Décence et gente masculine

On le répète sans arrêt aux filles (du moins, c’est l’impression que j’ai) : elles doivent s’habiller décemment afin de ne pas être une occasion de chute pour leurs frères. Et c’est vrai. Ce qu’on dit moins, c’est que la décence n’est pas qu’une affaire de filles. Messieurs, cela vous concerne également. Je laisse à Brett Harris le soin de vous expliquer son point de vue sur le sujet.

À cette époque de l’année, Internet regorge d’articles et vidéos dont le but est de ralentir les filles chrétiennes qui comptent se rendre à la plage ou à la piscine en portant un « itsi bitsi tini ouini, tout petit, petit bikini ».

Bien sûr, beaucoup de ces ressources sont précieuses. Certaines d’entre elles offrent même un nouveau regard sur le sujet de la décence. Mais même les meilleures d’entre elles passent à côté de la moitié de la population — et par « la moitié de la population », j’entends la moitié qui porte des shorts de bain taille basse à la piscine. Eh oui, je parle bien des hommes.

J’avoue qu’auparavant, je n’y avais jamais prêté particulièrement attention. Mais j’ai reçu suffisamment d’emails de filles frustrées pour prendre la question au sérieux : les gars chrétiens attendent des filles qu’elles décentes, mais ils ne pensent jamais à être décents eux-mêmes.

C’est bizarre. C’est vrai qu’à cette époque de l’année, les femmes ôtent leurs vêtements, mais les hommes aussi. Pourquoi ne parle-t-on que de la décence féminine ? Si la décence est importante, elle l’est pour tous les chrétiens. Si ce n’est pas important pour les hommes, alors pourquoi toutes ces histoires à propos des femmes ? Si c’est important pour les femmes, alors pourquoi ce silence à propos des hommes ?

Est-ce que c’est parce que les gars ne peuvent pas être indécents ?

Nope. Je suis certain que l’existence des boxers de bain écarte cette éventualité.

Est-ce que c’est parce que les filles n’ont aucun problème avec la convoitise physique ?

Nope. La femme de Potiphar n’était sûrement pas la dernière femme à « porter les yeux sur » un homme et à le convoiter parce qu’il était « beau de taille et beau de figure » (Genèse 39.6-7).

Mais voici le message que notre silence envoie : la décence est un problème féminin, et la convoitise, un problème masculin. Les gars vont au bord de la piscine en short de bain taille basse, se font bronzer les pectoraux et les abdos, tout en souhaitant que les filles se couvrent. Et les filles se demandent ce que les gens penseraient si elles avouaient se débattre avec la convoitise.

Je dois avouer que je n’étais pas décent à l’université. En première année, je faisais de la muscu, et j’aimais bien montrer le fruit de mon labeur. Le code vestimentaire de mon école chrétienne ne permettait pas aux gars de se balader torse nu, mais j’étais très certainement à la limite de ce qui était autorisé. Ce n’était pas toujours conscient, mais je voulais que les gens voient mes bras. Je voulais que mes t-shirts soient suffisamment moulants pour que l’on voie mes muscles. Je voulais que les gens voient comment j’étais bâti. La seule différence entre moi et les filles indécentes du campus, c’était que j’avais un corps d’homme et qu’elles avaient un corps de femme.

Alors qu’est-ce qui se passait ? Je me sentais bien dans mon corps et je voulais  me la jouer. C’est exactement ce que mes soeurs en Christ ont pour ordre de ne pas faire. Alors, est-ce ce que je faisais était mal ? Si je veux être cohérent, oui, c’était mal.

Mais personne ne m’a jamais parlé de décence.

La suite… par ici !

Auteur : Alex et Brett Harris

Alex et Brett Harris, sont les fondateurs de la Rébellution et les auteurs du livre Génération Challenge.