Les relations garçon-fille : Les implications du Principe sur le mariage (2/3) – la fidélité

Artiste – Banksy

Après avoir vu ici et ici le fait qu’il y a un principe régulateur dans les Écritures pour bien vivre nos relations entre garçons et filles, et avoir vu qu’il a un impact sur notre vision du divorce ici, parlons de la deuxième implication de ce principe sur notre vision du mariage.

La deuxième implication du principe d’Ép 5.21-30 est un sujet sur lequel on pourrait passer des heures, au vu du fort taux d’adultère parmi les coupes mariés en France.

La tromperie, l’adultère, est clairement exclue de la vision de Dieu des relations amoureuses, sur la base de la façon dont Christ aime son Église et dont nous sommes appelés en tant qu’Église à nous soumettre à lui.

En effet, Jésus a-t-il plusieurs Églises ? Non, il n’a qu’un seul peuple, et il s’agit de l’Église dans le Nouveau Testament (l’Ancien Testament l’appelait « Israël » et le Nouveau Testament le fait parfois, en référence à l’Ancien Testament). Il n’est pas « polygame » dans sa relation à son Église. Il ne nous trompe pas !

Et nous, l’Église, nous sommes appelés à nous soumettre à Christ et à Christ seul. Nous ne devons pas être des « adultères spirituels ». Ainsi, l’adultère est exclu dans la relation amoureuse sur terre. Pour bien refléter la relation entre Christ et l’Église, Dieu a décidé que le mariage serait entre un homme et une femme.

Ceci touche aussi à la polygamie, et si vous vous demandez pourquoi Dieu permettait aux gens dans l’Ancien Testament de marier plusieurs femmes, la réponse pour moi se trouve encore en Mt 19. La réponse que Jésus donne par rapport au divorce est la même qu’il donnerait, d’après moi, concernant la polygamie : il en était ainsi à cause de la dureté du cœur humain et de la patience de Dieu. Nous qui sommes son peuple au cœur de chair de la nouvelle alliance, nous sommes appelés à des exigences plus fortes, aidés par l’Esprit.

Notre fidélité à la personne que l’on épouse est capitale pour que ce monde voie qu’il est appelé à n’avoir qu’un seul Seigneur, plutôt que de se laisser aller à toutes sortes d’allégeances autres qu’à Jésus-Christ.

 

Avatar

Nathan L

http://nathanlambert.net/

26 ans, Rébellutionaire depuis une bonne dizaine d'années, marié à Beki, papa d'Emilie et de Caleb, responsable à l'Eglise CVV Paris et auteur du livre Devenir un Homme Selon Jésus.

Voir tous ses articles →

Tu devrais aussi aimer...

4 Commentaires

    Avatar
  • Bonjour,
    Justement je me pose la question à propos de la polygamie. Moi c’est certain je suis pour la fidélité et la monogamie a 200%.Toutefois, expliquer cela à une personne qui n’est pas du même avis en se basant sur la bible n’est pas chose facile pour moi….
    Vous avez cité Mt 19 mais je ne vois pas vraiment le lien…
    Jésus parle clairement du divorce comme une chose qui à été « permise » par Dieu dans des circonstances particulières mais appliquer ce verset à la polygamie…bon je dois avouer que j’ai du mal à comprendre le parallèle….(Dieu aurait donc permis la polygamie dans des circonstances particulières???)
    Plusieurs de ceux qui servaient Dieu dans l’ancien testament étaient polygames… Bon après c’est claire que ses personnes bien qu’étant des modèles dans la foi n’ont pas toujours bien agit ( ex: David).Donc leur choix de vie ne veut pas dire que c’était la bonne chose à faire… Bon moi sur cette question j’aurais tendance à cité la Genèse quand Dieu, au moment ou les choses n’étaient pas encore corrompue avait crée 1 homme et 1 femme pour être lié ensemble et rien de plus. Mais si vous avez d’autres passages biblique qui vous viennent à l’esprit sur cette question merci de m’en faire part :-) Merci pour votre blog en tout cas

  • Avatar
  • Bah justement, ici, Jésus se réfère à Genèse 1, et il dit que la loi de Moïse n’a été donnée comme elle l’a été qu’à cause de la dureté du cœur humain. L’israélien de l’Ancien Testament était en quelque sorte un membre du peuple de Dieu en dehors de son propre choix. Donc les lois de Dieu sont moins exigeantes que s’il donnait sa volonté parfaite. Mais au commencement (Genèse 1), il n’en était pas ainsi.

    Je viens d’ailleurs de voir une vidéo d’un de mes prédicateurs, auteurs et blogueurs préférés, Andrew Wilson, qui fait le même rapprochement pour dire que le raisonnement de Matt 19 s’applique à la question de la polygamie : http://vimeo.com/54086393 (après il faut comprendre l’anglais d’un gars avec un accent britannique qui parle vite…)

  • […] question – Le Principe – Le divorce – La fidélité – L’autorité et la soumission – L’homosexualité (1) – L’homosexualité […]

  • […] question – Le Principe – Le divorce – La fidélité – L’autorité et la soumission – L’homosexualité (1) – […]

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *