Es-tu consommateur ou disciple ?

24 Déc 2014 4 commentaires Kevin D.

Article de Kevin, 18 ans, toulousain, étudiant en histoire-géographie, créateur de BTF, et surtout, disciple de Jésus-Christ.

Tant que tout croyant n’est pas un disciple, il faudra écrire sur le thème du discipulat. Ce sujet est d’autant plus pertinent en ce mois de décembre puisque c’est le mois où le nombre de consommateurs explose dans les magasins, et ces autres lieux qui nous permettent de passer « d’agréables fêtes ». Cependant, cette réflexion ne veut pas se restreindre à la période de Noël, mais plutôt s’ouvrir à une vie radicalement différente de ce que voudrait bien nous proposer la société moderne actuelle.

 

L’Église, lieu de consommation

De nos jours, j’ai la forte impression, de part mes observations ou discussions, que l’on considère nécessairement « chrétien », une personne allant régulièrement à l’église. La vie chrétienne se résume alors à aller chaque dimanche à l’église pour écouter le prédicateur ou à aller à l’église lorsqu’un événement ne nous demande pas trop d’énergie.

C’est alors que l’habitude s’installe : la vie chrétienne n’est alors pas si différente que celle d’une vie non-chrétienne, sauf que le dimanche, j’écoute mon pasteur, je fais la bise à des personnes que je connais déjà en hochant de la tête « ça va bien et toi? », puis je souhaite à ces frères et sœurs une bonne semaine. J’ai tristement envie d’appeler ça…un rite !

Notre conception de l’Église devient alors l’idée selon laquelle le pasteur doit être pleinement en Jésus-Christ dans sa vie, et que les autres chrétiens, n’étant pas responsables d’une Église locale, ont le droit de se situer entre 0% et 100% pour Jésus. L’Église locale devient une sorte de « boutique », où l’on vient consommer un sermon, pour se donner une bonne conscience pour le reste de la semaine, pour passer du bon temps, ou par pure obligation. D’ailleurs à quoi nous sert cette « consommation » si l’on ne l’applique pas dans notre vie ? (Jacques 1.22)

 

L’Église, lieu de service 

Je ne dis pas que l’on ne devrait plus écouter de sermon, ou même faire la bise à nos frères et sœurs. La chose à laquelle je n’adhère pas, c’est l’idée selon laquelle notre vie dans l’Église se limite à cela. Lorsque vous lisez Actes des Apôtres, l’Église que vous apercevez dans la Parole est-elle celle que vous vivez ? Mon but n’est pas que vous commenciez à critiquer votre Église. Si telle est votre motivation, vous pouvez arrêter ici la lecture. Mais ce que je souhaite, c’est que vous commenciez à l’aimer tellement, que votre vie dans celle-ci changera de manière radicale. Rendez-vous à la fin de cet article pour rendre pratique cette vérité théorique.

 

Le reste de la semaine ?

La Parole nous demande de nous examiner. Peut-on distinguer votre vie de celle d’un ami à vous (non-chrétien) ? Est-elle hypocrite ? Vivez-vous selon l’Esprit ? Mettez-vous votre confiance en Jésus-Christ dans les situations quotidiennes ? Etes-vous un témoignage pour celles et ceux qui vous entoure ? Prenez-vous le temps de connaître mieux votre Sauveur ? Passez-vous du temps avec vos frères et sœurs ? Ces questions peuvent être révélatrice de notre état, à nous d’y réfléchir.

Sachez, frères et sœurs, qu’être à 100% pour Jésus-Christ n’est pas réservé à une élite.

Selon Christ lui-même, c’est le simple chrétien (disciple) qui est définit comme entièrement dévoué à Christ : « Celui qui ne prend pas sa croix, et ne me suit pas, n’est pas digne de moi. Celui qui conservera sa vie la perdra, et celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera. ». Mais n’oubliez pas que cette vie de bonnes œuvres (Éphésiens 2) ne nous sauve pas, et ne nous rend pas meilleur. C’est le sacrifice de Christ seul qui nous sauve, et c’est de cet « amour fou », que découle notre vie pour Christ. Comment ne pas aimer radicalement ce Dieu qui se donne littéralement pour quelqu’un si misérable que moi ? Comment ne pas aimer radicalement ce Dieu qui m’offre son amour dans cette vie et pour l’éternité ?

 

Concrètement, comment ne plus être un consommateur et par conséquent, comment être un disciple ?

Tout d’abord, je crois qu’un des aspects que l’on oublie est l’oeuvre du Saint-Esprit dans la vie du disciple. Nous ne pourrons devenir de réels disciples si nous oublions celui-ci. Lorsque 3 000 disciples s’ajoutent au nombre des autres en Actes 2.41, c’est l’oeuvre du Saint-Esprit. N’imaginez pas vivre une vie de disciple sans le Saint-Esprit. C’est sans doute le « manque » de Saint-Esprit qui freine nos églises. Dans mes propos, faites seulement une distinction, je ne parle pas de seulement « parler » aux autres de la personne du Saint-Esprit, mais bien de vivre selon l’Esprit, ce qui est à mon avis une profonde différence. En effet, je peux vous parler dans cet article de celui-ci sans pour autant vivre selon celui-ci. Prions donc Dieu quotidiennement, afin que notre vie de disciple soit en Lui.

 

Quelques idées pour vivre une vie de disciple (vie quotidienne & vie d’Église) :

  • Pratiquer ton culte personnel quotidien (prière, lecture de la Parole)
  • Faire un groupe de croissance
  • Ne pas négliger ses dons et les mettre au service de Dieu et des autres
  • Témoigner de sa foi
  • Parler chaque dimanche à une personne de l’Église que l’on connaît peu ou pas
  • Vivre une vie de pureté
  • Aimer, encourager nos frères et sœurs
  • Glorifier Dieu en toute chose, faire sa volonté
  • Être un modèle en parole, en conduite, en amour, en foi, en pureté, exhorter, espérer en Dieu ( 1 Timothée 4.10-12)
  • Faire des disciples 

La liste n’est pas exhaustive, mais c’est un petit aperçu de la vie chrétienne… Quelques idées bibliques à pratiquer !

Quelles sont les vôtres ? :)

Auteur : Kevin D.

Kevin, 17 ans, est toulousain, lycéen en terminale littéraire, créateur de BTF, et surtout disciple de Jésus-Christ.