Vaincre l’orgueil en regardant aux promesses de Dieu

Comme le montre John Piper dans son livre Combattre l’incrédulité, tous les péchés ont pour racine une forme d’incrédulité. Quand nous avons à vaincre l’orgueil, nous devons donc chercher ce qui ne va pas dans notre foi.

« Comment pouvez-vous croire, vous qui recevez de la gloire les uns des autres et qui ne cherchez pas la gloire qui vient de Dieu seul ? » (Jean 5.44)

Arrêtons-nous sur la logique de ce verset. Jésus est en train de dire que chercher la gloire qui vient des hommes est un obstacle à la foi. Il nous dit que foi et orgueil s’opposent.

« C’est moi, c’est moi qui vous console. Qui es-tu, pour avoir peur de l’homme mortel, Et du fils de l’homme, pareil à l’herbe? Et tu oublierais l’Éternel, qui t’a fait, Qui a étendu les cieux et fondé la terre! Et tu tremblerais incessamment tout le jour Devant la colère de l’oppresseur, Parce qu’il cherche à détruire! Où donc est la colère de l’oppresseur? » (Ésaie 51.12)

Quelle étrange question ! Qui penses-tu être… pour avoir peur de l’homme mortel ? La peur d’Israël devant ses ennemis était une forme d’orgueil. Pourquoi ? Car c’était un refus de croire que Dieu prenait soin d’eux. Au lieu de se confier dans la puissance et les promesses de Dieu, ils regardaient avec orgueil à leur force et tremblaient donc devant leurs ennemis. C’est leur incrédulité qui était la cause de leur orgueil.

Et c’est en fait la même chose que nous observons pour les Juifs de Jean 5. Ils ne croyaient pas les promesses de Dieu quand il nous dit qu’il nous donnera sa gloire. Ils cherchaient donc cette gloire ailleurs, dans leur bonne réputation.

Alors, au lieu de gonfler notre égo pour obtenir une joie bien passagère, destructrice et insatisfaisante, regardons aux promesses de Dieu. Il a tellement mieux à nous offrir. Et quand l’orgueil monte en nous pour nous pousser à nous vanter, rappelons-nous que cela ne peut pas nous satisfaire et cherchons plutôt la gloire qui vient de Dieu, la véritable gloire qui se fonde sur la foi.

Auteur : Maxime G.

Maxime, 20 ans, étudiant en médecine et passionné par la théologie.