Mon frère, tu vaux un « 6 sur 10 »

Le monde nous dit que le moyen de savoir si deux personnes sont « faites l’une pour l’autre » est de mesurer l’intensité de l’attirance physique entre les deux, avec l’idée d’une « alchimie des stéroïdes » – leur capacité à avoir des conversations inépuisables n’importe quand et sur n’importe quel sujet, ponctuées d’échanges courts et pleins d‘humour comme nous en trouvons principalement dans les dernières comédies indépendantes.

Dans notre culture – et dans beaucoup d’églises – « l’attirance », quelle soit purement physique ou liée à « l’alchimie  » est considérée comme la façon fondamentale d’évaluer une potentielle relation conjugale.

Les chrétiens, toutefois, sont appelés à penser différemment. Nous devons utiliser les Écritures pour évaluer nos désirs. Nous devons soumettre chaque pensée, chaque coin de notre vie à la Parole de Dieu. Heureusement, l’attirance tient une place lors de la recherche d’un mari ou d’une épouse. Lisez le Cantique des cantiques. Bibliquement cependant, l’attirance comme le monde la comprend ne peut être la base sur laquelle construire un mariage qui honore Dieu.

Examinons deux problèmes avec l’approche de « l’alchimie comme fondement » pour les rencontres et le mariage – un théologique et un  pratique – et regardons ensuite l’idée biblique de l’attirance.

Le problème théologique

Le problème théologique fondamental avec l’approche « l’alchimie comme fondement » est qu’elle déforme grossièrement la définition biblique de l’amour et du mariage. Quelle est la question qui trouble le plupart des gens qui cherchent un conjoint ? « Comment savoir si j’ai trouvé la bonne personne ? » Comme l’observe Michael Lawrence, « le but non dit de la question est ‘ Comment savoir si j’ai trouvé la bonne personne… pour moi.’ »

Et c’est fondamentalement égoïste, je n’insinue qu’une telle approche implique de la malice ou l’intention de blesser quelqu’un. Je veux simplement dire qu’une telle approcheest centrée sur soi. Elle conçoit la recherche d’un conjoint du point de vue de ce qui sera le plus plaisant pour moi, selon mes goûts et désirs. Que vais-je recevoir en me mariant avec telle ou telle personne?

Dans les Écritures l’amour n’est pas décrit par le prisme de nos émotions ou de notre désir personnel (« l’attirance »), mais comme un acte de notre volonté qui pousse à agir de manière désintéressée envers les autres. Selon Jésus lui-même, le second plus grand commandement après le fait d’aimer Dieu) est « d’aimer ton prochain comme toi-même » (Marc 12.31). Il a aussi dit « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis »(Jean 15.13). L’amour de Jésus pour nous ne résulte pas de notre charme inhérent ou de notre merveilleuse façon d’agir avec lui. Il n’est pas allé à la croix comme une réponse spontanée causée par une simple émotion. Son amour parfait pour nous était un choix, un acte entrepris malgré notre manque d’attractivité – et cela a mené à la fois au sacrifice et à la joie.

L’apôtre Paul approuve. dans 1 Corinthiens 13, il expose en détail la définition biblique de l’amour, et il nous montre que l’amour n’est pas juste ressenti, il fait quelque chose, quelque chose d’altruiste.

Selon la version du monde de l’attirance, je suis un consommateur, pas un serviteur. Je réagis aux qualités qui me plaisent en fonction de leur potentiel à me plaire. Encore une fois, une telle approche n’est pas malveillante ou mauvaise – ce n’est simplement pas la manière dont nous sommes premièrement appelés à nous traiter les uns les autres selon la Bible. Ce n’est pas l’idée de l’amour selon la Bible.

Fondamentalement, le mariage est une belle (si distante) analogie de la façon dont Christ nous a parfaitement aimé et s’est sacrifié pour l’Eglise, et de la manière dont l’Eglise, son épouse répond à son Seigneur.

Le mariage est incroyablement plaisant; il est aussi incroyablement difficile. Pour la plupart des gens il s’agit du plus grand acte de ministère et de service envers une autre personne qu’il entreprendront jamais. Les maris sont littéralement appelés  » à se livrer  » pour leur épouse. Les épouses sont appelées à se soumettre, à respecter et servir leurs maris  » comme le Seigneur « . Bien que maris et épouses reçoivent d’innombrables bénédictions d’un mariage basé sur la Bible, l’idée même d’un mariage biblique décrit un acte – de nombreux actes – d’amour, de service, de sacrifice et de ministère envers un être humain pécheur. Selon la Bible, le mariage est tout sauf une démarche égoïste. C’est un ministère.

Quel sens y a t-il à s’engager dans ce ministère en se basant principalement sur une liste de préférences (souvent insignifiantes) centrées sur soi ? Si ton idée de l’attirance – quelle qu’elle soit – dirige ta recherche d’un conjoint, demande-toi : ton approche est-elle biblique ?

Le  problème pratique

Le problème pratique de laisser « l’attirance » mener la danse dans la recherche d’un conjoint n’est pas profond : ça ne marche simplement pas. Si tout le monde cherchait à combler parfaitement ses idées excentriques et séculaires de l’attirance ou de l’alchimie avant de consentir à se marier avec quelqu’un, personne ne se marierait.

Un jour, j’ai conseillé un frère chrétien dans ses fréquentations avec une femme remarquable. Elle aimait Dieu, elle était attentionnée et intelligente. Elle était attirante mais pas un mannequin. Durant des semaines j’ai écouté ce frère hésiter à s’engager et demander en mariage cette femme. Il disait qu’ils étaient capables de bien discuter sur de nombreux sujets, mais qu’il y avait certains sujets qui l’intéressait lui mais elle pas vraiment, et que parfois la conversation « s’éteignait ».

