Quatre avertissements pour ta jeunesse

Jusqu’où allez-vous dans votre lecture de l’Ancien Testament avant de commencer à ressentir de la frustration ? Comme pour l’exercice physique, nous savons que la résistance est une bonne chose, mais il est assez souvent difficile d’apprécier cette résistance (que celui qui aime sentir ses muscles tirer pendant le l’effort se manifeste ! ). En effet, pour de nombreuses personnes, lire le livre des Nombres un matin de mars demandera beaucoup plus d’efforts que lire la Genèse en janvier.

Même si on se souvient de 2 Timothée 3.16 qui nous dit que « Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile », notre expérience de lecture peut être comparée à une personne âgée utilisant un smartphone : le papi ou la mamie sait que le smartphone peut accomplir nombre de tâches, mais si personne ne lui montre comment prendre une photo, activer le Bluetooth, ou écouter un podcast, il ou elle n’y arrivera (quasiment) jamais tout(e) seul(e).

Ces choses se sont passées pour toi

Dans 1 Corinthiens 10, l’apôtre Paul s’assoit avec nous « personnes âgées », pour nous expliquer comment lire Moïse dans notre lutte quotidienne contre le péché. Il commence par rappeler à ses lecteurs l’Exode et l’errance d’Israël dans le désert (1 Corinthiens 10.1-5). Il explique que leur espoir était ultimement en Christ, même si Jésus est né deux mille ans après (1 Corinthiens 10.4). Puis il écrit, de manière à ce que notre génération actuelle s’identifie à ses paroles, « Ce sont là des exemples pour nous, afin que nous n’ayons pas de mauvais désirs, comme ils en ont eu. » (1 Corinthiens 10.6).

Les propos tenus par Paul sont absolument pertinents pour notre génération montante de chrétiens. Les mêmes tentations qui assaillaient les croyants de l’époque de Moïse sévissent encore aujourd’hui : le divertissement, l’immoralité sexuelle, l’impatience et la satisfaction. Paul finit ce paragraphe en disant, « Or tout cela leur est arrivé à titre d’exemple et a été écrit pour nous avertir, nous sur qui la fin des temps est arrivée. » (1 Corinthiens 10.11).

Ces quatre avertissements sont tirés de l’expérience des israélites, et ils sont encore valables pour toi et moi.

1. Es-tu distrait(e) par le divertissement ?

« Ne devenez pas idolâtres comme certains d’entre eux. En effet, il est écrit : Le peuple s’assit pour manger et pour boire ; puis ils se levèrent pour s’amuser. » (1 Corinthiens 10.7, qui cite Exode 32.6).

Paul cite (ou fait référence à) Moïse dans chacun de ses avertissements alors qu’il donne des conseils pastoraux aux églises de son époque. Par exemple, il cite Exode 32, quand Moïse rencontrait Dieu sur la montagne : la rencontre a duré un certain temps, et le peuple a commencé à s’ennuyer et s’est désintéressé de ce qui se passait (Exode 32.1).

Le peuple a demandé à Aaron de leur faire un autre dieu, celui-ci leur a fait un veau d’or, et ils se sont assis « pour manger et pour boire; puis ils se levèrent pour s’amuser. » (Exode 32.1-6).

Comme ils n’avaient pas envie d’attendre Moïse (et Dieu), ils ont décidé de se divertir par leurs propres moyens à la place. Nous parlerons du manque de patience plus tard, mais le fait est que le divertissement est un dieu facile d’accès et vide de sens. Est-ce que tu en as marre d’attendre de voir ce que Dieu va faire dans ta vie – qu’il se révèle dans sa Parole, qu’il t’aide à prendre une décision importante, qu’il apporte la guérison ou la réconciliation que tu lui demandes – et qu’à la place, tu as décidé de te distraire avec quelque chose de plus « fun » ?

2. Expérimentes-tu le péché sexuel ?

« Ne nous livrons pas non plus à l’immoralité sexuelle comme certains d’entre eux l’ont fait, de sorte que 24 000 sont tombés en un seul jour. » (1 Corinthiens 10.8, faisant référence à Nombres 25.1-9).

On a tendance à croire que le monde occidental actuel est le plus dégénéré et débauché sexuellement que l’Histoire ait connu, mais ce n’est pas vrai. L’immoralité sexuelle a attiré et asservi bien avant que la pornographie ne soit disponible sur internet, et longtemps avant que la loi sur le mariage pour tous ne soit promulguée .

Dans Nombres 25, les hommes d’Israël ont commencé à avoir des relations sexuelles interdites avec des femmes étrangères (Nombres 25.1) ; un homme a même emmené sa maîtresse madianite dans sa tente, aux yeux de tous (Nombres 25.6). Il savait que Dieu avait interdit cette relation, et pourtant, il se permettait d’assouvir ses désirs immoraux et ne s’en cachait pas. En guise de châtiment, cet homme ainsi que cette femme madianite ont été tués d’un coup de lance dans le ventre (Nombres 25.8). Cela vous semble trop sévère ? C’est pourtant ce que nous méritons en tant que pécheurs, pratiquant le péché et plus particulièrement le péché sexuel.

Dieu a envoyé une plaie contre le peuple à cause de son immoralité sexuelle, et 24 000 personnes sont mortes (Nombres 25.9). Pour se faire une idée, il y a en moyenne 25 000 étudiants inscrits dans une université. Toutes ces personnes meurent à cause de l’immoralité sexuelle.

Dis-toi bien que toutes ces morts – une lance dans le ventre, une plaie qui tue des milliers – sont arrivées pour que toi et moi on comprenne à quel point l’immoralité sexuelle est une offense contre Dieu et pour qu’on puisse fuir à tout prix ce péché.

3. Est-ce que tu refuses d’attendre ?

« Ne tentons point le Seigneur, comme le tentèrent quelques-uns d’entre eux, qui périrent par les serpents. » (1 Corinthiens 10.9)

Dans Nombres 21, le peuple est en chemin vers le pays promis. Moïse raconte l’histoire : « Ils partirent du mont Hor par le chemin de la mer des Roseaux pour contourner le pays d’Edom. Le peuple s’impatienta en route et parla contre Dieu et contre Moïse… »  (Nombres 21:4-5).
Comment te sentirais-tu sur cette longue route qui va de l’Égypte au pays de Canaan ? Est-ce que ça t’arrive d’être dans le même état d’esprit pendant des jours (des mois, des années) ? Dieu vient de sauver Israël d’un esclavage cruel et violent, et il a promis de les mener jusqu’au pays qui leur appartient, où ils trouveront la paix et la prospérité. Mais eux, ils en ont marre d’attendre.

Comment Dieu a-t-il répondu à leur manque de patience ? Il a envoyé des serpents venimeux dans leur camp, et un grand nombre d’Israélites est mort. Le peuple s’est ensuite repenti d’avoir parlé contre l’Eternel (Nombres 21.6-7). Que faisons-nous à notre époque ? Nous qui avons été sauvés par Dieu du jugement et de la destruction éternelle, sommes-nous prêts à attendre une semaine, un mois, une année, une décennie de plus pour qu’il réponde à nos prières, ou nous plaignons-nous sans arrêt du temps que met la bénédiction à arriver ?

Dieu a écouté les plaintes du peuple d’Israël et leur a donné une porte de sortie : « L’Eternel répondit à Moïse : Fais-toi un serpent en métal et fixe-le en haut d’une perche. Celui qui aura été mordu et qui fixera son regard sur ce serpent aura la vie sauve. » (Nombres 21.8-9). Jésus nous dit que cet évènement est là pour nous encourager à l’attendre : « …Et tout comme Moïse a élevé sur un poteau le serpent de bronze dans le désert, il faut aussi que le Fils de l’homme soit élevé afin que quiconque croit en lui [ne périsse pas mais qu’il] ait la vie éternelle. » (Jean 3:14-15).

Dieu est patient pour nous sauver et nous combler, si nous sommes prêts à lui faire confiance et à attendre.

4. Es-tu toujours insatisfait ?

« Ne murmurez pas comme certains d’entre eux l’ont fait, de sorte qu’ils sont morts sous les coups du destructeur. » (1 Corinthiens 10.10)

Israël s’est plaint à propos de tout. Le peuple s’est plaint de ne rien avoir à boire (Exode 15.24). Il s’est plaint de la nourriture (Nombres 11.4-6). Il s’est plaint parce qu’il était dans le désert (Exode 16.2). Il s’est plaint d’avoir quitté le désert (Nombres 14.2). Il s’est plaint de ses ennemis (Nombres 14.3). Il s’est même plaint de ne plus être esclave (Exode 16.3).

Comment Dieu a-t-il répondu à leurs murmures ?

« … Mais je suis vivant !… Ces hommes ont vu ma gloire et les signes que j’ai accomplis en Égypte et dans le désert, ils m’ont provoqué déjà 10 fois et ne m’ont pas écouté : aucun d’eux ne verra le pays que j’ai juré à leurs ancêtres de leur donner. Aucun de ceux qui m’ont méprisé ne le verra. » (Nombres 14:21-23)

Quand on murmure contre Dieu, c’est qu’on le méprise. C’est quelque chose qui devrait nous faire réfléchir aujourd’hui. Dieu a anéanti la génération du désert pour expliquer à chaque génération après eux la gravité du manque de foi, pour nous montrer les conséquences des plaintes contre Lui et contre sa façon d’agir dans nos vies.

Les rachetés doivent endurer les difficultés et les contretemps de façon différente. Paul écrit :

« Faites tout sans murmures ni contestations afin d’être irréprochables et purs, des enfants de Dieu sans défaut au milieu d’une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde. » (Philippiens 2.14-15)

Dans un monde rempli de personnes qui sont toujours insatisfaites, ceux qui sont « comme attristés, et pourtant toujours joyeux » (2 Corinthiens 6:10) vont briller et faire ressortir aux yeux des autres la gloire de celui qui, du ciel, pourvoit en tout et les garde.

Fuis l’idolâtrie

Est-il possible de résumer ces quatre avertissements en un ? « C’est pourquoi, mes bien-aimés, fuyez l’idolâtrie. » (1 Corinthiens 10:14). Paul le dit au début du paragraphe (1 Corinthiens 10.7) et à la fin (1 Corinthiens 10.14). Nous avons appris de l’histoire d’Israël dans les livres d’Exode et des Nombres que l’idolâtrie est divertissante, qu’elle attire et séduit, qu’elle rend impatient et insatisfait, et qu’elle conduit à la mort. Fuis-la et cours vers Dieu.

Avec ces avertissements sévères, Paul nous donne une invitation et une promesse.

« Ainsi donc, que celui qui croit être debout fasse attention à ne pas tomber ! Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine. Dieu est fidèle, et il ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter. » – 1 Corinthiens 10.12-13

Dieu est fidèle. Il est prêt à marcher avec toi et à te garder, peu importe les circonstances et les difficultés. Il n’est pas simplement dans les parages à regarder de loin comment tu vas te débrouiller, non. Il promet une porte de sortie devant chaque tentation, et une porte d’entrée vers la joie de se savoir né de nouveau. Il crée un chemin de sauvetage et veut nous récompenser dans sa présence.


Article traduit avec autorisation, merci à Sephora pour la traduction

Auteur : Marshall Segal