5 minutes pour découvrir le livre d’Esaïe

Le livre d’Esaïe te semble un peu gros et obscur. Prends 5 minutes pour découvrir ces grands thèmes, et en quoi il peut être utile pour toi.

Le livre d’Ésaïe fut écrit par le prophète portant ce nom. Il commença son ministère à la mort d’Ozias en 740 av. J.-C., jusqu’au siège de Jérusalem par Sennachérib en 701 av. J.-C. Malgré l'injustice et l'idolâtrie de Juda, le roi Ozias avait fortifié un royaume prospère. Son fils Yotam resta fidèle à Dieu, mais ne réussit pas à ramener le peuple à Dieu. Ésaïe dénonça les maux sociaux et la corruption du peuple d’Israël. Sa désobéissance souligne la rupture de l’alliance sinaïtique. Juda mérite donc de subir la juste condamnation de l’Éternel. Les malédictions prévues vont s’accomplir : Juda sera détruit. Israël, censé être un peuple sacrificateur, était devenu infidèle. Le cycle infernal péché-punition-repentance-guérison continue inlassablement. Jérusalem, qui devait être une cité fidèle, s'est en réalité comportée comme une prostituée. Pourtant, Ésaïe débute son livre en nous rapportant une promesse étonnante :

Pourtant, Ésaïe annonce un moment où Jérusalem sera lavée et purifiée, un moment où on l’appellera 'ville de la justice, cité fidèle. (Esaie 1.26)

La question se pose : comment l'infidèle Jérusalem peut-elle devenir la Jérusalem sainte qu'elle aurait toujours dû être ?

Ésaïe 1-12 : L'orgueil et la condamnation de Juda

Je rétablirai tes juges tels qu’ils étaient par le passé, et tes conseillers tels qu’ils étaient au début. Après cela, on t’appellera « ville de la justice », « cité fidèle ». (Esaie 1.26)

Ésaïe dénonce l'orgueil né de la prospérité matérielle et du succès militaire, qui a mené le peuple à l'idolâtrie. C’est pourquoi le jugement de Dieu, la destruction et la déportation du peuple, est juste. La rébellion mérite un jugement sévère et inévitable.

Mais Ésaïe est témoin d'une scène cruciale : il se retrouve face au véritable Roi des rois. Bien qu'Ésaïe soit tout aussi condamnable que son peuple, sa faute lui est ôtée grâce au système sacrificiel. Dieu va utiliser Ésaïe pour briser le cycle infernal afin de mettre fin à un système défaillant. Il n’y aura plus de possibilité de repentance ni de guérison. La venue de la Jérusalem céleste nécessite que les nations vivent la même expérience qu’Ésaïe : la purification des péchés.

Malheureusement, Achaz a placé sa foi dans les alliances politiques plutôt qu’en l’Éternel. Par conséquent, Dieu utilisera l'Assyrie comme un outil pour juger Israël. Cependant, un reste fidèle ne sera pas détruit. Dieu donne alors un signe à la maison de David : un Messie viendra, surpassant David (royauté), Salomon (sagesse), et Élisée (Esprit). Il instaurera la nouvelle Jérusalem par un nouvel Exode.

Ésaïe 13-27 : Jugement des nations et espoir pour Sion

Il engloutira la mort pour toujours. Le Seigneur, l’Éternel, essuiera les larmes de tous les visages, il fera disparaître de la terre la honte de son peuple. Oui, l’Éternel l’a décrété. (Esaie 25.8)

Un contemporain d’Ésaïe aurait pu se demander comment Dieu instaurera la nouvelle Sion alors que Jérusalem est entourée de superpuissances. Ésaïe y répond en décrivant de manière spiralaire le jugement des nations environnantes, pour finalement se concentrer sur celui de Jérusalem. Le jugement de Dieu est global et définitif : toutes les nations et tous les hommes seront jugés, y compris Jérusalem. Comme toutes les nations, les Israélites doivent placer leur confiance en Dieu pour faire partie du reste.

À travers ce jugement, Dieu condamne l'orgueil et la suffisance des nations. De cette manière, Ésaïe avertit les Israélites de la folie de faire confiance à une nation plutôt qu'à l’Éternel. Toutefois, de cette destruction totale apparaîtra la nouvelle Sion. Les habitants de cette nouvelle Jérusalem, issus de toutes les nations, ne connaîtront plus la mort.

Ésaïe 28-33 : Deux réactions face au message de Dieu

En effet, voici ce qu’avait dit le Seigneur, l’Éternel, le Saint d’Israël : « C’est dans le retour à moi et le repos que sera votre salut, c’est dans le calme et la confiance que sera votre force », mais vous ne l’avez pas voulu ! (Esaie 30.15)

Le message d’Ésaïe provoque deux réactions. La première : les dirigeants ayant rejeté son message sont aveuglés par Dieu, ce qui les encouragera à amplifier leur rejet. Ce cycle croissant les conduira à une alliance avec l’Égypte, aboutissant à la destruction assyrienne.

La deuxième : une repentance authentique, menant à un recouvrement de la vue, puis à une confiance en Dieu en vue du salut messianique. Comme le fut Achaz, Ézéchias est lui aussi confronté à un choix. S'étant révolté contre le roi d'Assyrie en comptant sur le soutien de l'Égypte, le roi d'Assyrie attaque toutes les nations environnantes, puis attaque Juda, et se retrouve aux portes de Jérusalem. Ézéchias va-t-il persister dans ses mauvaises décisions ? Ésaïe assure que le salut ne vient pas de l'Égypte, mais de Dieu. Ce salut se fera par le règne du fameux Messie. Ses sujets lui obéiront, car l'Esprit sera déversé sur eux.

Ésaïe 34-39 : Le contraste entre Ézéchias et le Messie

Maintenant, Éternel, notre Dieu, délivre-nous de Sanchérib et que tous les royaumes de la terre reconnaissent que toi seul es l’Éternel ! (Esaie 37.20)

Ésaïe conclut la section précédente en appelant le monde entier à se rassembler pour subir la terrible condamnation de Dieu. Cependant, il évoque un retour à Jérusalem bien plus glorieux qu’un simple retour physique, dans la ville de Sion où Dieu lui-même régnera. Ésaïe suspend la poésie pour relater trois événements en prose : le siège de l’Assyrie, la guérison d’Ézéchias et la visite des ambassadeurs de Babylone.

Mais pourquoi ne les a-t-il pas présentés dans l’ordre chronologique ? Ésaïe veut montrer que l’on doit sortir du cycle péché-punition-repentance-guérison. Malgré la libération de Jérusalem, elle sera détruite. Après la victoire d’Ézéchias contre l’Assyrie et la mention du Messie par Ésaïe, on pourrait se demander si Ézéchias est le Messie attendu. Cependant, ces épisodes montrent qu’il ne l’est pas : il manque de foi et est mortel. Ésaïe veut accentuer le contraste entre Ézéchias et le Messie à venir. En rapportant la prière d’Ézéchias, il nous invite à un changement de paradigme. Le Messie sera bien plus grand que prévu, et la véritable foi se manifeste par la prière.

Ésaïe 40-55 : Le serviteur souffrant et le salut de Dieu

Mais lui, il était blessé à cause de nos transgressions, brisé à cause de nos fautes : la punition qui nous donne la paix est tombée sur lui, et c’est par ses blessures que nous sommes guéris. (Esaie 53.5)

Ésaïe rapporte un plaidoyer de Dieu : l'exil d'Israël n'est pas dû à la supériorité des dieux babyloniens, mais fait partie du plan de l’Éternel. Dieu est plus grand qu'on ne le pense, et ses promesses se réaliseront. Pourquoi alors rassurer le peuple sur l'exil avant qu'il ne survienne ? Parce que, spirituellement, ils sont déjà en exil.

Ésaïe parle d'un salut plus grand que prévu, car le salut physique apporté par Cyrus ne résout pas le problème du péché. Un autre Serviteur accomplira cette tâche. Il souffrira et mourra en portant les péchés d’une multitude afin de les justifier. Par ce sacrifice de substitution, ce Serviteur souffrant (le Messie) ramènera véritablement son peuple de l’exil en les menant au salut (nouvel exode). Ce peuple habitera la nouvelle Sion et sera disciple de YHWH pour l’éternité. La gratuité de ce salut peut donc être annoncée à tous les peuples.

Ésaïe 56-66 : Les caractéristiques de la nouvelle Sion

En effet, je crée un nouveau ciel et une nouvelle terre. On ne se souviendra plus des premiers événements, ils ne viendront plus à l’esprit. (Esaie 65.17)

Que pourrait ajouter Ésaïe à cela ? Il va décrire les caractéristiques de ceux qui attendent la nouvelle Sion sans y être encore. Bien que le salut soit gratuit, seuls ceux dont l’attitude de cœur montre une repentance humble manifestée par l’obéissance pourront en bénéficier. Lorsqu'un Juif revenait de l'exil, il pouvait être perplexe face aux ruines du temple et au péché toujours présents à Jérusalem. Pourtant, Ésaïe maintient sa vision de la Jérusalem céleste : une cité sûre, paisible et protégée grâce à l’œuvre du serviteur et du guerrier divin. Cette Jérusalem sera glorieuse, sainte et aimée de Dieu.

Application : Quelle est ta plus grande crainte ?

L’étude du livre d’Ésaïe m’a permis de répondre à la question suivante : qui craignons-nous le plus ? Face aux souffrances et aux épreuves, nous pouvons être tentés de chercher des alliances pour nous soulager. En cas de maladie, d’examens, de difficultés financières, de l’arrivée d’un enfant ou de nombreuses échéances, vers qui nous tournons-nous ? Une juste connaissance de Dieu, de sa toute-puissance et de sa grandeur, se traduit par une véritable attitude de foi en lui. Cette attitude de foi, pour nous qui attendons encore notre pleine présence dans la nouvelle Jérusalem, se manifeste aujourd’hui par la prière.

À celui qui est ferme dans ses intentions tu assures une paix profonde parce qu’il se confie en toi. (Esaie 26.3)
Tags:
prière
jugement
Tu devrais aussi aimer...
No items found.
Les derniers commentaires
Aucun commentaire pour le moment. Laissez-en un avec le formulaire ci-dessous !
Envoyer un commentaire
Merci ! Nous avons bien reçu votre commentaire. Celui-ci sera publié sous peu, le temps d'être vérifié par notre équipe.
Mince, ça ne s'est pas passé comme prévu.
Table des matières