Redécouvrir la grâce (5/5) : la fidélité de Dieu dans le salut

Pour retrouver les 4 autres articles de la série, c’est par ici : la corruption de l’homme, l’élection divine, l’efficacité de la croix, l’appel efficace.

Lorsque Dieu sauve un homme de ses péchés, il ne fait pas l’œuvre à moitié. Il sauve cet homme complètement. Il l’arrache à son péché et le garde en sa main avec cette promesse : « je le ressusciterai le dernier jour » (Jean 6.44).

Il y a de nombreux versets de la Bible qui montrent que, si c’est Dieu qui nous sauve, c’est aussi lui qui nous gardera fidèlement jusqu’à la fin. À ce sujet, je pense qu’il est utile de laisser parler la Bible :

« Je leur donne la vie éternelle. Elles ne périront jamais et personne ne pourra les arracher à ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous et personne ne peut les arracher à la main de mon Père. » – Jean 10.28-29

« Qui nous séparera de l’amour de Christ ? Serait-ce la détresse, l’angoisse, la persécution, la faim, le dénuement, le danger ou l’épée ? De fait, il est écrit : C’est à cause de toi qu’on nous met à mort à longueur de journée, qu’on nous considère comme des brebis destinées à la boucherie. Au contraire, dans tout cela nous sommes plus que vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés. En effet, j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni le présent ni l’avenir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. » – Romains 8.35-39

« C’est lui aussi qui vous affermira jusqu’à la fin pour que vous soyez irréprochables le jour de notre Seigneur Jésus-Christ. » – 1 Corinthiens 1.8

« Que le Dieu de la paix vous conduise lui-même à une sainteté totale et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irréprochable lors du retour de notre Seigneur Jésus-Christ ! Celui qui vous appelle est fidèle, c’est aussi lui qui le fera. » – 1 Thessaloniciens 5.23-24

« Le Seigneur est fidèle, il vous affermira et vous protégera du mal. » – 2 Thessaloniciens 3.3

« C’est pourquoi Dieu, voulant montrer plus clairement encore aux héritiers de la promesse le caractère irrévocable de sa décision, est intervenu par un serment. Ainsi, par deux actes irrévocables dans lesquels il est impossible que Dieu mente, nous sommes puissamment encouragés, nous dont le seul refuge a été de saisir l’espérance qui nous était proposée. » – Hébreux 6.17-18

« N’aie pas peur, petit troupeau, car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume. » – Luc 12.32

« [Or, la volonté du Père qui m’a envoyé], c’est que je ne perde aucun de tous ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite le dernier jour. » – Jean 6.39

« Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre la poursuivra jusqu’à son terme, jusqu’au jour de Jésus-Christ. » – Philippiens 1.6

Ces versets, et beaucoup d’autres encore nous montrent que nous ne pouvons pas perdre le salut. Non pas parce que nous sommes maintenant forts et fidèles, mais parce que Dieu l’est. Il se fait lui-même le garant de notre salut et ne nous laissera pas tomber, quitte à nous corriger. Cela est logique, puisque, comme nous l’avons vu dans les précédents articles, le salut vient de Dieu : c’est lui qui nous l’a donné, par pure grâce, alors qu’on ne le méritait pas. Quelle raison aurait-il alors de nous le retirer ? Nous ne pouvons pas perdre ce que nous n’avons pas gagné : Dieu est fidèle, il nous garde en sa main. Quel encouragement et repos pour notre âme !

Mais je sais qu’en lui j’ai la vie,
Il m’a sauvé dans son amour.
Et gardé par sa main meurtrie,
J’attends l’heure de son retour.

– Je ne sais pourquoi dans sa grâce (Ailes de la foi 270)

Tu veux creuser davantage ces 5 vérités ? La Réb’ t’encourage vraiment à lire ce livre court et pas cher (9,90€) : Les Cinq points du Calvinisme de John Piper.

Auteur : Maxime G.

Maxime, 20 ans, étudiant en médecine et passionné par la théologie.