Rébellutionnaire en action : interview de T. & N.

4 Nov 2016 2 commentaires F.

C’est la suite des interview de F., qui part à la rencontre de rébellutionnaires pour qu’ils nous partagent leurs projets. Deux pour le prix d’un, voici N. et T.1 !

Bonjour N. et T., est-ce que vous pourriez vous présenter en quelques mots ?

Salut ! Nous c’est N. et T., 23 et 25 ans, mariés depuis 2014. On bosse en tant qu’ingénieur chez Peugeot et psychomotricienne auprès de malades d’Alzheimer. La mission, c’est un virus qu’on a attrapé ensemble il y a 5 ans et depuis ça ne nous lâche plus ! Du coup, en attendant de partir à long terme on aime voir Dieu à l’œuvre un peu partout dans le monde en organisant des courtes missions.

Vous êtes à quelques jours du départ pour une grande aventure, vous pouvez nous en dire plus ?

Bien-sûr ! Notre projet est de devenir missionnaires auprès des peuples non atteints pour partager la bonne nouvelle et l’amour de Jésus qui a changé nos vies il y a maintenant quelques années. Du coup, pour préparer le départ à long terme et avant de commencer une école de mission pendant 2 ans, nous avons vraiment eu à cœur de partir un an découvrir différentes missions, différentes populations et différents contextes.

On a tous les deux posé nos démissions et on est au milieu des cartons, prêts à enfiler nos sac-à-dos pour partir 1 an, à partir de novembre 2016, pour voir un peu l’œuvre de Dieu en Asie. Nous irons en Indonésie pendant 5 mois dans une tribu à 14h de voiture et 8h de randonnée de la ville la plus proche. Là-bas, sur l’île de Sulawesi, deux familles de missionnaires sont actuellement en train d’apprendre la langue locale pour traduire la Bible. La tribu elle-même a fait venir des missionnaires car elle souhaitait avoir la Parole de Dieu dans sa langue ! Ce sera l’occasion pour nous de voir les réalités du terrain en tant qu’ouvriers de Christ mais aussi en tant que famille, de voir le travail pionnier et surtout de voir la perfection avec laquelle Dieu agit et se révèle avec chacune de ses créatures…!

Nous irons aussi avant ça, 4 mois en Jordanie à la frontière syrienne. Sur place, nous rejoindrons la seule Église évangélique de la ville qui compte une quarantaine de membres mais qui s’occupe de l’accueil de milliers de réfugiés. Ils témoignent ainsi en actes et en paroles de l’amour de Jésus.

Ce projet est juste… fou ! Est-ce que vous pouvez nous partager une ou deux galères ou encouragements que vous avez rencontrés pendant la préparation de ce projet ?

Ce voyage missionnaire représente pour nous un réel pas de foi. Oui, 6 semaines avant notre départ, nous ne connaissions toujours pas notre première destination ! Plus que jamais nous avons compris ce qu’a dû ressentir Abraham au travers de ce verset de Hébreux 11.8 : « Par la foi, il est parti sans savoir où il allait. ». Nous avions déjà démissionné de nos jobs et avions la conviction que notre départ serait en novembre même si on ne savait pas où on irait. Jésus nous a appris ce que ça voulait dire d’avancer par la foi et de s’appuyer sur ses promesses !

Si nous ne savons pas encore parfaitement le projet que Dieu a formé pour nous, nous connaissons parfaitement ses promesses et sa manière pédagogique de former ses disciples. Si parfois la crainte et le doute nous submergent, nos regards se fixent sur Christ qui sait parfaitement ce qu’il fait de nos vies.

Avez-vous un conseil à donner aux jeunes qui sont intéressés par la mission à l’étranger mais qui ne savent pas vraiment par où commencer ?

Ne reste pas seul dans cette réflexion mais parles-en à des responsables de ton Église, entoure-toi de mentors et de personnes avisées qui pourront te dire ce qu’ils en pensent. Mais surtout, passe du temps dans l’intimité avec Dieu et prie pour chercher sa volonté.

Plus concrètement, les courtes missions sont un excellent moyen pour Dieu de te dire s’il te veut dans cette voie à long terme (la majorité des missionnaires ont reçu leur appel de cette manière). Tu peux commencer en t’inscrivant dans un ou deux projets par an vers différentes destinations. Et en parallèle tu peux déjà commencer à vivre la mission en France : dans ton voisinage, ton travail ou ton lieu d’étude il y a forcément une multitude de personnes étrangères qui viennent des peuples les moins atteints au monde ! A leur contact tu verras rapidement si Dieu te donne un fardeau tout particulier pour eux.

Mais dans tous les cas LANCE-TOI et Dieu te dira oui, non ou plus tard !

Merci beaucoup. Pour finir, est-ce que vous avez des sujets de prières particuliers pour qu’on puisse prier pour vous ?

Oui ! Si cette période est particulièrement enthousiasmante et excitante, elle est aussi triste sous certains aspects. Nous devons faire le « deuil » de toute la vie que nous avons menée jusqu’ici. Dire au-revoir aux amis, quitter nos familles , quitter nos repères… Nous nous savons entre les mains de Dieu et avons la conviction que si Jésus est mort pour nous, la moindre des choses que nous puissions faire c’est vivre pour lui et lui donner entièrement nos vies. Mais nous avons besoin de prières pour passer cette nouvelle étape de notre vie.

Vous pouvez aussi prier pour les œuvres locales que nous rejoindrons ! Que Dieu les bénisse abondamment, et que nous puissions être des vrais serviteurs et soutiens pour eux.

  1. Pour des raisons de sécurité, nous affichons uniquement les initiales de leurs prénoms
Auteur : F.

F., jeune femme de 22 ans passionnée par Christ.