Il disait aussi que, bien qu’il la trouvait attirante, il y avait un aspect d’elle « qu’il imaginait juste différemment » chez la femme avec qui il se marierait. Je lui ai demandé ce qu’il pensait de sa sainteté, de son caractère et de sa foi, il m’a répondu que toutes ces choses étaient extraordinaires (et il avait raison). Enfin, il m’a dit, je dois juste chercher un « 10/10 ».

Je n’ai pu me retenir plus longtemps, sans vraiment réfléchir j’ai répondu, Tu cherches un « 10/10 » ? Mais mon frère, regarde toi ! Tu vaux un « 6/10 ». Si jamais tu trouves la femme que tu recherches et qu’elle a la même attitude que toi, qu’est ce qui te fait penser qu’elle voudra de toi ?

Il y a quelque chose d’autre que le monde ne te dit pas : même si tu trouves le « 10/10 » parfait, peu importe comment tu définis « 10/10», le mariage sera quand même difficile. Quand tu cherches un partenaire, tu cherches une personne (un pécheur, comme toi) avec qui servir Dieu et vivre la vie chrétienne jusqu’au retour de Jésus ou la mort de l’un des deux.

Dans ce contexte, même un très bon sens de l’humour ne sera pas suffisant. Le charme physique (comme décrit par le monde) s’estompe chez 100 % des gens, toi inclus. « L’alchimie » comme définie par le monde a ses hauts et ses bas dans toute relation. Ton partenaire peut être aussi jovial que possible, il y aura quand même des moments qui ne seront pas drôles. Il peut avoir le meilleur caractère que tu aies jamais vu, il ou elle te rendra quand même totalement fou parfois ! Tu peux te marier avec quelqu’un qui semble être un génie « omni-compétent », il y aura toujours des moments où aucun de vous ne saura quoi faire. Savoir cela fait parti du processus de maturité d’une personne et d’un croyant, et c’est ce qui contribue à rendre le mariage si beau et si spécial.

Alors que tu cherches quelqu’un avec qui servir Dieu dans le mariage, construis sur autre chose que seulement ce qui pourrait faire quelques rencards sympas ou être impressionnant aux yeux du monde.

L’attirance biblique

Que faire maintenant ? Est-ce que je dis que l’alchimie et l’attirance n’ont pas leur rôle quand on choisit avec qui se marier ? Non. Être fidèle à la Bible requiert-il que chacun se marie avec la plus pieuse et la plus repoussante personne qu’il puisse trouver ? Bien sûr que non !

Dans sa bonté, Dieu ne nous nourrit pas seulement, il nous a accordé une grande variété d’aliments, qui non seulement nous nourrissent mais qui ont aussi bon goût. De la même façon, Dieu nous a fait don de l’attirance physique, de l’alchimie et du plaisir pour rendre le mariage et son intimité si unique aussi doux pour nous. Ceci est bon et juste.

Savoure ces choses mais n’en sois pas esclave. Désire les, mais aie une idée juste de ce que ces mots signifient dans un monde déchu, et sur le rôle limité qu’ils doivent avoir sur l’une des décisions les plus importantes de ta vie. Rappelle-toi, les films ne sont pas la réalité, et ils ne sont pas la norme. Ce n’est pas que l’attirance ne fasse pas de différence, mais elle ne doit pas faire la différence.

Mais alors qu’est ce qui devrait faire la différence ? La Bible parle des caractéristiques des hommes et des femmes qui plaisent à Dieu. Ce sont des éléments que le Seigneur lui-même considère comme « attirants ».

Ton conjoint potentiel croit-il clairement en Jésus (2 Corinthiens 6.14) ? Manifeste t-il les fruits de l’Esprit (Galates 5.22-23) ? Montre t-il clairement de l’estime et de l’attention envers les autres ? Montre t-il un amour pour Dieu évident dans sa manière de gérer son temps, dépenser son argent, et dans sa façon d’interagir avec les autres ?

Femme, cet homme est-il un homme que tu respectes ? Peux-tu t’imaginer le suivre dans les différentes étapes de votre vie à deux ? Crois-tu qu’il prendra soin de toi et de tes enfants ? Va-t-il te servir avant lui-même et encourager ta croissance spirituelle, comme il est appelé à le faire ? Grandit-il selon le modèle masculin de la Bible?

Homme, crois-tu que cette femme sera une chrétienne fidèle, une épouse qui plaise à Dieu,  et une bonne mère et éducatrice pour vos enfants, si Dieu vous en fait le don ? Grandit-elle selon le modèle féminin de la Bible et dans ce que la Bible appelle la « vraie beauté »?

Oublie les contes de fées

Le point de vue de mon ami n’est pas rare et ce n’est pas au mauvais type. Il ne se serait pas marié avec une femme qui aurait satisfait sa liste de critères mais qui ne soit pas croyante. Il tenait en estime la piété, il demandait juste la piété et une adéquation totale avec ses critères. C’est ici qu’une subtile dose d’égoïsme s’est insinuée.

Si cela avait été l’approche de Jésus dans son amour, toi et moi serions toujours dans nos péchés.

Oublie les contes de fée. Glorifie Dieu dans la manière dont tu choisis un conjoint. Laisse l’inventeur de l’attirance et de la beauté reformer tes pensées et ton mariage sera riche.

 

Article traduit avec autorisation, merci Luc !

Digiqole ad

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *