L’amitié gars-fille : ça existe ? – Introduction de Noémie (3/6)

On continue avec notre série sur l’amitié gars-fille ! Si tu n’as encore lu les deux premiers articles d’Anthony, fonce et clique ici : 1er article, 2ème articleC’est maintenant au tour de Noémie de nous partager son expérience amicale avec les gars.

Pour moi, c’était impossible. J’avais du mal à croire que l’amitié entre un homme et une femme puisse exister, vraiment exister. Dans les films romantiques et dans les dessins-animés, l’héroïne finissait souvent par réaliser que son homme idéal était cet ami qu’elle avait “friendzoné”.

Et puis, j’étais constamment entourée de filles. J’ai grandi dans une famille chrétienne avec un grand-frère et quatre soeurs ! À force d’entendre des histoires ambiguës et compliquées, j’étais bien contente d’avoir mes amies filles. Pas d’amis gars, pas de problèmes ! Je les voyais comme de bons camarades, et ça me suffisait amplement.

L’amitié gars-fille paraît impossible face à nos préjugés

C’est la raison pour laquelle parler de ce sujet est un vrai défi pour moi aussi. Même si ma bulle de protection “anti amis gars” m’a évité pas mal de situations compliquées, pendant un temps, j’ai réalisé que j’avais des préjugés. Tout se résumait en une phrase : “les hommes sont tous les mêmes…”. Je les voyais comme des gamins de qui il fallait un peu se méfier.

Pourtant, malgré les apparences, il m’arrivait de me faire des films quand je trouvais un gars sympa. Sauf que c’était bizarre. Ce que j’imaginais ne collait pas du tout avec mes préjugés sur les hommes..!

Jusqu’au jour où, Dieu a chamboulé ma façon de penser l’amitié gars-fille.

La saine amitié gars-fille, ça existe

C’est à l’âge de 19 ans que j’ai eu mon premier vrai ami gars. Un non chrétien attiré par les hommes. Au début c’était pas gagné ! On avait souvent des débats sur la Bible et j’étais tout de même un peu méfiante. Puis au fur et à mesure, je ne le voyais plus comme un gars, non chrétien, homosexuel que je devais à tout prix gagner à Christ. Il était devenu mon ami. Tout simplement.

Mes barrières tombaient les unes après les autres. La même année, j’ai commencé à faire de l’évangélisation. À l’issue de ces moments bénis, je me suis épanouie. Progressivement, des liens fraternels ont été tissés avec des gars. Pas de prise de tête, juste des jeunes prêts à servir Dieu dans la joie et la bonne humeur !

C’était rafraichissant ! J’ai alors compris deux choses : les filles ne sont pas moins compliquées que les gars (désolée les filles !) et l’amitié homme-femme peut-être une magnifique manière de glorifier Christ.

La suite dans deux jours (un article écrit par une fille pour les filles) !

Noémie G
Auteur : Noémie G

23 ans, disciple de Jésus, étudiante en droit, membre à Agape Campus Paris. Mais aussi : émerveillée par l'action de Dieu dans nos relations humaines !

Voir tous ses articles →