Quand ce que nous faisons, devient qui nous sommes

"Quelle est la plus grande question que les jeunes se posent aujourd'hui ?" Cette question résonna en moi, et, alors que j'étais assise en public, j'ai immédiatement répondu intérieurement: "Qui suis-je ?" Qui es-tu ? Est-ce que tu connais la réponse ?

Quelle est la plus grande question que les jeunes se posent aujourd'hui ?

Notre société est en train de vivre une crise identitaire. Nous essayons de trouver notre valeur dans tout ce qui existe ici-bas: la beauté, la famille, le statut social, le succès, les réseaux sociaux, les amis etc…

Et ce, surtout pour les adolescents. Nous cherchons à construire les fondations du restant de nos vies. Nous expérimentons et explorons. Nous sommes en quête de réponses, aspirons à trouver LA chose qui nous définit, qui nous rend unique et spécial.
Mais, la réponse du monde est insuffisante. 

Nous voulons savoir: Est-ce que je compte ? Où est ma valeur ? Qui suis-je ? 

En grandissant dans un foyer chrétien, on m’a appris que je devais trouver mon identité en Christ. Malgré cela, j’avais toujours une bonne vision de moi-même quand j'agissais bien, et une mauvaise quand j’agissais mal. La notion de trouver mon identité en Christ m’était familière, mais je ne comprenais pas comment l’appliquer à mon propre cœur et à mes émotions dans ma vie quotidienne

Même si je connaissais théoriquement les bonnes réponses, cet automne, j’ai bien compris que ce n’était pas au bon endroit que j’essayais de trouver mon identité.

Trouver mon identité dans la performance 

Durant le premier semestre, je me préparais pour une audition de violon, connue pour son niveau de compétition intense.
Je n’avais aucune idée de comment me démarquer. Je pouvais être la meilleure, mais j’avais peur d'être la pire.
Je me suis retrouvée à penser que l'échec serait humiliant. Que je pourrais décevoir. 

Je me mettais énormément la pression. Je me suis concentrée sur mes défauts jusqu’à ce que je ne voit plus qu’eux.
J’ai commencé à douter que ma préparation soit un jour suffisante.
Je suis devenue obnubilée par mes répétitions, pensant que c’était la seule manière d’être sûr de réussir. 

Mes proches ont commencé à me demander si je n’étais pas trop exigeante envers moi-même. J’haussais les épaules en disant: “Je ne pense pas.” Et j'étais vraiment honnête. Je ne pensais pas que c’était le cas. Je ne pouvais pas décrire ce qui se passait dans mon cœur.

Mais, si cela était vrai, pourquoi étais-je aussi stressée? Mentalement je n’allais pas bien du tout, et mes nombreuses heures de pratique et de leçons se terminaient en pleurs.
J’étais très sensible et épuisée. 

À ce stade, je passais des heures et des heures à pratiquer le violon. 

Je me répétais constamment que la récompense en vaudrait la peine. Je m’étais trop investie pour abandonner la compétition. 

Pendant mon déjeuner, à peu près une semaine avant l’audition, ma mère m’a demandé comment j’allais et … j’ai rapidement fondu en larmes. Et puis, ma mère m’a dit: “L’issue de cette compétition ne changera pas notre amour pour toi. Tu le sais ça ?”

J’ai hoché la tête, mais ce qu’elle a dit a eu un impact en moi. Doucement et douloureusement, je commençais à comprendre. Cette compétition était devenue tellement importante pour moi, que je commençais à y mettre toute ma valeur. 

J’avais un problème d’identité.

Combattre les mensonges par la vérité 

Au cours de cette compétition, j’ai découvert mes insécurités et ma fierté.
J’avais deux options: remettre le problème sous le tapis (ce qui ne marchait pas d’ailleurs), ou alors, combattre ces mensonges et émotions avec la vérité. Je n’ai pas, et je ne pouvais pas faire ça seule. J’ai donc eu une longue et larmoyante conversation avec ma mère. En fait, nous en avons eu plusieurs. J’ai aussi eu une conversation qui m’a bouleversée avec mon professeur de violon. Ils m’ont tous les deux aidé à voir ce qui se passait dans mon cœur.

À un moment donné, j’avais commencé à croire le mensonge que jouer du violon n’était pas juste quelque chose que je faisais, mais qui j’étais. Bien en jouer nourrissait mon ego, et mal en jouer, lui nuisait. J’ai cru au mensonge qui dit que ce que tu fais définit qui tu es. 

Mon ami, si tu crois à ce mensonge aujourd’hui, laisse-moi gentiment te le rappeler : Dieu t’aime complètement, qu’importe ce que tu peux, ou ce que tu ne peux pas accomplir. Si tu places ta confiance en Christ, et que tu le reconnais comme ton Sauveur, peu importe ce que le monde dit; tu es un enfant aimé, et tes exploits (ou tes échecs) n'impactent pas cet amour. 

Une compétence sera toujours imparfaite car nous sommes humains.
Quand nous basons notre identité sur autre chose que Christ, nous nous sentons toujours inférieurs, sans valeur, et vides. Nous en recherchons toujours plus. Nous sommes piégés par l’anxiété, accaparés par le doute, et à la merci de la tentation. 

A la demande de mon professeur de violon, j’ai établi une liste de rappels pour me rassurer le jour de la compétition. Parmi ces rappels, j’avais écris:

Je suis aimée, qu’importe ce qui se passera, Dieu est au contrôle.  Cette audition ne me définit pas, mon identité est en Christ. Je joue pour la gloire de Dieu, pas pour ma propre gloire.

Je ne sais pas ce qui fait ressortir tes insécurités, mais les questions d’identité doivent être combattues avec la vérité. Quelles que soient tes compétences et les craintes que tu y associes, laisse-moi te rappeler qu’en Christ, tu es aimé, chéri, choisi, et pardonné, qu’importe tes talents et tes capacités. (Éphésiens 1-2 )

Alors que le monde s’accroche aux résultats obtenus, aux richesses et à la réussite pour se donner une identité, nous, nous pouvons regarder au-delà du superficiel, et trouver notre valeur en Christ


Traduit de l'anglais par Jade, depuis un article original de Brittney Brianne, lien de l'article original

Tags:
fierté
comportement
valeur
identité
accomplissement
Tu devrais aussi aimer...
No items found.
Les derniers commentaires
Aucun commentaire pour le moment. Laissez-en un avec le formulaire ci-dessous !
Envoyer un commentaire
Merci ! Nous avons bien reçu votre commentaire. Celui-ci sera publié sous peu, le temps d'être vérifié par notre équipe.
Mince, ça ne s'est pas passé comme prévu.
Table des matières