Si Dieu est bon et souverain, d’où vient le mal ?

Tu t’es déjà posé la question de l’origine du mal ? Comment les créatures d’un Dieu parfait ont-elles pu commettre le mal ? Si Dieu est souverain, tout-puissant, omnipotent, comment le mal a-t-il pu s’introduire dans le monde ? C’est un grand problème que les hommes tentent de résoudre depuis des millénaires. Qu’en dit la Bible ?

Par cet article, je ne prétends pas tout expliquer, mais donner quelques pistes de réflexions.

#1 Comment on pourrait être tentés d’expliquer l’origine du mal

Il existe différentes tentatives d’explications dans les philosophies et religions de ce monde. C’est ainsi qu’on a pu dire que puisque le mal existe, il faisait sûrement partie de la matière dès la création, ou que Dieu aurait une part de mal en lui (un peu comme les dieux antiques, que l’on rendait capables de faire le mal), ou encore que le mal serait une force égale au bien, qui coexisterait et contribuerait ensemble à l’équilibre du cosmos, ou enfin que le mal n’est pas vraiment mal en soi s’il contribue au progrès de l’humanité ou nous conduit à vouloir le bien en retour, etc…
Il est intéressant de voir que lorsque l’homme tente d’expliquer l’origine du mal, il l’intègre au monde et finit par l’excuser. Il est un problème extrêmement douloureux à résoudre. Et si dans notre incompréhension, nous voulons à tout prix trouver une explication, nous devons bien nous y résoudre : le mal est vraiment mal, c’est la chose qui ne devrait pas être, le scandale insupportable de ce monde.

Le Dieu de la Bible a le mal en horreur. Sans concession, il fait toujours une distinction très claire entre le bien et le mal et appelle le malheur contre tous ceux « qui appellent le bien mal et le mal bien » (Ésaïe 5.20).

#2 Ce que la Bible nous révèle sur l’origine du mal

Dans la Bible, le mal est toujours un scandale inexcusable et insupportable par excellence. Au commencement, le récit de la Genèse décrit Dieu créant le ciel, la terre et tout ce qui existe. Sa création est parfaite, comme lui est parfait. Le narrateur commente : « Dieu vit alors tout ce qu’il avait fait, et voici : c’était très bon. » (Genèse 1.31).
Et pourtant, dans Genèse 3, le mal s’introduit brusquement dans ce monde parfait. Le serpent, identifié à Satan, est une créature de Dieu qui s’est révolté contre Lui, pousse Eve à douter de la bonté et de la Parole de Dieu. L’homme et la femme se rebellent contre lui. Désirant prendre la place de Dieu, ils déterminent eux-mêmes ce qui est bien et de ce qui est mal : c’est la chute. Et la punition du mal, c’est-à-dire douter de la bonté et de la bienveillance de Dieu, est la mort.

#3 Le mal ne vient pas de Dieu

Dieu n’a pas créé le mal car il est parfait, il n’y a aucun mal en Lui (Jacques 1.17) et il ne change pas. C’est lui qui trace la limite entre le bien et le mal, il est le Maître qui la décrète d’autorité. Dieu est bon et bienveillant dans sa nature et il ne tolère en aucun cas le mal. Dieu est souverain, il connaît et contrôle toutes choses, il est l’Alpha et l’Omega : rien ne lui échappe.
L’origine du mal est un mystère opaque impénétrable (H. Blocher) car la Bible ne nous en explique pas l’origine : c’est un mystère qui appartient à Dieu, parce qu’expliquer le mal reviendrait à l’excuser. Or le mal est mal, toujours. C’est pourquoi nous ne posséderons jamais l’explication, et ceux qui s’y essaient courent immédiatement le risque de se perdre. Dieu est grand, d’une sagesse infinie : il ne nous doit aucune explication sur ce qu’Il fait (1 Corinthiens 1.25).

#4 Dieu a un plan pour l’humanité malgré le mal

Lorsqu’Adam et Eve sont chassés du jardin, Dieu révèle déjà une partie de son plan. S’il tait l’origine du mal, il annonce cependant que dans sa souveraineté, il en viendra à bout, totalement, pour toujours. Dans son amour, il n’abandonne pas l’humanité à son triste sort, mais a préparé un plan de sauvetage que Jésus son Fils a parfaitement accompli sur sa Croix.

Dieu déclare au serpent :
« Je mettrai inimitié entre toi et la femme,
Entre ta descendance et sa descendance:
Celle-ci t’écrasera la tête,
Et tu lui écraseras le talon. » Genèse 3.15

Satan, le mal, le péché et la mort ne gouverneront pas toujours ce monde brisé. Le Créateur de ce monde promet qu’un jour, la tête du serpent sera écrasée. Dieu est toujours à l’oeuvre, son plan est bon, Il est souverain sur toutes choses, et Il nous montre son amour. Par les prophètes Il avait annoncé la venue d’un Sauveur qui règnera éternellement (Ésaïe 8.21-9.6). Jésus est venu, Il est mort sur la croix, Il est ressuscité et Il règne aujourd’hui dans toute sa gloire. Il est vainqueur et bientôt toute la terre, c’est-à-dire tous les hommes, toutes les puissances visibles et invisibles reconnaîtront sa royauté.

#5 Son compte à rebours a commencé !

À la croix, alors que les hommes expriment leur révolte contre Jésus, Dieu décharge la totalité de sa colère sur Lui pour prendre notre condamnation. Grâce à ce sacrifice, la mort est morte, Satan a perdu, le péché perd son emprise sur nous et Dieu nous prépare un nouveau monde où le mal aura disparu.

« Je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus. Et je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, prête comme une épouse qui s’est parée pour son époux. J’entendis du trône une forte voix qui disait:
Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux, la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. » Apocalypse 21.1-8

Quelle joie, quelle espérance ! Elles se trouvent dans la nature infaillible de notre Dieu et dans la personne de Jésus-Christ.

Faisons-Lui confiance, il est déjà victorieux et il revient détruire le mal pour toujours ! Es-tu prêt à partager cette bonne nouvelle ?

 

Pour creuser le sujet :

Le Mal et la Croix, Henri Blocher

Digiqole ad

Sarah-Line K.

Sarah-Line, 20 ans, est étudiante en allemand. Elle est membre de l’église Saint Lazare à Paris.

Tu devrais aussi aimer...

2 Commentaires

    Avatar
  • il a faisait
    ou encore que le mal serait une force égale au bien, qui coexisteraient et contribueraient
    les hommes exprime

    Ce serait bien plus positif à recevoir s’il n’y avait pas ces fautes d’orthographe ou de grammaire. Ca me raye les yeux! Votre analyse en perd en véracité, en contenance, en sérieux de la transmission de la Parole de Dieu.

    Faites un effort avant de publier; ce n’est pas sérieux: l’Ecriture est sans fautes. Soyez bénis.

      Avatar
    • Désolée pour ces fautes, c’est rectifié!! :)

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *