Comment réussir à faire le bien (même quand c'est difficile) ?

Lorsqu'il s'agit de la sanctification et de la façon dont les chrétiens se comportent on pourrait distinguer 3 groupes :

  1. Certains chrétiens s'engagent à bien agir dans la plupart des situations : ils considèrent que certaines situations sont plus importantes que d'autres et ressentent un sens du devoir face à ces situations là.
  2. D'autres choisissent de faire ce qu'il faut la plupart du temps, mais font des exceptions ou trouvent des excuses dans des situations très tentantes ou difficiles.
  3. Enfin, certains, probablement une petite minorité, s'engagent quotidiennement à bien agir, tout le temps, dans toutes les situations, quelle qu'en soit la difficulté.

Nous nous retrouvons tous dans l'une de ces trois catégories, mais laquelle de ces approches de vie devrions-nous adopter ?

Choisir de bien agir seulement une partie du temps semble être une approche manifestement en dessous de la norme, compte tenu de la morale chrétienne. Bien agir la plupart du temps est plus que louable aux yeux du monde, mais cette approche est-elle acceptable aux yeux du Dieu vivant ?

Selon la Bible, Dieu exige de chaque croyant un engagement constant en faveur de la perfection morale.

1 Pierre 1.14-16 dit :

Comme des enfants obéissants, ne vous conformez pas aux convoitises que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l'ignorance. Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu'il est écrit: Vous serez saints, car je suis saint.

Dieu ne veut pas que vous soyez saints dans une partie seulement de votre comportement, pendant une partie du temps. Nous sommes tenus de refléter le caractère moral de Dieu dans toute notre conduite, à tout moment.

Notre plus grand problème

Sachant que Dieu exige des croyants une sainteté universelle, nous commençons à comprendre que notre plus grand problème en tant que chrétiens est un conflit permanent entre notre volontés et celle de Dieu. Parce que le péché demeure en nous, notre volonté n'est pas toujours alignée sur celle de Dieu. Par conséquent, il existe d'innombrables situations dans la vie où ce que Dieu veut que nous fassions est complètement opposé à ce que nous voulons faire.

Des exigences morales contraignantes nous sont imposées dans chaque situation que nous rencontrons dans la vie, mais souvent ce que nous voulons dans notre cœur va à l'encontre de ces exigences morales de Dieu. Notre conscience nous dit quel est le bon choix, l'Esprit nous guide vers le bon choix, et notre chair nous tente simultanément avec le mauvais choix. Nous sommes en guerre à l'intérieur de nous-mêmes (1 Pierre 2.11).

C'est pourquoi il est toujours mauvais d'aller à l'encontre de la volonté de Dieu. De même, il est toujours mauvais d'aller à l'encontre de sa conscience, l'aspect de l'âme qui évalue la moralité. Mais y a-t-il jamais une bonne excuse pour violer les exigences morales révélées par Dieu ?

Quelle excuse ?

Premièrement, Dieu a conçu le monde de manière à ce que les croyants soient toujours libres et capables de choisir la bonne chose (1 Corinthiens 10.12-13).

En d'autres termes, Dieu ne force jamais personne à se trouver dans une situation où la seule option est de pécher. Si nous péchons, c'est parce que nous avons librement choisi de pécher selon nos désirs, et nous sommes entièrement responsables de ce choix. Notre péché ne peut être imputé à nos circonstances ou à quoi que ce soit d'autre en dehors de notre personne. Par conséquent, il n'y a pas d'excuses valables à choisir de faire la mauvaise chose.

Ceci étant dit, je voudrais aborder une excuse courante, mais sournoise, qui, je peux le dire, m'a personnellement empêché de progresser dans la sanctification pendant des années.

Cette excuse est la suivante :

"J'ai choisi de faire la mauvaise chose parce que, même si j'avais choisi la bonne chose, l'attitude de mon cœur envers la bonne chose aurait été très pécheresse. Par conséquent, choisir la bonne chose n'aurait pas été mieux".

La force de cette excuse réside dans l'abus de la vérité selon laquelle la sanctification morale complète implique une transformation intérieure du cœur. Elle tente de créer une fausse séparation entre la transformation intérieure du cœur et la sainteté de la conduite extérieure. En d'autres termes, elle tente de faire de ces deux éléments un "l'un ou l'autre" au lieu de "l'un et l'autre". Soit vous poursuivez la transformation intérieure du cœur, ce qui va à la racine du problème nous dit-on, soit nous oublions la transformation du cœur, nous évitons la conduite immorale et nous nous efforçons d'accomplir les bonnes actions extérieures.

