L’encouragement d’Apocalypse pour l’Église

Depuis plusieurs semaines, je redécouvre la beauté de la relation entre Christ et Son Église au travers de la lecture de l’Apocalypse. Les trois premiers chapitres révèlent puissamment ce que signifie le titre de « Chef suprême de l’Église » donnée à Jésus-Christ par Paul dans la lettre aux Éphésiens.

[Dieu] a tout mis sous ses pieds et il l’a donné pour chef suprême à l’Église qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous. Éphésiens 1.22-23

Le livre s’adresse autant aux églises du premier siècle qui vivent la persécution qu’aux chrétiens d’aujourd’hui. Il est écrit comme un encouragement pour ces destinataires en ce qu’il dévoile la victoire de Christ sur la mort et sur Satan. Les trois premiers chapitres, sur lesquels je vais m’arrêter ici, dressent premièrement le portrait de Jésus, éternel, souverain et victorieux sur le mal. Ils rassemblent ensuite sept lettres envoyées respectivement à sept églises du premier siècle.

 

Christ la plénitude de celui qui remplit tout en tous

Chacune des lettres s’ouvre par une salutation et une présentation de Jésus, et dans chacune d’elles Christ se présente en fonction de la situation de l’église. À l’Église de Smyrne dont certains membres avaient été mis en prison ou fait martyrs, Christ se présente comme « le premier et le dernier, celui qui était mort et qui est revenu à la vie » (Apocalypse 2.8). À l’Église de Pergame qui se laissait séduire et compromettre par de faux enseignements, il s’adresse comme « celui qui tient l’épée aiguë à deux tranchants » (Apocalypse 2.12). L’épée représente la Parole de Dieu, la Parole de Vérité devant laquelle rien ne reste caché (Hébreux 4.12-13). À l’Église de Laodicée que l’intérêt pour les richesses terrestres rendait hypocrite et tiède, Christ s’approche en tant que « l’Amen, le témoin fidèle et véritable » (Apocalypse 3.14).

La perfection de Christ et de son sacrifice est autant ce qui dévoile les péchés des églises que la solution à leurs manquements. Personne n’est plus digne d’être le chef de l’Église.

 

L’encouragement pour l’Église

Cette révélation faite aux chrétiens du premier siècle s’adresse aussi à nous ! Le chiffre sept, symbole de la plénitude de Dieu nous montre que les sept églises choisies sont aussi l’image de l’Église dans sa globalité. Le message qu’elles reçoivent se termine d’ailleurs à chaque fois par la phrase : « que celui qui a des oreilles écoute ce que l’Esprit dit aux Églises ».

Aujourd’hui soit encouragé par cette révélation de Christ qui habite et tient, dans sa main, son Église. En s’adressant à chacune d’elle, il répète « je connais tes œuvres » ! Notre chef suprême sait ce que sont nos circonstances et il voit bien au-delà. Un retour au premier chapitre de la lettre aux Éphésiens nous encourage :

Christ est assis à la droite de Dieu dans les lieux célestes « au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute souveraineté et de tout nom qui peut être nommé, non seulement dans le monde présent, mais encore dans le monde à venir ». Éphésiens 1.21

 

Digiqole ad
Clara B

Clara B

23 ans, sauvée par grâce. Je suis étudiante à Sciences Po et membre d’Agapé Campus Lyon.

Voir tous ses articles →

Tu devrais aussi aimer...

1 Commentaire

    Avatar
  • J’ai me

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *