Le Psaume 13 : un mini-guide pour traverser la souffrance (4)

18 Fév 2019 1 commentaire Pierre C.

« Au chef de chœur. Psaume de David. Jusqu’à quand, Éternel, m’oublieras-tu sans cesse ? Jusqu’à quand me cacheras-tu ton visage ? Jusqu’à quand aurai-je des soucis dans mon âme, et chaque jour des chagrins dans mon cœur ? Jusqu’à quand mon ennemi s’attaquera-t-il à moi ? Regarde, réponds-moi, Éternel, mon Dieu ! Donne la lumière à mes yeux, afin que je ne m’endorme pas du sommeil de la mort ! En effet, mon ennemi pourrait dire : « Je l’ai vaincu », et mes adversaires se réjouir en me voyant ébranlé.  Moi, j’ai confiance en ta bonté, j’ai de la joie dans le cœur à cause de ton salut. Je veux chanter en l’honneur de l’Éternel, car il m’a fait du bien. » — La Bible, Psaume 13

Le Psaume 13 est un Psaume court, que je t’encourage vivement à mémoriser (tu verras, ce n’est pas si difficile). Il pourra t’apporter un précieux réconfort lorsque tu es confronté à la souffrance. Je souhaite sincèrement qu’il puisse te servir de guide pour traverser victorieusement l’épreuve, en mettant en pratique les trois pistes que j’ai abordées dans les trois articles précédents, et rappelées ci-dessous (avec à chaque fois un verset d’illustration) :

1) Confie à Dieu ta souffrance dans la prière

« Déchargez-vous sur [Dieu] de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. » 1 Pierre 5.7

2) Garde les yeux fixés sur Jésus

« Courons avec persévérance l’épreuve qui nous est proposée. Faisons-le en gardant les regards sur Jésus, qui fait naître la foi et la mène à la perfection. » Hébreux 12.1-2

3) Conserve une pleine assurance dans la fidélité de Dieu

« Les actions du Seigneur sont grandioses ; ceux qui les apprécient en font tous l’expérience. Splendeur et majesté distinguent ses actes. Il est pour toujours fidèle à lui-même. Il veut que l’on commémore ses merveilles. Le Seigneur est bienveillant et compatissant. » Psaume 111:2-4

Pour approfondir la réflexion sur la souffrance, je t’encourage à lire le Psaume 77. Tu y retrouveras beaucoup des idées développées dans cette série d’articles. Par exemple, concernant la première piste, tu peux lire : « Je m’adresse à Dieu pour crier ma plainte, je m’adresse à Dieu pour qu’il me prête attention. Quand je suis dans la détresse, je me tourne vers le Seigneur. » Psaume 77.2-3. Concernant la troisième piste, tu peux lire : « Je me souviens de ce que tu as fait, Seigneur, oui, j’évoque tes merveilles d’autrefois. Je réfléchis à tes exploits, je médite tes actes mémorables. » Psaume 77.12-13. Le Psaume 77 est certes un peu plus long que le Psaume 13, mais tu peux aussi le mémoriser avec profit.

Pour conclure, je voudrais te laisser un petit texte écrit par le chrétien iranien Mehdi Dibaj, qui fut emprisonné en raison de sa foi, torturé et condamné à mort au motif d’apostasie (méditation du 17 mai dans le livre « Les liens de la liberté », Portes Ouvertes).

« C’est aux humbles que Dieu accorde sa grâce. C’est dans le feu que l’or est purifié. C’est le polissage et la taille qui rendent le diamant brillant. C’est à haute température que la rouille du pot est brûlée. C’est par la porte étroite que nous entrons dans le Royaume des Cieux. C’est dans de très grandes épreuves que naissent les hommes [femmes] de Dieu. Seigneur, fais de moi un tel homme [une telle femme]. »

Cet article est le dernier d’une série sur le Psaume 13 et la souffrance. Tu peux aussi regarder le premiersecond, et troisième article de la série.

Auteur : Pierre C.