Rébellutionnaire en action : interview de Marina

12 Nov 2016 0 commentaire F.

F. continue sa série d’interview commencée il y a quelques semaines, et aujourd’hui elle nous fait rencontrer Marina, 25 ans. Originaire d’Alsace, elle a décidé de déménager il y a 3 ans pour s’investir dans une équipe démarrant une Église à Langeais, un village de Touraine.

Bonjour Marina !

Bonjour F. !

Alors est-ce que tu pourrais nous dire comment tout ça s’est passé ? Comment as-tu entendu parler du projet ? Qu’est ce qui t’as poussée à prendre cette décision ?

Tout a commencé en visitant une amie, Floriane, et son mari. Ils étaient déjà impliqués dans une implantation d’Église en vue de se former pour commencer leur propre projet d’implantation.

Ce qui m’a poussée à prendre la décision c’est à la fois de voir le fonctionnement d’une Église en implantation et de savoir qu’il y a des besoins. Au même moment, moi, je finissais mes études. Venant d’Alsace où il y a déjà beaucoup d’Églises et étant kiné, je pouvais vraiment bouger n’importe où en France. C’était l’occasion pour moi de rejoindre une implantation d’Église tout en commençant à travailler.

Est-ce que tu peux nous expliquer concrètement ce qu’est une « équipe d’implantation d’Église » et quel est ton rôle parmi cette équipe ?

En fait une équipe d’implantation comprend les implanteurs, souvent un couple pastoral, qui forment le projet et le préparent en amont. Ils s’occupent aussi de chercher des personnes qui veulent bien les rejoindre, les équipiers, pour former une équipe. Ces équipiers vont aider au lancement de l’Église, à former un noyau pour l’organisation, la gestion, pour débuter une vie de communauté dans la ville d’implantation.

A Langeais, j’ai été équipière. J’ai aussi eu l’opportunité de suivre une formation durant mon temps ici, au CFRI (centre de formation régional à l’implantation).

En quoi ta vie d’église à Langeais est-elle différente de ce que tu as pu vivre auparavant ?

En Alsace j’habitais loin de mon Église, je prenais 20 minutes en voiture pour y aller et je n’y allais que le samedi soir pour le groupe de jeunes et le dimanche pour le culte. Ici j’habite juste à côté de l’église et tout ce que je vis dans la ville a un lien avec l’Église car il n’y a pas de séparation Église / « vie quotidienne ». J’ai aussi pu servir beaucoup plus, parce qu’il y avait énormément de besoins et aussi parce que j’habitais plus près.

Ça fait maintenant 3 ans que tu fais partie de l’équipe. Ton engagement se termine ?

Oui, c’était le contrat d’équiper qui a été passé : venir aider pour trois ans.

Est-ce que tu peux nous partager le bilan que tu fais de ces 3 ans ?

Par rapport à la combinaison travail/Église au départ, c’était frustrant. J’ai eu du mal à trouver un équilibre entre les deux en fait, surtout quand je travaillais en libéral. C’était beaucoup d’heures de travail. Mais j’ai tout de même pu commencer le CFRI pendant cette période et ensuite, en changeant de travail, en tant que salariée avec des horaires plus aménagés, j’ai vraiment pu plus m’investir dans l’Église et je me sentais mieux.

Ce qui m’a marqué aussi pendant ces trois ans et pendant mon temps au CFRI c’est la formation de disciple. Le fait d’avoir vu H. en recherche de Dieu et de partager des temps avec elle, c’est vraiment une découverte et quelque chose dont j’avais déjà entendu parler et que j’avais à cœur de vivre. Et en le vivant, c’est encore plus marquant et plus beau que tout ce que je pouvais imaginer !

Tu ne fais plus partie de l’équipe depuis quelques semaines… d’autres projets en vue ?

Je viens de déménager en région parisienne pour me rapprocher de mon copain. Ici, j’ai rejoint une grande Église. Comparée à celle de Langeais, ça va changer ! Elle n’a pas les mêmes besoins mais je souhaite vraiment emmener ce que j’ai appris là-bas ici et m’investir dans cette Église comme je le pourrai, particulièrement dans le domaine du suivi « un à un ».

Pour conclure, est-ce que tu aurais un conseil à partager aux jeunes qui lisent ton témoignage et qui s’intéressent à l’implantation d’Église ?

Lancez-vous ! Osez franchir le pas, surtout si votre travail vous permet d’être près d’une implantation d’Église. C’est vraiment une expérience enrichissante et un mode de vie pertinent qui apporte beaucoup. Ce n’est pas facile tous les jours mais c’est vraiment merveilleux de vivre comme ça en communauté, de vivre le service et l’entraide au quotidien et de faire découvrir à une ville ce qu’est une église évangélique et surtout la foi chrétienne, tout en cassant un peu les clichés.

Avant de nous quitter, est ce que tu peux nous dire comment on peut prier pour toi ?

Merci de proposer de prier pour moi ! Vous pouvez prier pour que je puisse passer plus de temps dans l’intimité avec mon Dieu afin de mieux le connaître, de mieux vivre ma vie de tous les jours et de mieux refléter qui il est.

C’est noté !

Rendez-vous vendredi prochain pour la prochaine interview !

Auteur : F.

F., jeune femme de 22 ans passionnée par Christ.