Une vie transformée #33 : Nadir

Je m’appelle Nadir, j’ai 27 ans. Je suis né à Strasbourg de 2 parents algériens musulmans, bien que pas très pratiquants. J’ai passé la plupart de mon enfance et une partie de mon adolescence dans des foyers à cause d’un climat familial défavorable pour éduquer des enfants ; ce qui a eu des conséquences sur ma vie que je m’apprête à vous partager dans les lignes suivantes.

Mon père et ma mère m’ont transmis dès mon enfance leur foi en Dieu et au prophète Mohammed. Ils m’ont enseigné la profession de foi que je récitais en arabe avant de me coucher et ils me disaient que si je faisais le mal Dieu me punirait.

Mon père ayant été incarcéré lorsque j’avais 5 ans et ma mère travaillant de nuit, je me suis retrouvé placé en foyer avec ma sœur jusqu’à l’âge de 10 ans. J’ai très vite été familiarisé avec la violence, que ce soit dans le quartier défavorisé où j’ai grandi ou dans ce foyer de la part des autres enfants et de certains éducateurs. Je rentrais à la maison tous les week-ends et une partie des vacances, ce qui n’ajoutait que frustration après frustration au moment de retourner dans ce foyer.

Quand j’ai eu 10 ans mon père est sorti de prison, m’a mère s’est séparée de lui et nous sommes allés vivre dans le sud-ouest de la France. N’ayant pas eu de repère ni une éducation convenable, j’ai très vite démontré mon incapacité à me plier aux règles partout où je suis allé : sport, école etc… A l’âge de 13 ans on m’a renvoyé de mon collège et je suis retourné à la case départ ; c’est à dire en foyer.

J’ai donc été initié à tous les vices de gamins désœuvrés et dégoûtés de la vie. On fumait des joints et on buvait de l’alcool sans modération. Pour financer nos activités on volait et quand une histoire finissait mal on se battait. Voilà mon quotidien jusqu’à l’âge de 17 ans.

A cette période, alors que j’effectuais un stage dans un magasin de jouet, le gérant avait oublié une Bible sous le comptoir. Celle-ci était initialement destinée à une stagiaire qui m’avait précédé mais qui ne s’était pas présentée à son dernier jour de stage où cette fameuse Bible lui aurait été offerte.

J’ai donc demandé si je pouvais la lire lorsqu’il n’y avait pas de clients dans la boutique.

Voyant mon intérêt, le gérant a fini par me l’offrir. Je la lisais régulièrement, principalement les évangiles et l’Apocalypse. Quand je voyais les paroles de Jésus et son sermon sur la montagne je me sentais vide, et je trouvais que toute ma vie et mes ambitions n’avaient aucun sens.

Qui est Dieu ? Que veut-il de moi ? Qu’y a t-il après la mort ? Toutes ces questions restaient en suspens et je voyais à quel point ma vie était loin du message de Jésus Christ.

J’en ai parlé à des amis qui m’ont conseillé de lire le Coran, ce que je me suis empressé de faire. Je croyais à cette époque que Jésus n’était qu’un prophète, et pas le Fils de Dieu.

Je trouvais que ses paroles avaient du sens puisqu’il était prophète mais je ne pouvais pas croire qu’il puisse être mon Seigneur et mon Dieu.

Mes amis m’ont encouragé à regarder des vidéos sur internet faites par des musulmans qui rejettent les dogmes chrétiens, dont la divinité de Jésus et sa crucifixion. Je ne connaissais pas très bien la Bible et il faut dire que ces “théologiens” me paraissaient pertinents dans leurs analyses et leurs débats avec d’autres chrétiens. J’ai passé des nuits entières à faire des recherches afin de démontrer que les chrétiens se trompaient et que l’Islam était la seule vraie religion.

Plein de cette assurance, je suis retourné voir ce gérant du magasin de jouet qui m’avait offert la Bible, ainsi que sa famille, afin de les convaincre de leur erreur. Nos échanges ont duré plusieurs mois jusqu’au jour où l’un d’entre eux m’a dit : « Nous ne sommes pas capables de te convaincre. Demande sincèrement à Jésus que s’il est Dieu, qu’il se révèle à toi, et je suis sûr qu’il le fera. »  Face à cette réponse je ne trouvais pas de mot. J’étais juste incapable de leur dire la même chose : « Demandez à Allah et il va vous répondre », puisque dans l’islam Dieu ne répond pas à ce genre de prière, car le Coran est déjà la preuve qu’Allah a envoyée. Il appartient donc à chaque croyant de marcher selon son enseignement et il verra seulement après sa mort si Dieu l’a approuvé.

Seulement, je n’étais pas satisfait d’une religion qui apportait un raisonnement intellectuel mais sans la présence de Dieu. C’était la première fois que j’entendais parler d’un Dieu aussi proche de ceux qui l’invoquent. Assurément, si ce Dieu me répondait alors ce Dieu serait le vrai Dieu.

J’étais en même temps dans l’angoisse de rester toute ma vie sans connaître la vérité. Je voyais bien qu’il n’était pas possible de concilier les deux religions, l’islam et le christianisme, car les deux enseignent un salut par des moyens totalement différents.

Alors je suis allé dans ma chambre le soir même et j’ai dit à Jésus : « Si tu es Dieu, alors révèle-toi à moi et je croirai. » C’était la première fois que je m’adressais à celui qui allait, quelques temps plus tard, être l’auteur de mon salut.

J’ai été invité à aller à l’église peu de temps après cette prière. Alors que je me tenais au dernier rang en compagnie de ceux qui m’avaient partagé leur foi dans cette boutique de jouet, les louanges du Seigneur se mirent à raisonner dans l’enceinte de l’église. Je voyais tous ces gens réunis et debout pour chanter à Dieu de tout leur cœur. Plus ils chantaient, moins je me sentais à ma place. J’avais honte et envie de partir. C’était comme si tout le monde pouvait voir le mal que j’avais fait dans ma vie. Puis j’ai commencé à sentir une présence qui m’envahissait à mesure qu’ils continuaient à chanter, jusqu’au point où je n’ai plus pu résister devant tant d’amour, de paix, et de joie, versés dans mon cœur par cette présence. J’ai caché mon visage derrière mes mains et j’ai pleuré comme un enfant abandonné qui aurait enfin retrouvé l’amour d’un foyer après 17 années d’errance. J’ai su que Jésus me répondait à ce moment précis et j’ai cru en lui sans le moindre doute, par sa grâce. Toutes mes interrogations concernant l’islam ont disparu au même moment, puisqu’il était indiscutable que le Dieu qui se révélait à moi devenait mon Seigneur et mon Dieu, à savoir Jésus Christ.

Les changements dans ma vie après cette expérience furent nombreux. Il m’a affranchi des péchés que je pratiquais régulièrement, et desquels j’étais esclave. Il m’a donné une nouvelle famille que sont tous les croyants en Jésus dans le monde qui ont expérimenté cette nouvelle naissance. Ceux-ci ont mis des mots sur l’expérience que j’avais vécu en utilisant la Bible. Dieu m’a ouvert l’intelligence afin que je comprenne les Saintes Écritures pour répondre à ceux, musulmans ou pas, qui auraient les mêmes questions que j’ai pu avoir avant ma conversion. J’ai pu comprendre le salut par grâce au moyen de la foi afin de trouver l’assurance et la confiance pour mon salut en Dieu seul, puisque je sais maintenant que ce n’est pas par mes œuvres que je suis sauvé mais par le sacrifice parfait de Jésus-Christ à la croix afin que tous ceux, noirs ou blancs, arabes ou juifs, riches ou pauvres qui sont destinés à croire en lui trouvent ainsi le pardon de leurs péchés et l’adoption dans la famille de Dieu.

A Dieu soit la gloire pour un si grand salut obtenu par la grâce de Dieu seul au moyen de la foi seule qu’il nous a donnés en Jésus-Christ seul condamné à la croix pour les péchés de son peuple. Amen.

Auteur : Vie transformée

Chaque mois, un jeune chrétien nous raconte courtement comment il a rencontré le Seigneur Jésus, et la manière dont cela a transformé sa vie.