent être purs qu’à travers le sang de Christ. Tout comme Dieu a conclu une Alliance par cet engagement qu’est la Croix, l’époux conclut son alliance avec sa bien-aimée par cet engagement qu’est le mariage.

    Donc, la sincérité du coeur à un moment donné n’est pas suffisante pour garantir que l’époux tiendra son engagement envers son conjoint. Le mariage est à la fois une preuve d’engagement mais également un cadre dans lequel l’amour peut grandir en sécurité, à l’abri de nos désirs si changeants.
    Bien sûr, cela arrivera que l’époux ou l’épouse commettent des fautes, se disputent. Mais c’est en considérant le sang de Christ qui continue de couler pour eux, qu’ils seront brisés et aptes à comprendre quel prix a coûté l’engagement de Dieu. Et agiront alors en conséquence au sein de leur couple en ayant les mêmes sentiments d’humilité que Christ (Philippien 2.5-11)

    Bien à toi,
    Clément Dv

  • Avatar
  •  » Je me limiterai au cas de la France, puisque c’est celui qui nous intéresse. Comme tu l’as souligné Victoria, dans la loi française, le mariage civile passe avant le religieux. J’aimerai juste donc citer deux passages concernant notre soumission aux autorités :
    Romain 13 : 1-2
    1 Pierre 2 : 13-14
    Ces deux textes s’ils se rejoignent sont complémentaires. Paul, dans son épître aux romains affirme qu’il est nécessaire de se soumettre à la loi française, au risque sinon, de se rebeller contre Dieu lui même.
    Pierre quant à lui au verset 13 évoque la soumission comme un acte d’amour envers Dieu (version parole Vivant : « soyez soumis pour l’amour du seigneur à toutes autorités instituées par les hommes… »)
    Mais ces deux textes m’amènent bien à penser qu’en France, c’est le mariage civile qui compte. Je compte parmi mes amis, plusieurs couples qui se sont mariés à la mairie quelques mois avant de célébrer leur union à l’église. (le premier ayant eu lieu en février, le deuxième en juillet).
    « On peut donc se poser la question, quelle valeur a donc la cérémonie à l’église ? Ce n’est donc par pour rien que j’ai choisi les termes « célébrer leur union ». Ainsi, le mariage à l’église, en France selon moi n’est pas indispensable. Par contre, ça ne veut pas dire que je ne veut pas aller à l’église pour célébrer mon mariage. Bien au contraire. J’ai envie d’inviter mes amis, ma famille, ceux de ma fiancée pour qu’ils soient tous les témoins de notre union et qu’ils le fêtent par des chants et des prières qui glorifient Dieu, puis le soir par un repas et une communion fraternelle, des jeux et des réjouissances où Dieu est présent, puisque comme le précise Nathan, Dieu est toujours avec nous. De plus, pour moi, même s’il n’est pas indispensable, l’échange de promesse à l’église est aussi une manière de montrer à tous que par notre engagement et notre couple, nous cherchons à honorer et glorifier Dieu. Du coup, si par une analyse rationelle, j’ai pu montré que le mariage religieux n’est pas indispensable d’un point de vue biblique en France, je précise qu’il est pour moi nécessaire, par mon désir de mettre Dieu en premier. » (Paroles de Mowgly)  »

    Si un couple se marie a la mairie qques mois avant de se marier a L’Eglise ils peuvent consommer les relations sexuelles ou il faut attendre de se mariere a l »Eglise pour pouvoir consommer avec joie et plaisir les relations sexuelles.

    je veux parler de culpabilité ou de se culpabiliser pour consommer les relations sexuelles dans le cadre fait par Dieu cest a dire le mariage selon La Parole de Dieu :)

    je sais pas si je m’exprime correctemment!!

    merci pour vos reponse!!

    et merci pour ce blog car jai eu souvnet des difficulté a ce propos et le blog ma vraiment aider et a rester sur mes principes ( que le Seigneur ma mis dans mon coeur depuis tte petite et raisonnements.

      Avatar
    • Bonjour Becca !
      Si, comme tu l’as dit toi-même, le mariage civil est l’accomplissement de l’alliance, stricto sensu, tu peux consommer les relations sexuelles en dehors de la célébration à l’église, puisque le cadre de Dieu l’autorise.
      Après, cela va dépendre des pays, des cultures, des familles, etc.. Cela va influer beaucoup sur la réalisation et la « publication » pleine et entière d’une alliance.
      Personnellement, ça ne me gênerait pas qu’un couple me dise avoir eu des relations entre la mairie et l’église, mais je pense que le mieux, c’est d’attendre que l’alliance soit publique pour tes amis et familles, et c’est souvent la cérémonie à l’église, le repas le soir qui joue ce rôle.
      Bonne soirée !

  • Avatar
  • oui je pense aussi que c’est le mieux d’attendre la ceremonie de ‘Eglise qui est le plus important pour nous chretien evangelique!! merci pour ta reponse

  • Avatar
  • intéressant !! un article sur le célibat sur mon blog

  • Avatar
  • Slt j’suis jordikibaba je vue vôtre article ça m’interesse vraiment, mais malheuresement je n’est pas trouvé des versés correcte qui ns interdit.
    Merci.

  • Avatar
  • Partie 3 ??

  • Avatar
  • Attention, le flou c’est pas forcément à éviter systématiquement, c’est même très souvent intéressant pour mettre en valeur un sujet au premier plan.

  • Avatar
  • Merci d avoir ecrit tout ceci pour le peuple de Dieu Et Ceux Qui Ne Croirons Pas A Cela Croient Même à la parole divin qui nous exhorte à fuir la debauche comme l appelle la bible(une sexualités sans mariage est une débauche).

  • Avatar
  • S’il advient que deux personne ont une ou plusieurs relations sexuelles avant le marriage, si ces personnes finissent par se marier, est-ce que leur actes passé reste un péché? Parce que ce sont des choses réserver aux couple marier, sauf que dans la situation, les deux personne ne sont juste pas encore marier mais vont le devenir .

  • Avatar
  • Bjr
    Je lis cet article 7années après sa parution mieux vaut tard que jamais vivement que l’auteur le reçoive
    Tout d’abord merci car je le lis disons à un moment de faiblesses comme tant d’autres que je traverse et malheureusement la plupart du temps je succombe. Donc cherchant des arguments en faveur de l’acte négatif que je voulais poser je suis tombé sur ce site.
    Disons en résumé que je suis convaincu de ne plus poser ces actes immoraux qui vont à l’encontre de la volonté parfaite de Dieu pour moi.
    Maintenant la question que je souhaite poser (7ans plus tard ) si j’ai bien lu les interventions de quelques-uns, si je me trompe corrigez moi svp Paul et pierre nous demande de respecter la loi des hommes , alors pour ceux là qui justifieront par exemple leur union homosexuelle par le fait que la loi (la vôtre Dieu merci cest pas encore le cas ici en Afrique) le permettent vous pourrez leur dire chez nous par exemple il ya les mariages polygamoques qui sont acceptés par la loi et même il ya des exemples bibliques d’hommes de Dieu qui avaient plusieurs épouses et même concubines en plus.
    En bref quelle est la limite avec la loi des hommes et avec certains exemples bibliques qui aujourd’hui semblent prohibés par Dieu.
    Merci encore beaucoup de courage je me suis abonné et j’apprécie beaucoup la qualité des échanges très relevés et surtout courtois.

  • Avatar
  • Gloire a Dieu!!!

    le sexe ne doit se vivre que dans le cadre du marriage./

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *