Pourquoi étudier l’histoire de l’Eglise ?

Si comme moi tu as étudié au collège puis au lycée, tu as eu des heures de cours d’histoire. Tu t’es peut-être demandé à quoi ça sert d’étudier l’histoire en général, quel est l’intérêt de passer des heures à s’informer d’événements qui se sont passés il y a très longtemps et qui ne nous concernent pas ?

Bien que je pense qu’il est important d’étudier l’histoire en général pour un minimum de culture générale et pour mieux parler avec nos amis et comprendre notre monde, je t’invite encore plus à approfondir l’histoire de l’Église (du 1er siècle à nos jours) ! Pourquoi ? :

1. Pour t’encourager

En lisant les biographies des réformateurs, des Pères de l’Église, des grands missionnaires, tu te rendras compte qu’ils étaient comme toi et moi, des personnes faibles, imparfaites, pécheresses et sans talents remarquables que Dieu a utilisé malgré tout pour changer le monde. Tu verras que Dieu est capable de t’utiliser ; il a fait d’un pauvre chaudronnier (John Bunyan) et d’un cordonnier (William Carey) des missionnaires qui ont exercé une grande influence et qui ont amené beaucoup de personnes à Christ ! Connaître ces « héros » de la foi t’encouragera à vivre une vie sainte, pieuse et à la gloire de Dieu, comme beaucoup de nos pères dans la foi l’ont fait, qu’ils soient connus ou non !

2. Pour ne pas refaire les mêmes erreurs

Comme moi tu le sais bien, les hommes, et mêmes les hommes de Dieu sont faillibles. Depuis le 1er siècle jusqu’à maintenant (et c’est toujours le cas), l’Église a constamment été attaquée de l’intérieur par les hérésies et les idées du monde (exemples : le légalisme, les déviances de la trinité comme l’arianisme, le subordinationisme, le modalisme, plus récemment le libéralisme). Malheureusement, beaucoup de personnes ont suivi ces mouvements et ces fausses doctrines et ont ainsi renoncé à la sainte doctrine. Mais heureusement, des chrétiens ont toujours protesté (même avant la naissance officielle du protestantisme) et contesté ces erreurs et ont défendu ardemment la foi chrétienne. Par exemple, je ne peux m’empêcher de penser à Athanase d’Alexandrie qui a défendu avec beaucoup d’énergie la doctrine de la trinité, pilier d’une bonne théologie conforme à la Bible. Apprendre l’histoire de l’Église, c’est aussi apprendre les erreurs des hommes afin de ne pas les reproduire. C’est aussi une source de motivation pour sortir du sommeil spirituel qui a espacé les différents réveils spirituels.

3. Pour rendre gloire à Dieu

Quand on examine scrupuleusement les faits et les événements de l’histoire, on ne peut pas passer à côté de l’action puissante de Dieu pour affermir son Église et la protéger à la fois des hérésies et de la destruction totale par les persécutions. L’histoire de l’Église nous révèle un Dieu majestueux, souverain et tout-puissant pour défendre l’Église comme la prunelle de son œil. Même après des périodes de persécution intense des chrétiens comme celles sous le règne des empereurs Néron, Domitien et Dioclétien pendant l’Antiquité ou lors de la persécution des Protestants par les Catholiques en France sous Louis XIV ; l’Église subsiste encore par la grâce de Dieu. Étudier l’histoire de l’Église permet de se rendre compte de l’amour de Dieu pour elle, qu’il la fera subsister à jamais même si elle passe par les persécutions et les épreuves les plus difficiles. C’est lui rendre gloire pour ce qu’il fait pour son Église par pure miséricorde.

Si tu ne sais pas par quoi commencer, je te conseille ce livre et ma recension qui va avec !

 

Laurent

Laurent

22ans, Rébellutionaire et étudiant.

Voir tous ses articles →

Tu devrais aussi aimer...

6 Commentaires

    Avatar
  • Bonjour, et merci, Laurent, pour cet article opportun, nous invitant à nous intéresser à l’histoire !
    A ce sujet, l’historien Marc Bloch-que tu connais certainement-a notamment relevé que nombre de nos habitudes-individuelles et sociales-prennent racine dans une mémoire très ancienne. On pense trop souvent qu’on peut s’en libérer. Or, c’est le contraire : plus on ignore le passé, plus on en est esclave ! Et comprendre l’histoire demande aussi un dialogue entre toutes les disciplines.
    Pour le reste, je te renvois à ce classique de son auteur, écrit vers 1941-1942, et précédant de peu son arrestation par la Gestapo en 1944 : « Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien »(Ed. Armand Colin). L’ouvrage traite de sujets cruciaux (dont un plus que jamais d’actualité : la désinformation) et donne des repères qui permettent de s’orienter dans le traitement des données historiques. Voir : http://www.marcbloch.fr/oeuvre.html et un paerçu du livre : http://www.marcbloch.fr/apologie2.html

    Fraternellement, et encore merci pour votre travail via « la Rebellution », un blogue qui défie nos attentes !
    Pep’s

  • Benjamin E
  • Super article Laurent, très intéressant. Merci !

  • Avatar
  • Bonsoir :)
    Excusez moi mais je n’ai pas compris un passage  » Mais heureusement, des chrétiens ont toujours protesté (même avec la naissance officielle du protestantisme) et contesté ces erreurs et ont défendu ardemment la foi chrétienne. » Ce ne serait pas plutôt  » même avant la naissance officielle du protestantisme  » ? Sinon il faut m’expliquer je pense ^^’ parce que je suis larguée.
    Merci d’avance.

      Laurent Dv
    • Ah oui merci je vais corriger de ce pas.

  • Avatar
  • Votre exhortation est encourageante venant de la part d’un jeune de votre âge . Vous avez raison d’insister sur l’étude de l’histoire .
    Continuez !
    Daniel D.

  • Avatar
  • Bonjour,
    C’est un bon article pour moi qui aime l’histoire biblique.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *