Vaincre la pornographie – 8 – Revêtir son identité en Christ

3 Oct 2012 9 commentaires
Crédits photo : flickr.com / 246-You

Père Castor, raconte-nous une histoire! (*) Une histoire? Bien les enfants, je mets mes lunettes et je vous lis tout. Je vais vous raconter l’histoire du voleur de voiture.

 

Le voleur de voiture

Ted était un beau jeune homme d’une vingtaine d’années. Il avait un père qui l’aimait énormément. Son père désirait particulièrement passer du temps avec lui, raffermir leur lien. Mais Ted ne se souciait pas trop de son père. Il n’avait qu’un désir qui l’obsédait: acquérir une belle voiture. En effet, le jeune homme était fan de décapotables et il rêvait d’en posséder une. Alors son père décida de lui offrir une superbe Renault Wind à son prochain anniversaire. Ted était super content sur le coup, mais ça n’a pas duré. Son père croyait que cette promesse allait rassurer son fils et aider à améliorer leur relation. Il se disait que si ce dernier était sûr d’avoir sa voiture, alors il pourrait prêter un peu plus d’attention à leur lien, à tout ce qu’ils pouvaient construire à deux.

Mais hélas, l’effet contraire se produisit. Très vite le jeune homme s’impatientait, il était de plus en plus obnubilé par ce désir pressant de posséder une bagnole. Un soir, à deux mois de son anniversaire, alors qu’il était invité à une soirée, son désir explosa. En pensant à toutes les belles filles qu’il pourrait séduire ce soir grâce à un cabriolet, il ne se retint plus. Il sortit de chez lui, comme poussé par une force incontrôlable, et dans la pénombre du soir, se dirigea vers l’immeuble du concessionnaire. Il força le garage et pénétra dans l’atelier. Il saisit la belle Renault Wind, la démarra et s’enfuit en trombe hors de l’enceinte. Mais l’alarme s’était déclenchée. La police était avertie. Après quelques minutes de course poursuite, Ted a été rattrapé et tout était fini.

Il fut conduit au poste de police et incarcéré. En l’espace de quelques minutes, le jeune bourgeois était devenu un vulgaire voleur de voiture. Tout ça pour quoi? Juste pour le plaisir d’une soirée. Juste parce qu’il n’a pas su attendre le cadeau qui lui a été promis. Si seulement il avait pu patienter quelques semaines encore… Sa vie n’aurait pas pris cette tournure. Ted aurait non seulement pu avoir sa voiture en toute légalité, mais en plus il aurait pu jouïr de ce qu’il y a de plus important : l’amour et la communion de son père. Maintenant il se retrouve en prison et n’en sortira pas avant deux ans minimum. Juste parce qu’il s’est empressé, il a tout gâché.

 

Le voleur de plaisir

Quelle histoire invraissemblable ! « Comment peut-on être aussi ridicule?! », vous exclamerez-vous sûrement! Mais en réalité, tout chrétien qui s’abaisse à consommer de la pornographie est exactement comme Ted. À la petite différence que lui ne devient pas un voleur de voiture, mais plutôt un voleur de plaisir. Il renie sa noble identité d’enfant de Dieu pour s’adonner à un plaisir illicite, au lieu d’attendre celui que Dieu veut lui offrir. Il préfère forcer la porte du garage de la sexualité, au lieu de patienter jusqu’à ce que son Père lui en donne l’accès légalement. Il préfère quelques instants d’extase vide à la joie véritable, même s’il doit y laisser sa liberté et s’enfermer dans une prison terne et sombre. Et par dessus tout, il est prêt à briser la chose la plus inextimable qui soit: sa communion et son intimité avec son Père céleste! Quel énorme gâchis !

 

Le plaisir véritable

Pourquoi préférer un plaisir éphémère à une joie éternelle? Surtout que Dieu ne juge pas nos désirs trop grands, au contraire, il veut nous offrir tellement plus. Voici ce que le célèbre auteur C.S. Lewis écrivit à ce sujet: “En effet, si l’on considère, dans les Évangiles, le nombre impressionnant de promesses de récompenses et la nature surprenante de toutes ces récompenses, il semblerait bien que notre Seigneur ne trouve pas nos désirs trop intenses, mais au contraire bien trop faibles. Nous sommes des créatures au cœur partagé, qui perdent leur temps avec l’alcool, le sexe et les ambitions personnelles alors qu’une joie infinie leur est proposée. C’est un peu comme ce pauvre gamin qui préfère continuer à faire des pâtés dans la boue d’un bidonville parce qu’il ne peut pas comprendre ce que signifie l’offre qu’on lui a faite d’aller passer de belles vacances à la plage. Nous sommes bien trop facilement satisfaits.”

 

Revêtir l’identité de Christ

Big Mac ou buffet de restaurant 4 étoiles? Le choix doit se faire sans hésiter. Tom doit se ressaisir. Il est temps de rejeter définitivement ce plaisir passager et destructeur, pour expérimenter la joie incomparable de Christ. Il est temps de se débarrasser de ce manteau répugnant du voleur de plaisir, pour revêtir sa véritable identité d’enfant de Dieu. Voici quelques paroles que Tom devrait se répéter incessamment jusqu’à les intégrer complètement:

« Je ne suis pas un voleur de plaisir, je suis un enfant de Dieu. Je suis une nouvelle créature, les choses anciennes sont passées, et toutes choses sont devenues nouvelles. Je suis un avec Christ, j’ai été crucifié avec lui sur la croix; j’y ai donc crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. Maintenant si je vis, ce n’est plus moi qui vit, mais c’est Christ qui vit en moi. Je suis né de Dieu et libre du péché. Sa divine puissance m’a donné tout ce qui est nécessaire pour vivre dans la piété et la sainteté. À cause de cela, je ne me laisserai asservir par quoique ce soit. La mort n’a plus de pouvoir sur moi. Quant à mon corps, il n’est pas un instrument d’iniquité, il est le temple du Saint-Esprit, et mes membres sont ceux de Christ. Je refuse donc de prendre les membres de mon merveilleux Seigneur, pour en faire des membres de prostituée. Je suis appelé à glorifier Dieu avec mon corps. Aujourd’hui, je fais un pacte avec mes yeux et mes mains : ils ne serviront plus jamais à l’immoralié sexuelle! Non je ne suis pas un voleur de plaisir! Oui je suis un enfant du Dieu Tout-Puissant! » (À suivre…)

Clé n°5 : Jeter le manteau du voleur de plaisir et revêtir sa véritable identité en Christ.

(*) Slogan du célèbre dessin animé « Les Histoires du père Castor« . Père Castor ne se lasse jamais de raconter une histoire à ses trois enfants. Il les laisse ensuite en tirer leurs propres conclusions.

Dans la même série :  1- Introduction / 2- Vous avez dit porno ?  / 3- L’impact négatif du porno / 4- Les mensonges du porno / 5- La racine du péché sexuel  / 6- Après une chute… / 7- La fuite et la prudence, deux vertus essentielles / 8-  Revêtir son identité en Christ / 9- Marcher par l’Esprit / 10 – La clé fondamentale


MAJ du 05/02/18 : Suite à la difficulté de modérer les commentaires sur ce type d’article, nous avons trouvé plus sage de fermer les commentaires. En revanche, si vous avez une question, une remarque, une demande d’aide ou un témoignage d’encouragement, n’hésitez pas à nous envoyer un mail à : contact@larebellution.com

Avatar
Auteur : JB A

25 ans, Rébellutionnaire, ingénieur en systèmes d'information à Paris, et leader de groupe de jeunes à l'église Phila

Voir tous ses articles →