L’amitié gars-fille : ça existe ? – Introduction d’Anthony (1/6)

Suite à la demande d’une de nos abonnées, Anthony et Noémie ont relevé le défi d’écrire une série de 6 articles sur l’amitié gars-fille ! On commence avec Anthony.

Écrire un article sur l’amitié homme-femme est une joie, mais aussi un sacré challenge pour moi ! Je m’explique. Je me suis converti à la foi chrétienne vers l’âge de 21 ans. Je n’ai pas grandi dans une famille chrétienne. Je n’avais donc aucune idée (ou très peu) de ce que sont l’Évangile, l’Église, et les « valeurs/normes » chrétiennes…

L’amitié gars-fille peut être tortueuse…

Si parler de ce sujet est un véritable challenge pour moi, c’est parce qu’en devenant chrétien, j’ai dû revoir toute ma conception de la relation gars-fille. A l’époque, je traînais beaucoup avec les filles. Je m’entendais bien avec elles, à tel point que mes 3 meilleures amies étaient des filles.

De manière générale, tout se passait bien avec mes meilleures amies. Cependant, toutes mes relations amicales avec les filles ne se sont pas aussi bien passées. Quand elles se passaient mal, les conséquences découlaient principalement de mes mauvaises motivations. Parmi celles-ci, se trouvaient :

– Le désir de plaire : j’appréciais savoir que je plaisais aux filles et j’avais besoin de me mettre au défi. En conséquence : cela me coûtait de me retrouver dans des situations ambiguës qui m’ont parfois valu de briser le cœur de la personne, et notre amitié par la même occasion.

– Le désir de gloire : traîner avec les plus jolies filles me hissait au top des mecs cools et populaires de l’école. En conséquence : cela m’a rendu superficiel et dépendant puisque je définissais mon identité sur la base de mon groupe d’amies et de ce que les autres pensaient de moi.

– Le désir d’exclusivité : j’avais besoin de m’assurer que je pouvais entrer dans le cercle social intime de toutes les filles que je voulais. En conséquence : cela m’a rendu orgueilleux, je me satisfaisais de savoir que j’avais ce privilège que les autres gars n’avaient pas.

… mais possible en Christ

Je ne dis pas que l’amitié en-dehors du cadre chrétien est impossible ou forcément difficile. Je dis plutôt qu’en étant en Christ, la Bible nous pousse à faire preuve d’avantage de sagesse. Si nous sommes de nouvelles créatures en Christ, alors tout en nous doit changer : nos cœurs, nos pensées, nos comportements, notre manière de voir le monde et de gérer nos relations.

À la lumière de l’Évangile, tout notre être et toutes nos actions doivent tendre vers un but : glorifier Dieu (cf. Point 1 du Petit catéchisme de Westminster), et glorifier Dieu signifie mourir à soi et marcher par l’Esprit qui nous façonne à l’image de Christ dans chaque aspect de nos vies afin de nous amener à la sanctification (Hébreux 12.14).

Est-il donc possible de glorifier Dieu à travers l’amitié gars-fille ? Si oui, comment ?

Auteur : Anthony R.

Âgé de 24 ans et résidant en Île-de-France, Anthony est un jeune chrétien récemment diplômé de l'ESC Montpellier. Il est actuellement entrepreneur et amateur de théologie.