Cependant, le principal défaut de cette excuse est de supposer que la sanctification n'implique qu'une transformation interne et n’agit pas sur les actions extérieures.

"Si je me concentre sur la sanctification de mes actions extérieures, je deviendrai légaliste."

Mais la vérité est que nos nos actions extérieures tout comme nos affections, pensées et attitudes intérieures doivent être conformes à la sainteté de Dieu.

Si nous nous efforçons de changer notre cœur sans nous engager à mener une vie sainte, nous risquons d'utiliser la grâce comme un permis de pécher. Si nous nous efforçons à obtenir la sainteté dans nos actions sans changer nos cœur, nous finirons dans le fossé du légalisme externe et perfectionniste.

Nous voyons donc que la transformation intérieure et la sainteté de la conduite extérieure sont complètement dépendantes l'une de l'autre dans la sanctification.

Comment lutter ?

Voici trois brèves vérités qui combattent directement les mensonges qui se cachent derrière cette excuse :

  1. Tout au long de l'Ancien et du Nouveau Testament, Dieu exige une sainteté intérieure et extérieure. Nos cœurs et notre conduite doivent être conformes au standard de sainteté de la Parole de Dieu.
  2. Même si nous pouvions théoriquement toujours choisir de faire ce qui est bien, nos cœurs n’aurez pas pour autant une tendance irréprochable à faire les bons choix pendant que nous sommes sur terre. Tous nos bons choix moraux sont mélangés et tachés par des motivations et des objectifs personnels et pécheurs. Bien qu'il nous soit demandé de rechercher le Saint-Esprit pour la sanctification de nos cœurs, nous devons également savoir que nous n'atteindrons jamais la perfection dans cette vie en ce qui concerne nos pensées et nos désirs.
  3. Il plaira toujours plus à Dieu de nous voir faire ce qui est bien avec une attitude imparfaite que de choisir de faire ce qui est mal. Entre ces deux alternatives, la première est toujours meilleure et plus bénie.

Une étape cruciale

En résumé, s'engager à toujours faire ce qui est bien est une étape absolument cruciale de la sanctification chrétienne. En effet, chaque fois que tu choisis de faire ce qui est juste, en particulier lorsque ce choix entre en conflit avec tes désirs internes, cela crée une occasion pour Dieu de renouveler et de transformer ton homme intérieur. Dieu utilise cette guerre pour nous façonner spirituellement, nous fortifier et nous faire grandir.

Par ailleurs, chaque fois que nous choisissons de faire la mauvaise chose, nous perdons irrévocablement une occasion d'être sanctifiés par l'Esprit dans notre homme intérieur. Combien d'occasions as-tu déjà perdues en t’excusant de choisir la mauvaise chose ? Où pourrais-tu être dans un an si tu cessais de nourrir ton péché ?

Être sanctifié en connaissant la bonne chose à faire dans chaque situation, selon la volonté révélée de Dieu, et en désirant faire la bonne chose est le projet de toute une vie que seul Dieu peut réaliser dans sa grâce souveraine envers nous. C'est le droit de Dieu de transformer ton cœur ; c'est ta responsabilité de t’engager à vivre dans la sainteté en choisissant toujours de faire ce qui est juste.

De plus, le choix du bon agissement aura toujours de meilleures conséquences que le choix du mauvais comportement. Dieu bénit l'obéissance et maudit la désobéissance ; on ne peut se moquer de lui (Galates 6.7).

La meilleure façon de vivre une vie en prenant des décisions difficiles est de toujours bien agir. Et c'est cela la vie bénie. Prenez cet engagement aujourd'hui et continuez à le faire chaque jour pour le reste de votre vie.

Article traduit avec autorisation.

Tags:
tentation
sanctification
Engagement
Sainteté
oeuvres bonnes
péché
péchés
Mort au péché
Les derniers commentaires
Aucun commentaire pour le moment. Laissez-en un avec le formulaire ci-dessous !
Envoyer un commentaire
Merci ! Nous avons bien reçu votre commentaire. Celui-ci sera publié sous peu, le temps d'être vérifié par notre équipe.
Mince, ça ne s'est pas passé comme prévu.
Table des matières