Connaître la volonté de Dieu – 7 – Et les manifestations extraordinaires ?

extraordinaires

Nous avons vu dans l’article de la semaine dernière que Dieu guidait autrefois son peuple par des prophètes, mais qu’aujourd’hui il le fait avec le Fils, Jésus-Christ. Comment ? À l’aide du Saint-Esprit et de la Parole de Dieu.

Maintenant, quelle place devons-nous accorder aux manifestations extraordinaires ? En effet, nous pouvons voir dans les Actes des apôtres le Seigneur se manifester par des miracles. En voici des exemples :

  • Les visions d’Ananias (Actes 9.10-16), de Pierre (Actes 10.9-22), d’un homme en Macédoine (Actes 16.6-10) et de Paul à Corinthe (Actes 18.9-10) ;
  • L’apparition d’un ange à Philippe (Actes 8.26), à Pierre (Actes 12.7-10) et à Paul (Actes 27.23) ;
  • La voix de Dieu audible (Actes 9.3-6, 10.13, 15, 19-20, 23.11) ;
  • Des mystérieuses incitations à aller à tel ou tel endroit (Actes 8.29, 20.22-23) ;
  • Une prophétie donnée par Agabus à Paul sur ce qui l’attend à Jérusalem (Actes 21.10-11).

Il semble donc que dans le livre des Actes, Dieu se révèle aux hommes et leur donne ses instructions autrement que par l’Esprit à travers l’Écriture.

1. Les exemples dans Actes ne sont pas normatifs

La question cruciale que nous devons nous poser est la suivante : est-ce une norme ? Devons-nous voir cela comme des exemples normatifs que nous devrions encore appliquer aujourd’hui ?

Tout d’abord, considérons que ces révélations particulières n’étaient pas non plus normales pour les apôtres. Prenons l’exemple de Paul. Il arrive que Dieu lui dise personnellement où aller. Mais la plupart du temps, il prenait ses décisions comme nous tous, que ce soit concernant sa destination ou la manière de s’y rendre. Un exemple de programme élaboré par Paul se trouve dans 1 Corinthiens 16.3-9 :

Et quand je serai venu, j’enverrai avec des lettres, pour porter vos libéralités à Jérusalem, les personnes que vous aurez approuvées. Si la chose mérite que j’y aille moi-même, elles feront le voyage avec moi. J’irai chez vous quand j’aurai traversé la Macédoine, car je traverserai la Macédoine. Peut-être séjournerai-je auprès de vous, ou même y passerai-je l’hiver, afin que vous m’accompagniez là où je me rendrai. Je ne veux pas cette fois vous voir en passant, mais j’espère demeurer quelque temps auprès de vous, si le Seigneur le permet. Je resterai néanmoins à Éphèse jusqu’à la Pentecôte ; car une porte grande et d’un accès efficace m’est ouverte, et les adversaires sont nombreux.

2. Les personnes dans Actes n’ont pas recherché ces manifestations extraordinaires

Les personnes qui ont été conduites de manière particulière par Dieu n’ont pas recherché à être conduites de la sorte.

D’autre part, ces manifestations extraordinaires du Nouveau Testament sont, tout justement, extra-ordinaires, et donc inhabituelles.

Cela ne ferme pas la porte à la possibilité que le Seigneur nous parle à travers des visions aujourd’hui. Mais cela ne doit pas être une norme, une raison d’attendre un signe. Nous ne voyons nulle part, dans le Nouveau Testament, que quelqu’un ait attendu impatiemment que le Seigneur lui dise quelle décision prendre. Les révélations particulières ont été accordées à un moment où Dieu voulait les conduire d’une manière qui ne correspondait pas à la façon de voir de l’époque en Israël.

Confessons qu’il nous arrive souvent d’attendre un signe divin alors que Dieu attend tout simplement que nous nous bougions…

Avatar
Auteur : Clément Dv

25 ans, Rébellutionnaire, ingénieur dans l'environnement, meneur de louange à l'Eglise de Saint-Maur (AECM)

Voir tous ses articles →