Vaincre le péché quand on a déjà tout essayé

Parfois, certains péchés nous « enlacent si facilement » que l’on commence à perdre espoir de s’en débarrasser. On a déjà lu des livres, des articles, on a prié, on a même jeûné, on a partagé avec nos frères et prié avec eux, on a cherché des conseils, on s’est discipliné. Rien ne marche.

Si tu es dans ce cas, j’aimerais t’encourager, non pas en te vendant une énième méthode-qui-marche, mais en te rappelant quelques principes simples et bibliques.

Arrête de chercher le secret

Bien souvent, on s’attend à tomber sur le conseil, la méthode qui permettra un déclic. Comme s’il y avait un secret de la victoire. Si c’est dans une telle méthode que tu as mis ton espoir, tu as oublié quelque chose d’important.

Paul nous explique en Colossiens 2 que nous avons tout en Christ. Nous sommes comblés, nous avons tout ce qu’il nous faut pour vivre la vie chrétienne. Nous n’avons pas à courir après telle expérience mystique, « spirituelle » ou miraculeuse comme étaient tentés de le faire les Colossiens. Nous avons tout ce qu’il nous faut en Jésus-Christ car 1) quand nous avons cru, nous l’avons reçu lui, tout entier et que 2) tout est pleinement en Lui. Relis le chapitre 2 de Colossiens, Paul insiste sur ce sujet.

Des moyens ordinaires

Les théologiens ont appelé 3 choses dans la vie du chrétien des « moyens de grâce ». Il s’agit de la Parole, du baptême et de la cène. Ces éléments de la vie d’Église sont des moyens dont Dieu se sert pour faire grandir en nous la foi.

La prière, l’Église, les groupes de croissance sont souvent des sources de bénédiction mais sont déjà des réponses de foi : c’est parce que je crois que Dieu m’entend prier et c’est parce que je crois que je suis membre de l’Église. Mais la Parole et ses signes visibles (le baptême et la cène) précèdent la foi dans le sens où ils annoncent des promesses sur lesquelles la foi s’appuie. C’est pour cela que l’expression « moyen de grâce » leur est réservée.

Le baptême nous dit « si tu crois, aussi sûrement que l’eau est passée sur ton corps, le sang de Christ et le flot de mon Esprit sont passés sur ton âme », la cène nous dit « aussi certainement que ce pain et ce vin ont nourri ton corps, le Christ est la nourriture de ton âme ». Ces moyens nous permettent de puiser dans les richesses qui sont en Christ.

Voilà les moyens que Dieu a choisis pour faire grandir le chrétien. Il n’y a pas de secret, ce sont des moyens ordinaires qui apportent une grâce extraordinaire lorsque l’Esprit les utilise pour faire naître et grandir en nous la foi.

La persévérance

« Oui, mais cela ne change rien à mon problème » me diras-tu. Peut-être, en effet, que tu as déjà écouté la Parole avec foi, tu as déjà reçu le baptême et tu crois en la promesse qu’il signifie. Peut-être aussi que tu prends la cène régulièrement. Mais ça ne « change rien ».

Dieu œuvre d’une façon particulière. Si je regardais la semaine passée, je n’aurais pas forcément l’impression d’avoir grandi dans la foi. Pourtant, si je regarde l’année passée, je vois tous les progrès et comment Dieu a été à l’œuvre. Retenons de cela que Dieu fait une œuvre au long terme avec nous, quand nous utilisons avec foi ses moyens de grâce.

Ne sois pas comme Naaman le lépreux qui était déçu qu’on lui donne un moyen si simple, si ordinaire pour vaincre son problème qui lui paraissait si grand (2 Rois 5). Dieu cherche à nous apprendre l’humilité et la foi en nous donnant des moyens si ordinaires là où nous aimerions des étincelles, du bruit et du spectaculaire.

Comment vaincre ton péché ? Persévère avec foi dans ces moyens ordinaires que Dieu t’a donné et réponds avec foi à ces promesses par la prière, le jeûne et toutes les autres disciplines spirituelles. Je peux te l’assurer car je le vis : ça marche ! Mais ce n’est pas une méthode-miracle instantanée, c’est beaucoup mieux : un travail en profondeur de Dieu par son Esprit.

Auteur : Maxime G.

Maxime, 20 ans, étudiant en médecine et passionné par la théologie.