Dieu est immatériel

Dans cette série d’articles sur Dieu, je présente une par une ses caractéristiques (ou attributs). La dernière fois, on a vu l’omniprésence de Dieu. Aujourd’hui, on va s’intéresser à son immatérialité (aussi appelée spiritualité).

Définition

Dieu n’est pas matériel. Il n’est pas quelque chose de mesurable, de quantifiable avec des nombres, composé de parties physiques comme les atomes.

Passages bibliques

Regardez mes mains et mes pieds : c’est bien moi. Touchez-moi et regardez : un esprit n’a ni chair ni os comme, vous le voyez bien, j’en ai. (Luc 24.39)

Dieu est Esprit et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité. (Jean 4.24)

À qui voulez-vous comparer Dieu ? À quelle représentation pourriez-vous le comparer ? C’est un artisan qui fond la statue, puis un orfèvre la couvre d’or et y soude des chaînettes d’argent. Celui qui est trop pauvre pour une telle offrande choisit un bois qui ne pourrisse pas ; il sollicite les services d’un artisan assez habile pour fabriquer une sculpture sacrée qui ne soit pas branlante. (Esaie 40.18-20)

Ainsi donc, puisque nous sommes de la race de Dieu, nous ne devons pas croire que la divinité ressemble à de l’or, à de l’argent ou à de la pierre, sculptés par l’art et l’imagination de l’être humain. (Actes 17.29)

Illustrations

Je pense que cet attribut est assez clair. Contrairement aux choses qu’on observe tous les jours (les Hommes, les animaux, les plantes, les montagnes, les planètes, les atomes, les molécules), Dieu n’est pas composé d’éléments physiques et matériels dans les trois dimensions. Ce qui fait qu’il est invisible : on ne peut pas le voir avec nos yeux, ni le mesurer ou le détecter avec des appareils.

Applications

  1. Attention ! Si l’on dit que Dieu est matériel, 1) il n’est plus indépendant mais devient dépendant de la matière, 2) il n’est plus immuable (sa matière peut subir des changements, des transformations) et devient donc imparfait. C’est pour cela qu’il condamne souvent l’idolâtrie (l’associer à des représentations, des choses matérielles et les adorer).
  2. Jésus nous donne lui-même une application : Dieu est Esprit et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité. (Jean 4.24). Ce qui compte dans notre adoration, c’est 1) notre sincérité et 2) d’être remplis par le Saint-Esprit : le seul qui peut nous donner envie de louer Dieu malgré nos péchés. Et non pas l’endroit où on l’adore puisqu’il n’est pas bloqué à un endroit (un temple) en particulier, comme il est Esprit (immatériel).
Digiqole ad
Laurent

Laurent

23 ans, Rébellutionaire et étudiant.

Voir tous ses articles →

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *