Décourages-tu ton pasteur ?

Mardi, 14h. Je prends le café avec une amie, qui se trouve être la femme de mon pasteur. Je prends des nouvelles de son mari. « Il était un peu fatigué et déprimé hier, mais ça va mieux aujourd’hui ». « Déprimé ? parce qu’il a beaucoup travaillé pour dimanche ? ». Il faut dire que cela fait de nombreux dimanches consécutifs qu’il prêche, (sur Job !) et qu’il assume de bien nombreuses autres responsabilités dans notre église locale.  « Non, plutôt parce qu’il a peu de retours sur son travail. Ça le fait douter qu’il est utile en tant que pasteur, que son travail vaut le coup.  C’est assez fréquent cette déprime du lundi chez les pasteurs tu sais ».

Je ne savais pas, et ça m’a bien peiné. Parce que je sais quel zèle et quel amour du Seigneur anime mon pasteur. Il persévère dimanche après dimanche à étudier la parole avec humilité, à nous l’exposer avec courage et clarté et à prendre soin de nous. Et son travail m’aide beaucoup dans ma vie. Ça m’arrive de le remercier, oralement ou par texto pour sa prédication. Mais j’ai réalisé que mon silence pouvait être décourageant, lorsqu’il s’ajoute au silence de mes autres frères et sœurs de mon assemblée.

APPELES A L’ENCOURAGEMENT MUTUEL

Je sais que nous n’avons pas une culture de l’encouragement en France. Ça ne nous est pas très naturel. Si nous sommes honnêtes, nous avons tous un peu peur que notre interlocuteur prenne la grosse tête si nous lui faisons un compliment. Mais en tant que chrétiens, nous sommes vraiment appelés à nous encourager mutuellement dans la foi, pour persévérer ensemble (1 Th 5.11, Hb 3.13). Cela n’exclut pas ceux qui sont sur la scène, qui ont tout autant besoin d’être soutenu.

Et qu’entendons-nous au juste par le terme « encourager » ? Pour simplifier, on va dire qu’il y a deux types d’encouragement : l’encouragement fondé sur la parole de Dieu, et l’encouragement fondé sur le fait de voir l’œuvre de Dieu dans la vie de l’autre. C’est de ce deuxième type d’encouragement en particulier que je veux parler.

DIGNE D’UN HONNEUR

Dans la Bible, Paul parle à Timothée, un jeune pasteur, de la gestion de l’argent dans l’église. Il précise que ceux qui enseignent et prêchent doivent recevoir un « double honneur » (1 Tim 5.17). Si ceux qui nous enseignent sont dignes de recevoir un salaire largement généreux, à combien plus forte raison sont-ils dignes de recevoir nos paroles d’encouragement ? Paul montre simplement que le job d’enseignant de la Parole est un job digne de respect et d’honneur.

PARLER AUX HOMMES ET A DIEU

A de nombreuses reprises, Paul encourage les chrétiens des églises qu’il avait fondé. Comment s’y prend-il ? Il ne leur dit pas :« les gars, vous êtes vraiment TROP forts ». Il leur dit : « Je rend grâce à Dieu qu’il vous rende si fort dans la foi/votre amour/votre unité… ». Si vous regardez de près, il le dit aux Romains (Rm 1.8) aux Corinthiens (1 Co 1.4), alors même qu’il leur fait également un max de reproches ! aux Ephésiens (Ep 1.16), aux Philippiens (Ph 1.3-5), aux Colossiens (Col 3.5) et aux Thessaloniciens (1 Th 1.2-3). Paul n’encourage pas seulement des églises de cette manière, il encourage une personne en particulier, Timothée (1 Tim 3.3-5). Et Philémon s’exprime de la même façon (Ph 1.4-5). Paul remercie Dieu de ce qu’il fait dans la vie de quelqu’un. Il encourage le cœur de l’homme et bénit Dieu en même temps. Du deux en un 😊

Alors je t’encourage à prendre avec moi une nouvelle habitude. A la fin du culte, demande-toi ce qui t’a marqué, touché, ce que tu as découvert dans l’enseignement que tu as entendu, et va voir ton pasteur pour le lui dire, ou envoie-lui un petit mail/texto. Et quand tu vois des fruits des enseignements que tu as reçu dans ta vie, partage-le avec lui. Tu rends gloire à Dieu et tu motives ton frère en Christ ainsi.

 

Digiqole ad

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *