Pain, Naruto et le cycle de la haine

Dans un article précédent, j’avais traité de Naruto, sa problématique et comment la Bible y répondait. Mais pour qu’il ne soit pas trop long, j’avais fait exprès de ne pas mentionner Pain. En plus, son dialogue avec Naruto est très long et je n’aurais pas réussi à parler de lui sans le citer avec ses propres mots. Pour finir, d’après moi, c’est la discussion la plus importante de Naruto. Elle marque un changement radical dans le manga et les pensées de Naruto. Du coup, voilà un article pour achever ce que j’avais commencé. J’exposerai d’abord les philosophies de Pain et Naruto tout en notant les points d’accord et de désaccord avec la position chrétienne. Puis je donnerai la solution de la Bible au problème que Nagato cherchait tant.

1 – Le point de vue de Pain : la corruption de l’homme

Je reproduis ici une partie du dialogue entre Pain et Naruto (ici en vidéo). Bien qu’il soit long, il me semble essentiel pour comprendre l’avis de Pain. En plus, comme cet arc date un peu, ça te permettra de t’en rappeler :

Nagato (Pain) : Il n’est pas encore éloigné, le temps où le Pays du Feu et Konoha, en plein essor, ont décidé de défier les grandes puissances de la région et de déclencher une guerre par pur impérialisme. Bien sûr, vous avez l’excuse de la pénurie alimentaire qui menaçait votre population… Seulement tout ce que moi je retiens, c’est que c’est sur le territoire de notre petit pays que vous avez mené votre guerre contre les autres grands. C’est nous qui avons été plongés dans une misère noire. Une fois que tous les grands pays en ont eu assez de guerroyer, tout s’est calmé, à un détail près : notre nation entière avait été dévastée. Nous aspirons à la même chose, toi et moi. Nous luttons pour la paix que prisait tant notre maître. Rien ne nous différencie réellement. Nous œuvrons pour la justice, tous les deux. La justice que j’ai apportée à Konoha, c’est celle que tu essaies de m’apporter. La peine est la même pour qui perd ce qui lui était précieux. Tous deux, nous sommes des êtres ayant connus la souffrance. Tu luttes pour ta justice et moi, pour la mienne. Malheureusement, ce travestissement de la réalité en appelle toujours à plus de vengeance. Et c’est ainsi que se crée la chaîne de la haine. Dans cette situation, certes, on connaît le passé, mais on appréhende l’avenir. C’est l’histoire avec un grand H. Avec un peu de recul, on prend conscience que les hommes sont des êtres qui n’arriveront jamais à la compréhension mutuelle. Car les soubassements du monde des shinobis sont faits de haine. Et toi, puisque tu veux la paix, que préconises-tu face à cette haine ? J’aimerais entendre ta réponse.
Naruto : Je n’en sais… trop rien.
Nagato (Pain) : Eh bien ! Moi j’ai fondé Akatsuki justement dans le but de briser la chaîne de la haine. Un objectif à ma portée, désormais. Mais pour cela, il me faut le pouvoir de Kyûbi. Une fois ce pouvoir conjugué avec celui des Bijûs, je créerai une arme des dizaines de fois plus puissante que celle qui m’a permis de raser ce village. Je pourrai anéantir un pays en un instant. Le monde connaîtra alors la véritable peine. Et la frayeur que son souvenir engendrera empêchera tout conflit. Je guiderai le monde vers la paix et la stabilité.
Naruto : Quand vas-tu comprendre que ce n’est pas ça, « la paix » ? C’est juste un tas de mensonges !!
Nagato (Pain) : On trouve moins de sagesse chez l’être humain que tu ne le crois. Il n’y a pas d’autre choix. Et, même ainsi, je n’y crois pas sur le long terme… Je suis sûr qu’après quelques décennies notre effet dissuasif s’estompera et que la haine réapparaîtra. Mais c’est tout ce que nous pouvons faire : avec les démons à queues, nous infligerons une grande souffrance à tous les habitants du globe. Nous connaîtrons alors la paix. Éphémère, certes, mais bien réelle. Accorder au monde un bref instant de répit dans le déferlement de la haine infinie, c’est tout ce que j’ose espérer. Tu prétendais que ma paix était mensongère. Mais elle est moins fantaisiste que l’espoir d’un monde où les gens vivraient en bonne entente. (chapitres 435-436)

Nagato (Pain) : Une paix de puissants qui se construit grâce à la souffrance des petits… En réalité, votre « paix » est une agression permanente à nos yeux. C’est ainsi. Même inconsciemment, les hommes ne peuvent pas s’empêcher de nuire à leurs prochains. La haine est inhérente à l’espèce humaine. Ce monde est maudit. Il ne connaîtra jamais ni paix véritable ni justice. Jiraya ne vivait que de fables. Maintenant, tu sais tout de moi. J’attends donc ta réponse. (chapitre 447)

Premièrement, Pain pose très clairement le problème : depuis le début de l’humanité jusqu’à aujourd’hui, le monde est marqué par un cycle de haine et de souffrance sans fin. Je pense que cela est clair pour Naruto et pour tout le monde.

Deuxièmement, il affirme que l’homme est mauvais par nature, le mal est gravé au plus profond de son être  : « les hommes ne peuvent pas s’empêcher de nuire à leurs prochains. La haine est inhérente à l’espèce humaine. Ce monde est maudit. Il ne connaîtra jamais ni paix véritable ni justice. »

Ce que la Bible déclare également : « Il n’y a personne qui fasse le bien, pas même un seul. Leur gorge est comme une tombe ouverte, leur langue leur sert à tromper, c’est du venin de serpent qui sort de leurs lèvres, leur bouche est pleine de malédictions amères. Ils courent à toutes jambes pour assassiner, ils laissent la destruction et le malheur partout où ils passent » (Romains 3.13-16)

Troisièmement, il montre par conséquent que les hommes ne pourront jamais se comprendre ni vivre en paix durablement : « Avec un peu de recul, on prend conscience que les hommes sont des êtres qui n’arriveront jamais à la compréhension mutuelle. Car les soubassements du monde des shinobis sont faits de haine. » Encore la même chose pour la Bible : « ils ne connaissent pas le chemin de la paix. » (Romains 3.17)

Enfin, comme toute autre solution est impossible, il présente la sienne : faire connaître la souffrance aux hommes avec une arme de destruction massive pour les dissuader de faire la guerre. Une solution semblable à la dissuasion nucléaire. Il n’est pas dupe, il sait bien que la souffrance et la mort sont mauvaises en soi et donc que son plan n’est pas propre en soi.

Mais il y est contraint et doit très probablement penser que la paix durable qu’il apportera va largement compenser le mal qu’il aura commis. La fin justifie les moyens. En  passant, il faut remarquer que contrairement aux états de notre monde qui se retiennent à tout prix d’utiliser la bombe nucléaire, Pain veut faire exprès de l’utiliser dans un but pédagogique !

C’est ce qu’il dit aussi à Jiraya : « Je compte utilise les Bijuu scellés afin d’élaborer un nouveau kinjutsu. Avec un tel jutsu, une nation toute entière pourra être réduite à néant en un instant. Une arme de destruction massive, l’ultime kinjutsu. […] Des dizaines de millions de personnes mourront instantanément et la peur envahira le cœur des gens. Les pays, leurs peuples, tout le monde connaîtra la souffrance. Cette peur engendrera une aversion des plus totales envers la guerre, et les conflits s’arrêteront d’eux-mêmes. » (épisode 130). 

Cette fois avec Naruto, la Bible ne peut pas tolérer que la mort de « dizaines de millions de personnes » (soit énormément d’innocents !) soit un moyen acceptable pour obtenir la paix. Cependant, comme la Bible, Pain reconnaît que sa solution, bien qu’inadmissible mais peut-être efficace, ne permettra jamais au monde d’atteindre la paix perpétuelle.

2 – La contribution de Minato

« Tant que le système shinobi sera en place le monde ne connaîtra pas la paix. Pain t’a demandé ta recette pour assurer la paix. La réponse n’est pas évidente. Mais au fond son jugement est correct : c’est pour sauver des êtres ou des choses qu’on déclenche des conflits. Tant que l’amour existera, la haine le suivra, c’est indissociable… Et cette haine, justement, c’est ce sur quoi compte le monde des shinobis. Tant que le système de shinobis perdurera il continuera de cultiver la haine et d’engendrer des Pain. Jiraya est mort des mains de Pain, certes. Mais en réalité, le vrai meurtrier, c’est le système pervers qui a créé Pain. Chaque shinobi fait face à cette haine dans ses combats et utilise la sienne pour détruire. Maître Jiraya t’a laissé le soin de mettre un terme à cette folie. » (Minato, chapitre 440)

J’aimerais aussi traiter de Minato puisqu’il contribue au débat bien qu’indirectement. D’après lui (en reprenant Nagato), beaucoup de conflits ont lieu pour protéger des pays, des frontières, des familles, des êtres chers. Cela montre que l’homme garde un bon côté malgré sa corruption : il aime ses proches et veut les protéger.

La Bible rejoint ce propos, bien que ce bien ne soit bien en-dessous de la perfection qu’exige Dieu. Mais ce désir de protection se transforme rapidement en vengeance : le pardon n’étant pas du tout naturel pour l’homme. La haine corrompt l’amour de l’homme.

Cependant, contrairement à Minato, la Bible affirme clairement que cette haine en l’homme n’est pas normale. À une époque, l’homme était bon, parfait et pouvait vivre en harmonie avec son prochain (et avec Dieu aussi !). C’est seulement après un événement tragique (« la Chute ») que la haine et la guerre sont apparues. Ensuite, l’homme n’est pas une victime passive d’un « système pervers » mais il y participe volontairement et reste donc coupable en tant qu’individu.

Pour compléter encore, il y a un amour qui ne peut être corrompu : l’amour de Dieu envers ses créatures rebelles qui ne veulent pas de lui, j’ai nommé les hommes. Même s’ils méritent l’enfer pour leur rébellion contre lui, Dieu aime les hommes de telle manière qu’il continue à pourvoir à leurs besoins, à l’équilibre de l’univers, etc. (Genèse 8.22) En plus, il va même jusqu’à offrir gratuitement son pardon à ceux qui veulent bien le recevoir (la suite au point 4).

3 – La réponse ultime de Naruto

« Si tu dis vrai… Je briserais cette malédiction. Si c’est à la portée d’un shinobi, alors je tenterai tout pour apporter la paix aux hommes. J’y travaillerais sans relâche. […] Moi, je ne sais pas écrire comme le faisait Jiraya mais je sais que, si le héros se met à changer, ce n’est plus la même histoire. Ça devient une œuvre différente de celle qu’a laissée le maître. Et le héros ne pourra plus s’appeler Naruto. Alors, je n’ai pas le choix. la suite de cette histoire, je ne peux l’écrire qu’avec mes actes et mes choix, qu’avec ma vie. Et quelles que soient mes peines, j’irai de l’avant. C’est ça, Naruto. » (Naruto, chapitres 447-448)

Naruto répond avec sa volonté et sa détermination inébranlables de changer les choses. Cependant Naruto ne propose pas ici de moyens concrets, rationnels pour résoudre le problème de la haine. De plus il faut savoir que Naruto est associé à Jiraya lui-même associé au Rikudô Sennin (a.k.a. Hagoromo). Ce dernier prônait la capacité de l’homme à devenir vraiment bon. « Tous les hommes sans exception, même les plus corrompus, au fond de leur cœur ne cherchent nul autre que la considération. »

Quand Naruto veut sauver quelqu’un du mal, il fait appel « au bon » qui reste encore en lui. Par exemple avec Gaara, Obito… De son côté, la Bible invalide cette thèse. L’homme reste essentiellement mauvais même s’il y a des traces superficielles de bonté en lui, mais très loin de la bonté qu’exige Dieu comme je l’ai déjà écrit au point 2.

Malgré tout cela, le constat de Pain semble toujours valide : sur le long terme, la paix est impossible et l’homme reste toujours mauvais au fond. Rien n’assure qu’un homme « bon » ne commette du mal plus tard. Malheureusement, on a beaucoup d’exemples en histoire. J’ai plutôt l’impression que Naruto a convaincu Pain en faisant appel à ses émotions : son rêve d’autrefois qui n’était autre que celui de Naruto et un livre de Jiraya qu’il avait lu.

4 – La réponse biblique face au cycle de la haine

Le vrai problème

Au fond, le vrai problème de l’homme, ce n’est pas qu’il est en guerre avec les autres hommes. Mais c’est qu’il est en guerre avec Dieu. C’est depuis le début de cette guerre « contre Dieu » (« la Chute ») que l’homme est mauvais par nature. D’où la haine des hommes, les guerres, etc. Comme le dit Pain, il faut donc un miracle, un dieu (comme il prétend l’être) pour changer ce cœur mauvais de l’homme.

La vraie solution

Or c’est exactement ce que le Dieu de la Bible propose. En s’adressant à Israël, il promet quelque chose maintenant accessible à tous les peuples : « Je vous donnerai un cœur nouveau et je mettrai en vous un esprit nouveau. Je retirerai de votre corps le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. C’est mon Esprit que je mettrai en vous. Ainsi, je vous ferai suivre mes prescriptions, garder et respecter mes règles. » (Ézéchiel 36.26-27)

Ainsi l’homme peut se réconcilier volontairement avec Dieu puis par conséquent avec les autres hommes. Mais cette œuvre de réconciliation avec Dieu n’est possible qu’à travers l’œuvre de Jésus-Christ sa mort et sa résurrection. En effet, l’homme mérite d’aller en enfer (lieu loin de Dieu qui est la source de bonheur et de vie). Ce que toutes ses bonnes actions ne pourraient empêcher : Dieu est juste et doit donc punir le mal.

L’Ancien Testament regorge de prophéties (Genèse 3.15, Ésaïe 53 par exemple) annonçant la venue de « l’enfant de la prophétie qui changerait le monde » (bien qu’ici seulement en bien) avec les mots de la prophétie de Gamamaru (chapitre 376). Cet enfant promis n’est autre que Jésus : Dieu fait homme. Comme l’a dit Nagato en pensant à la prophétie et au livre de Jiraya, « c’est à croire que quelqu’un avait déjà tout prévu depuis le début. A moins que tout ça ne soit l’œuvre du vrai Dieu. » (chapitre 440).

N’oublions pas cependant que Dieu a bien établi des gouvernements pour créer de l’ordre. Mais ils sont imparfaits comme les villages de Naruto. Aussi, même si Dieu tolère des guerres pour certaines raisons, en soi, elles restent toutes mauvaises car elles détruisent ce que Dieu a créé et a déclaré bon. C’est seulement lorsque Jésus, aussi appelé le nouvel Adam (1 Corinthiens 15), reviendra que la nouvelle humanité (ceux qui ont cru en Jésus : l’Église) pourront vivre dans un monde sans mort, sans guerre, sans violence, sans mal. 

Un nouvel espoir

Pour conclure la Bible contient aussi une prophétie pleine d’espérance pour ceux qui croient en cet enfant promis : « Prophétie d’Esaïe, fils d’Amots, sur Juda et Jérusalem : Il arrivera, dans l’avenir, que la montagne de la maison de l’Eternel sera fondée au sommet des montagnes. Elle s’élèvera au-dessus des collines et toutes les nations y afflueront. Des peuples s’y rendront en foule et diront: « Venez, montons à la montagne de l’Eternel, à la maison du Dieu de Jacob ! Il nous enseignera ses voies et nous marcherons dans ses sentiers. » En effet, c’est de Sion que sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l’Eternel. Il sera le juge des nations, l’arbitre d’un grand nombre de peuples. Ceux-ci mettront en pièces leurs épées pour en faire des socs de charrue, et leurs lances pour en faire des serpes. Aucune nation ne prendra plus les armes contre une autre et l’on n’apprendra plus à faire la guerre. Famille de Jacob, venez et marchons à la lumière de l’Eternel! » (Ésaïe 2.1-5)

Digiqole ad
Laurent

Laurent

22ans, Rébellutionaire et étudiant.

Voir tous ses articles →

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *