Moi, mentir ? Jamais ! (3/3)

Crédits photo : onsenfoot.com

Post de Eléonore J.P., 19 ans, étudiante en 2e année de prépa kiné

Après avoir développé les deux premiers principes du mensonge ICI et ICI, place au troisième principe :

3. L’exagération

Je suis issue d’une famille méditerranéenne ; nos repas de famille sont en général très animés et finissent en grands débats sur tel ou tel sujet ! Pour convaincre notre auditoire, nous n’hésitons pas à faire passer nos idées en élevant la voix et bien souvent en exagérant nos propos pour les rendre plus convaincants ! Je dois avouer que je suis très bonne à ce jeu-là ; l’exagération, ça me connaît. J’adore ces repas de famille où toutes nos idées et nos avis se discutent !

Seulement, un jour, ma mère m’a fait une réflexion qui m’a fait réfléchir… Elle m’a dit : « L’exagération est une forme de mensonge ». Évidemment, ma première réaction a été de la contredire en disant qu’on changeait « à peine » la vérité et que le but n’était pas de tromper la personne, comme lorsqu’on lui raconte un mensonge, mais plutôt de lui faire davantage comprendre notre propos… Mais avec le recul, je dois avouer que je pense qu’elle avait raison de me dire ça… Réfléchissons : aux États-Unis, lors d’un procès, on jure « de dire toute la vérité et rien que la vérité ». Une exagération n’étant pas « rien que la vérité », toute exagération est considérée comme un mensonge lors d’un procès ! Et honnêtement, je dois reconnaître que je trouve ça logique…

Imaginons qu’un témoin appelé à la barre déclare avoir vu l’accusé pénétrer dans une banque pour la braquer avec une dizaine d’acolytes, alors qu’en réalité, ils n’étaient que deux braqueurs… À quel point cette « exagération » peut-elle nuire à une enquête ?! Ne serions-nous pas choqués, voire outrés, que les témoins puissent, par leur exagération (considérée comme la vérité) perturber une enquête de police pour retrouver des malfrats ? Déclarer avoir vu dix braqueurs quand on n’en a vus que deux est un mensonge. Déclarer avoir passé 45 min dans les bouchons quand on n’en a passé que 20 l’est tout autant !

Combien de mensonges cachons-nous sous le terme d’« exagération » ???

Maintenant, me direz-vous, où est la limite entre la vérité et le mensonge ? Je dois reconnaître que dans certains cas, la limite est bien floue ! Dans ces cas-là, regardons à Jésus, remettons-nous à Dieu pour nous guider et nous montrer la chose correcte à dire. Le plus souvent, la question WWJD ? (What Would Jesus Do ? [Que Ferait Jésus à ma Place ?]) nous montre clairement ce que nous devons faire !

Que nous puissions dire comme Salomon en Proverbes 8 : 7-8 : « Car ma bouche proclame la vérité, et mes lèvres ont en horreur le mensonge ; toutes les paroles de ma bouche sont justes, elles n’ont rien de faux ni de détourné ».

L’exagération, un géant à abattre ?

Auteur : Eléonore J.P.

Eléonore, 19 ans, étudiante en 2e année de prépa kiné