Comment une brise a fait échouer le voyage de Paul (Actes 27) ?

Je me suis récemment arrêté sur un court épisode d’un des voyages de Paul dans le livre des Actes. Même si j’avais déjà lu ce passage, je crois que j’étais toujours passé vite dessus… Pourtant, je pense que ce petit bout de récit peut être riche en enseignement pour nous ! Voilà le passage de cette petite brise qui a fait échouer le voyage de Paul en Actes 27 :

Paul a donné cet avertissement: «Mes amis, je vois que la navigation ne se fera pas sans dommages et qu’il y aura beaucoup de pertes, non seulement pour la cargaison et pour le bateau, mais encore pour nous-mêmes.» Mais l’officier se fiait plus au capitaine et au patron du bateau qu’aux paroles de Paul. Comme le port n’était pas approprié pour hiverner, la plupart ont été d’avis de le quitter pour essayer d’atteindre Phénix, un port de Crète orienté vers le sud-ouest et le nord-ouest, afin d’y passer l’hiver.

Un léger vent du sud s’est mis à souffler et, se croyant maîtres de leur projet, ils ont levé l’ancre et ont longé de près l’île de Crète.

Mais bientôt un vent violent, qu’on appelle Euraquilon, s’est déchaîné. Le bateau a été entraîné sans pouvoir résister au vent et nous nous sommes laissé emporter à la dérive.

Actes 27.9b-15

Le danger de ne pas se fier aux avertissements

Dans ce passage l’officier fait une première erreur : ne pas se fier aux avertissements donnés par Paul. En effet, s’il avait pris ses paroles au sérieux il ne se serait peut-être pas entêté à continuer leur navigation… Mais ne lui jetons pas la pierre trop vite !

Je crois que nous avons aussi tendance à nous fier à des avis extérieurs (parfois de supposés « experts ») ou à ce que nous ressentons, plutôt qu’à la Parole de Dieu… Bien souvent, nous préférons faire ce qu’il nous « semble bon » plutôt que ce que Dieu désire.

Alors faisons l’effort de nous mettre à l’écoute de la Bible. Prenons du temps, régulièrement, pour la lire, la méditer et la mémoriser. Mais, plus important encore, mettons-la en pratique et laissons-la être la source d’autorité pour nos vies ! Car les conseils qui viennent d’autres êtres humains, aussi qualifiés et honnêtes soient ils, restent faïbles. Cela ne signifie pas que nous devons rejeter tout conseil avant même de l’avoir écouté ! Mais plutôt que nous devrions l’examiner soigneusement à la lumière de l’Ecriture.

Le danger de se croire maître de son projet

La deuxième raison qui conduit les membres de l’équipage à leur naufrage c’est qu’ils se croient maîtres de leur projet. Ils pensent pouvoir prévoir suffisamment bien comment vont évoluer les éléments. Ou alors, ils se disent qu’ils seront assez compétents pour s’adapter et continuer d’avancer quoi qu’il arrive. C’est leur métier après tout…

Encore une fois je crois que nous agissons bien souvent de la même manière ! Nous sommes tentés de nous lancer tête baissée dans nos projets à la moindre occasion favorable. Ou pire encore, nous interprétons les petites « brises qui soufflent dans notre sens » comme des signes divins qui nous donne le feu vert ! Bien sûr, Dieu peut ouvrir des portes et en fermer. Il peut parfois nous faire des « clins d’œil » voire nous faire voir des « signes ». Mais le moyen parfait par lequel Dieu nous guide c’est avant tout l’Ecriture ! Elle contient tout ce qu’il nous faut pour connaître quel est le « cœur » de Dieu : ce qu’il aime, ce qu’il attend de nous et ce qu’il condamne.

D’ailleurs, on peut y découvrir que Dieu désire qu’on le consulte, que l’on s’adresse à lui humblement pour lui demander sa sagesse. Et cela n’a rien à voir avec le fait de prendre le premier signe favorable qui se présente à nous comme une approbation divine pour justifier nos projets personnels. Alors soyons vigilants et remettons nos projets à Dieu dans la prière en étant prêts à les lui abandonner s’il le faut.

Le mot de la fin

D’après ce texte, si ce bateau a fait naufrage c’était bien pour les deux raisons que l’on a vues. L’officier a suivi des conseils humains plutôt que de prendre au sérieux les avertissements de Dieu donnés au travers de Paul. Et l’équipage s’est cru maître de son projet et s’y est lancé dès la première occasion favorable. Ces deux dangers nous guettent aussi et c’est pourquoi nous devrions tirer un enseignement de cette brise qui a fait échouer le voyage de Paul en Actes 27.

Si vous comprenez l’anglais je vous recommande vivement cette musique qui parle de notre tendance à interpréter des soi-disant « signes divins » comme cela nous arrange : Beautiful Eulogy – Symbols And Signs

Mais si vous préférez lire du français je vous recommande cet article qui vous dira tout ce qu’il faut savoir avant de vous lancer dans vos projets pour « suivre vos rêves » : https://www.larebellution.com/2022/06/27/doit-on-suivre-nos-reves/

 

Petite précision concernant le titre de l’article :

Bien sûr, Dieu, dans sa souveraineté, a conduit tous ces évènements pour amener Paul là où il le souhaitait et propager l’Evangile. En ce sens, on peut dire que le voyage de Paul n’a pas échoué au sens large du terme mais tout de même au sens maritime :)

Digiqole ad
Tim R

Tim R

21 ans. Toulousain expatrié à Strasbourg pour y défendre la chocolatine. Grimpeur amateur, blagueur à plein temps et rappeur à ses heures perdues...

Voir tous ses articles →

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *