Le livre du mois : « De Colmar à Kaboul » de Ariane Geiger Hiriart   

Synopsis

L’auteure, Ariane, raconte son enfance, sa rencontre avec Jacques et l’enfance heureuse de Franck, leur fils. Quand celui-ci décède du cancer à ~10 ans, Ariane souhaite mourir, mais finit par conclure un accord avec son mari : faire une recherche spirituelle et tenter de savoir s’il y a une vie après la mort. Au fil de leurs rencontres, ils vont trouver Dieu puis Jésus, et lui donner leurs vies. En travaillant dans une ONG, le couple fini par arriver à Kaboul, où l’ethnie Hazara est la cible principale des talibans. Ils s’engagent à améliorer leur vie et fondent leur propre ONG : Le Pélican.

Pourquoi c’est utile de le lire

A la recherche de projets pour servir Dieu, le couple laisse toute la place au St Esprit et aux versets pour influencer leurs cœurs et leur trajectoire de vie. Le lecteur peut être inspiré par leur sagesse à Kaboul, où leur survie et la réussite de leurs projets – visant à offrir de la nourriture, une éducation et du travail à des familles abandonnées par leur propre gouvernement – ne dépend que de Dieu. Face aux difficultés, Jacques répond : « Restons calmes et confiants : la bénédiction est aussi en chemin. Tu sais bien que le Pélican n’est pas le projet de Jacques et Ariane, mais celui du Seigneur. C’est lui, le patron et c’est lui qui tient la boutique. […] Lisons la Bible. » (p.193)

Pour quel(s) lecteur(s)

Il n’y a pas besoin d’être soi-même missionnaire ou d’avoir perdu un enfant pour tirer quelque chose de cette lecture. Dieu veut utiliser chaque vie comme elle est pour sa gloire et y déverser son amour. A tout âge, on apprend dans ce livre à réagir face à la douleur qui survient dans notre vie ou dans celle d’autrui ; et on apprend à se reposer sur la toute-puissance de Dieu et sa connaissance lorsque tous nos projets s’écroulent.

Ma conclusion

C’est l’histoire d’un couple qui vit chaque instant les yeux fixés sur Dieu et l’espérance après la mort ; et ça, ça change leur vie.

 

 

Digiqole ad

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *