[Spécial Manga] Psycho-Pass : que choisir, la liberté ou la sécurité ? le bien c’est quoi ?

Pour la Japan Expo à Paris (5-8 juillet 2018), la Réb’ publie une série d’article sur les Mangas – un article par jou jusqu’à lundi. On a déjà parlé de Naruto et Full Metal Alchemist. Aujourd’hui, on parle de Psycho-Pass !

Cet article présente le problème ou sujet principal de Psycho-Pass, les réponses qu’il apporte à ce problème et pourquoi elles sont imparfaites, et la solution que la Bible donne au problème.

Le problème

Les deux sujets importants de Psycho-Pass, c’est la morale (le bien et le mal) et le lien entre la liberté et la sécurité. Comment définir le bien et le mal ? Qu’est-ce qu’il faut choisir ? La liberté (le libre-arbitre, le pouvoir de faire ses propres choix volontairement) ? Ou la sécurité (vivre en paix sans craindre la violence des autres) ?

Les solutions proposées

La vision du monde du système Sybil (utilitarisme)

Pour Sybil, le bien, c’est le bonheur et ce qui est utile au plus grand nombre. S’il faut tuer une personne pour que 10 000 autres soient heureuses, il faut tuer cette personne. C’est le choix de Sybil. Entre liberté et sécurité, Sybil choisit la sécurité en sacrifiant la liberté.

Pour assurer le bonheur de chacun, Sybil espionne et contrôle tout. Il fait les choix de chacun : les études, le futur métier, les musiques qu’on a le droit d’écouter. Il tue et emprisonne ceux qui sont dangereux. Pour lui, plus l’on est stressé, plus l’on est dangereux.

Il y a plusieurs problèmes :
1. Sybil déshumanise les hommes en les empêchant d’effectuer leurs propres choix volontairement (voir le père de Rikako Oryo qui devient un « mort-vivant », un légume). Il détruit leur liberté. C’est une sorte d’État totalitaire.
2. Avec Sybil, le bien et le mal n’existent pas vraiment. Makishima a raison (épisode 11). Comme Sybil par ses scans réduit les hommes à des données biologiques et chimiques, ils n’ont aucune valeur morale. L’homme n’est plus qu’un tas d’atomes et de réactions biochimiques.
3. Sybil commet des erreurs. A cause de son critère stress = dangereux, il emprisonne et tue des innocents qui n’ont pourtant pas commis de crimes.

La vision du monde Makishima (existentialisme, l’éthique de l’égoïsme, subjectivisme moral)

En gros, pour Makishima, le bien et le mal n’existent pas vraiment. Et entre la liberté et la sécurité, il choisit la liberté (sans limites).

Réussir sa vie, c’est faire ce que l’on veut sans limites (ici c’est Sybil), que ça soit bien ou mal et qe ça plaise aux autres ou pas. Lui-même continue à tuer des gens même si ça ne plaît pas à tout le monde. Du coup, son but ultime, c’est de détruire Sybil pour que chacun puisse enfin faire ce qu’il veut.

Comme chacun choisit et définit son « bien » puis le met en pratique, les avis de chacun sont comme des goûts de glaces préférées où personne n’a raison (relativisme moral).

Il y a deux problèmes :
1. Il n’y a pas de bien et de mal (de règles absolues = toujours vraies, partout et à chaque époque), même pas de sens à la vie. Les hommes doivent tout inventer eux-mêmes. Mais ça n’aura aucune valeur. Notre vie de tous les jours montre qu’on croit vraiment à une morale absolue : on en a besoin.
2. En plus cette liberté sans barrières crée des violences, l’anarchie, le désordre et la mort (voir le film). Makishima veut détruire la sécurité.

Que dit la Bible ?

La Bible nous offre le seul modèle conciliant ces deux éléments. Seul Dieu nous donne à la fois liberté et sécurité.

Dieu donne la liberté

Souvent, on pense que si un Dieu qui contrôle tout existe, il n’y a plus de liberté pour l’homme. En fait, Dieu établit la possibilité et la signification mêmes de nos choix. Sans ce Dieu souverain, il n’y a plus que le chaos, le vide, le hasard, un univers mécanique impersonnel dans lequel nos choix (y compris nos paroles) n’ont aucune sens et aucune valeur.

Il réalise cela en particulier d’abord en nous créant à son image. Puis aussi en encadrant l’univers de manière personnelle, en demeurant à jamais le Dieu un en trois personnes.

En fait même, si nous ne sommes pas esclaves d’un système comme Sybil, nous sommes tous esclaves du péché. Seul Dieu peut nous en délivrer.

Dieu donne la sécurité

Dieu nous donne la sécurité de deux façons. D’abord, il assure notre sécurité dans sa grâce commune, dans le monde présent par le moyen des autorités (bien qu’imparfaites) qu’il a établies pour limiter le mal. Enfin, il donne la sécurité ultime à tous ceux qui croient en lui pour être délivrés de la mort, de Satan et de ses sbires, et du péché. Cette sécurité ultime sera complète seulement lorsque le peuple de Dieu vivra dans le paradis.

Dieu, seule source possible du bien

Dieu a autorité sur toute chose et décide de ce qui est bien ou mal. Quel critère ? Tout ce qui est en accord avec ce qu’il est. Par exemple Dieu est fidèle à ses promesses, vrai et ne change pas, d’où le fait que le mensonge soit mal.

Laurent Dv
Auteur : Laurent Dv

19 ans, rébellutionaire et étudiant en prépa intégrée à Clermont-Ferrand

Voir tous ses articles →