Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Mais POURQUOI ???

Crédits photo - Naïm Qachri
Crédits photo – Naïm Qachri

J’ai beaucoup apprécié l’article de Sam sur le fait de trouver des raisons pour croire ce qu’on croit. Mais il y a peut-être une question qui vous est apparue alors que vous lisiez son article.

Il a dit (et vous pouvez lire l’article en entier ici pour vous rafraîchir la mémoire…) qu’il faut savoir tout remettre en cause, et trouver pour soi-même les réponses à ce que l’on croit. Et il conclut en disant :

Rébellutionnaire, tu es encore jeune. Je t’en supplie, ne deviens pas ce genre de chrétien. Remets tout en question à la lumière de la Bible.

À cette affirmation, j’aimerais poser une question, et elle est toute simple : « Pourquoi ? »

Pourquoi la Bible ? Pourquoi la Bible et pas autre chose ? Pourquoi doit-elle prendre le pas sur la science, sur mon expérience personnelle, sur mes intuitions, ou même sur ce que j’ai l’impression que le Saint-Esprit me révèle dans ma vie de tous les jours ? Au nom de quoi ? De quel droit ? Doit-on juste l’accepter, ou ça aussi, peut-on le questionner ?

J’aimerais vous aider à voir pourquoi c’est la Bible qu’il faut suivre, avant toute autre chose. Attention, ce qui suit risque d’être assez complexe. Mais j’ai confiance qu’en vous accrochant vous pourrez non seulement comprendre ce que je dis, mais aussi l’intégrer de telle sorte que vous pourrez vous aussi le ressortir derrière.

Voici où je commence : je crois que la Bible est vraie parce que je crois qu’elle est la Parole de Dieu. Or je crois qu’elle est la Parole de Dieu parce qu’elle dit elle-même être la Parole de Dieu.

STOP ! Argument circulaire !!  Disqualifié !!!

OK, c’est vrai. C’est un argument circulaire. Mais laisse-moi finir. Il s’agit en fait d’un axiome. D’un présupposé. De quelque chose que l’on pose comme fondement, sur lequel on peut ensuite construire. On n’a pas à le défendre, mais l’axiome se montrera vrai si, alors qu’on bâtit tout le reste dessus, on voit que tout tient en place.

Et voici pourquoi il me faut fonctionner, au départ, avec l’argument circulaire du présupposé : prenons l’exemple du couronnement d’un roi. Qui peut couronner un roi ? Ses sous-fifres ? Non : on serait en train de dire par là même qu’ils sont au-dessus du roi. Le peuple ? Encore une fois, on serait en train de dire qu’ils sont plus grand que le roi, et on serait alors en démocratie, pas en monarchie. Quelque chose d’inférieur ne peut pas couronner le supérieur.

Donc on peut essayer de demander à la science d’être l’étalon selon lequel on mesure la divinité de la Bible. Mais en faisant ça, on es en train de placer la science au-dessus de la Bible. Si la science peut couronner la Bible, elle lui est supérieure…

Non, à autorité suprême, il faut un auto-couronnement. Si la Bible est vraiment la plus grande, elle ne peut que se couronner elle-même.

Alors vous me direz : mais c’est trop facile. Je peux alors réclamer être la Parole de Dieu, et parce que je l’ai fait, c’est automatiquement vrai.

Sauf que ça ne marche pas comme ça. Il faut pouvoir tenir sous le poids de cette responsabilité. Il faut, après l’avoir affirmé, que tout soit logique.

Or, à la lumière de la Parole, tout est logique. La science se retrouve à sa juste place : elle existe parce que Dieu est un Dieu d’ordre. L’histoire se retrouve à sa juste place : elle existe parce que Dieu existe dans le temps. Je me retrouve à ma juste place : j’existe parce que Dieu est créateur, et j’ai une relation à Dieu parce qu’il est mon rédempteur.

La science a essayé de faire croire à notre culture qu’elle est l’étalon universel. C’est pour ça qu’on se sent obligé de tout justifier scientifiquement. On doit même justifier scientifiquement le fait que l’on croit que la Bible est la Parole de Dieu. Mais en fait, la science ne tient pas sous le poids de la responsabilité qu’elle s’est donnée en s’érigeant en maîtresse de toute connaissance. Comment la science explique-t-elle la beauté ? Comment explique-t-elle l’honneur ? Comment explique-t-elle le miraculeux ? Elle ne le peut pas. La science, et tout autre domaine lié à la connaissance, est un ministère au service du grand magistère tenu par la Parole de Dieu.

C’est pour ça que je crois en la Parole avant tout. C’est mon axiome sur lequel tout le reste a un sens. Elle explique parfaitement Dieu, plus que tout autre livre religieux. Elle explique parfaitement ce monde dans lequel je vis, y compris de l’absurdité du mal. Elle donne un sens à mes sentiments comme à mon intellect. Ce livre est, de son propre témoignage, la Parole de Dieu. Et si Dieu a parlé, alors qui suis-je pour lui désobéir ?

Pour aller beaucoup plus loin dans ce type de réflexion, lisez ce livre, sur Cornelius Van Til. Si vous êtes anglophones, vous pouvez même aller droit à la source, et lire Van Til lui-même (il n’a pas encore été traduit en Français – je commence un lobby pour que ça se fasse, au plus vite). C’est un investissement intellectuel. Mais qui dit « investissement » dit « dividendes », et les dividendes de la lecture de ce gars-là sont juste énormes pour avoir une vraie foi assise, réfléchie et ancrée dans Sa Parole. Van Til part de la Bible pour défendre la Bible, confiant que tout le reste donnera un sens à cette approche.

Donc, Rébellutionaire, si tu n’as rien à faire en ce samedi de mai, va te documenter sur Van Til, et apprends à défendre ta foi en la Bible et en son autorité.

Avatar
Auteur : Nathan L

26 ans, Rébellutionaire depuis une bonne dizaine d'années, marié à Beki, papa d'Emilie et de Caleb, responsable à l'Eglise CVV Paris et auteur du livre Devenir un Homme Selon Jésus.

Voir tous ses articles →