14 bonnes raisons pour que tous les chrétiens évangélisent (4/4)

Dernier article de la série où Alexandre Manlow, organisateur de la conférence Hérauts, nous partage 14 bonnes raisons de partager l’Évangile avec nos amis ! Voir les raisons 1-5 ici, les raisons 6-9 ici, et les raisons 10-12 ici.

#13 – Une affaire difficile qui en vaut bien la peine

Au chapitre 15 de sa première épître aux Corinthiens, Paul déclare que la résurrection corporelle de Jésus donne l’assurance aux chrétiens de ce que leur foi n’est pas vaine et de ce qu’ils connaîtront eux aussi la résurrection (ou une transformation) qui sera corporelle et ô combien glorieuse. Voici comment il conclut son argumentation : « Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, progressez toujours dans l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail n’est pas vain dans le Seigneur » (1 Corinthiens 15.58). En scrutant le reste de cette épître, nous réalisons que « l’œuvre du Seigneur » et le « travail qui n’est pas en vain dans le Seigneur » se réfère à la proclamation de l’Évangile à laquelle les Corinthiens étaient appelés, tout comme Paul, Apollos, et d’autres.1 Ainsi, comme la future résurrection des croyants est aussi certaine que la résurrection de Jésus qui a déjà eu lieu, voilà une autre raison qui nous encourage à persévérer et ternir ferme dans notre proclamation, malgré toutes les peines que nous pouvons connaître. Du coup, la prochaine fois que tu es tenté(e) de jeter l’éponge à cause des moqueries ou de la résistance de tes proches, ne perds pas courage et rappelle-toi que ça vaut tellement la peine de persévérer parce que la résurrection va bientôt avoir lieu !

#14 – La trajectoire de l’Histoire de l’Humanité : que deux destinations possibles

La Bible est l’histoire grandiose de comment Dieu rachète un peuple rebelle qui lui appartient en propre et qui passe l’éternité avec lui, en vivant la vie telle qu’il l’avait planifiée au départ. Cette histoire merveilleuse est prise en sandwich entre deux serre-livres de deux chapitres chacun (Genèse 1-2 et Apocalypse 21-22)2 qui présentent deux mondes où les relations entre les hommes et les femmes sont comme elles devraient l’être, et surtout où ceux-ci sont en parfaite relation avec Dieu, les conséquences du péché n’y étant pas/plus présentes car le péché n’y est/sera plus : pas de larmes, plus de mort (et donc plus de deuil), plus de cri, plus de douleur (Ap 21,4). Tandis que la malédiction a suivi la création (Genèse 3.14s) à cause de la rébellion des êtres humains qui ont voulu prendre la place de Dieu (Genèse 3.5), il n’y aura plus jamais de malédiction ni la nouvelle création glorieuse de Dieu, ni sur son peuple qu’il aura transformé et qu’il se sera racheté grâce à son Fils qui a été maudit à leur place (Galates 3.13-14 ; 1 Corinthiens 15.42-57 ; Apocalypse 7.14-17 ; 21.1-4 ; 22.3-5). Par contre, nous savons quelle est la terrible destination qui attend celles et ceux qui auront persévéré dans leur rejet de Jésus : la malédiction éternelle et terrible de Dieu (Ésaïe 66.22-24 ; Matthieu 25.41-46 ; Marc 9.43-48 ; Apocalypse 20.6 et 10 ; 21.8). Telle est la trajectoire de toute l’Histoire de l’Humanité, et il n’y a que deux destinations en vue ! Telles seront les glorieuses et terribles vies futures qui sont celles qui durent pour toujours !

Connaissant le moyen que Dieu a choisi pour sauver des rebelles comme nous, et sachant qu’il n’y a qu’un seul moyen d’arriver à la destination glorieuse et palpitante des rachetés (Jésus seul), lançons-nous corps et âme dans la mission pour que d’autres puissent arriver à bon port pour célébrer la gloire de la grâce de Dieu (Éphésiens 1.4-14 ; 2.1-7 ; Apocalypse 7.9-17) !

Pour être motivé et équipé dans ta mission pour Jésus, viens à la conférence annuelle des GBU de Belgique, Hérauts, qui aura lieu le 9 février 2019 à Bruxelles ! Infos et inscriptions sur www.herauts.com.

  1. Nous en arrivons à cette conclusion puisque les seuls autres emplois des expressions « travail(ler) », « œuvre », « co-ouvrier/travailleur » et « peiner » dans cette lettre sont toutes liées à la proclamation de l’Évangile (voir 1 Corinthines 3 et 9.13-15 ; 15.10 et 16.10).
  2. Notons que, même s’il y a de nombreux échos avec Genèse 1 et 2, le monde tel qui nous est présenté en Apocalypse 21 et 22 est un cran au-dessus du premier : il s’agit d’une ville glorieuse bien peuplée (et plus d’un jardin où se trouve juste deux personnes), et surtout il s’agit d’un monde qui ne pourra plus jamais se corrompre !
Auteur : Alexandre Manlow

Alexandre Manlow, Secrétaire Général des GBU de Belgique et professeur de l'évangile de Marc à l'Institut Biblique Belge. Marié à Sara, qui est aussi employée par les GBU, ils ont une adorable petite fille nommée Natalina et un petit bout tout mignon qui s’appelle Cohen.