Soyez toujours joyeux (1/3) – Ce que la joie n’est pas

« Soyez toujours joyeux. » – 1 Thessaloniciens 5.16

L’apôtre Paul nous incite à être toujours joyeux. Et il fait même plus que simplement nous y inciter, c’est un ordre du Seigneur qu’il nous transmet. Nous devons être toujours joyeux, même dans le RER bondé un jour de grève !

Je te propose donc d’étudier en trois parties ce qu’est la joie selon Dieu. Nous verrons dans un premier article ce que la joie n’est pas, puis dans un second nous étudierons la source de la joie, et nous terminerons en voyant l’impact qu’a une vie rythmée par la joie.
Commençons tout de suite en voyant ce que la joie n’est pas.

La joie ne vient pas de nous-mêmes

Pour être joyeux, il ne s’agit pas de se forcer à sourire hypocritement devant les gens. Le Seigneur ne demande pas que nous essayions tant bien que mal d’être dans une attitude de joie. La joie est une caractéristique du fruit de l’Esprit (Galates 5.22), c’est une attitude quotidienne à avoir.

Nous ne pouvons donc pas l’obtenir de nous-mêmes, c’est Dieu qui la déverse dans nos cœurs : « Tu mets dans mon cœur plus de joie qu’ils n’en ont quand abondent leur froment et leur moût » (Psaumes 4.8).

Ce n’est pas non plus une histoire d’un jour, d’une heure ou d’un instant. « Je suis joyeux seulement quand tout va bien » ; ou : « Je suis joyeux seulement devant les gens ». Non, c’est bien plus que ça. « Soyez toujours joyeux », peu importent le moment, le lieu, la personne qu’on a en face de nous.

La joie d’un chrétien ne peut pas se trouver dans le monde

Tout ce que le monde peut te proposer est bien éphémère. Même si tu peux en obtenir une quelconque satisfaction, la joie qui en découle ne dure pas et est bien vite remplacée par de la frustration ou d’autres sentiments négatifs.
Il est écrit en Ecclésiaste 2.10-11 : « Tout ce que mes yeux avaient désiré, je ne les en ai point privés ; je n’ai refusé à mon cœur aucune joie […] et voici, tout est vanité et poursuite du vent. »
L’auteur de ce passage a goûté à la joie du monde. Il n’a rien refusé à ses yeux, il a eu tout ce qu’il voulait ! Et sa conclusion est que « tout est vanité et poursuite du vent ».

Ne passe pas ta vie à poursuivre le vent. Ne passe pas à côté du but. La joie que t’offre le monde est si éphémère !

La joie d’un chrétien ne peut pas provenir des choses qui se trouvent dans le monde. En Philippiens 4.4, Paul nous exhorte de la manière suivante : « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ; je le répète, réjouissez-vous ». Nous sommes appelés à nous réjouir dans le Seigneur ! Pas dans les jeux vidéo, le cinéma ou une quelconque passion, mais dans le Seigneur seul !
Néhémie 8.10 nous dit : « ne vous affligez pas, car la joie de l’Éternel sera votre force ».
En effet, la joie qui provient de Dieu est une force ! Contrairement à celle du monde, elle est durable, ce n’est pas un simple sentiment, ni une faible émotion.

Nous verrons plus en détails dans le prochain article d’où vient la joie selon Dieu.

Benjamin E
Auteur : Benjamin E

24 ans, français vivant à Bruxelles, étudiant à l'Institut Biblique Belge. Coordinateur de la Réb', blogueur sur christestmavie.fr, amateur de bons livres, et co-auteur du livre Une vie de défis. Mais par-dessus tout : passionné par l'Évangile, sauvé par grâce, disciple de Jésus.

Voir tous ses articles →