Pourquoi commencer un Groupe de Croissance ? Qu’est-ce que j’ai à y gagner ?

Pourquoi commencer un Groupe de Croissance ? Qu’est-ce que j’ai à y gagner ?

J’ai commencé mon premier Groupe de Croissance il y a environ un an en 2019. Durant cette dernière année, j’ai vu Dieu utiliser cet outil pour me faire grandir. Voilà pourquoi je viens vous partager ma petite expérience pour vous encourager à en débuter un au plus vite.

Il y a un an quand on a commencé notre Groupe de Croissance, un des responsables du groupe de jeunes de mon Église nous a conseillé de lire « Une Bible, du café, des disciples » de Neil Cole pour avoir une idée plus claire et précise des groupes de croissance. Regardons un peu plus en détail ce qui est expliqué dans ce livre.

Qu’est ce qu’un Groupe de Croissance (GdC)?

Neil Cole l’explique de cette manière : c’est un groupe de « deux ou trois hommes ou femmes, qui se réunissent chaque semaine pour parler de l’impact de Dieu dans leur vie par le moyen de sa Parole ».
Dans mon groupe, au départ nous étions deux. Aujourd’hui, nous sommes trois. Et lorsque notre groupe arrivera à quatre personnes, alors on se divisera et on recommencera à se multiplier. En effet, on est plus à l’aise pour confesser nos péchés, partager nos problèmes, nos luttes, nos sujets de prières en petit groupe. Aussi, le groupe n’a ni besoin de programme, ni de leader. Ce n’est pas une formation théorique, mais un groupe pour croître dans notre intimité avec Dieu.

Les GdC répondent à l’appel de faire des disciples de Matthieu 28.19-20 : « Allez faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

3 tâches accomplies dans le GdC :

  • Confesser ses péchés entre filles ou entre gars : redevabilité mutuelle entre les membres du groupe.
  • Lecture de la Bible de manière régulière, environ 4-5 chapitres par jour. Par exemple, dans notre groupe, en ce moment, chacun lit la section d’Ésaïe du chapitre 56 à 66 plusieurs fois pendant la semaine, au nombre de 4 chapitres par jour, et ensuite on se retrouve pour en parler.
  • Prière pour nos familles/amis non chrétiens et pour les membres du groupe.

Pourquoi commencer un Groupe de Croissance ?

Le but de la vie en Christ est que Dieu transforme notre cœur et que l’on grandisse dans notre foi. Cela implique de dire non au péché et de louer Dieu. La Bible nous encourage à le faire ensemble dans l’Église locale.
« Prenez garde, frères, que quelqu’un de vous n’ait un cœur mauvais et incrédule, au point de se détourner du Dieu vivant. Mais exhortez-vous les uns les autres chaque jour, aussi longtemps qu’on peut dire : Aujourd’hui ! afin qu’aucun de vous ne s’endurcisse par la séduction du péché » Hébreux 3.12-13.

Dans ce sens, voici 4 fruits du GdC :

  1. C’est formateur dans notre vie de disciple : on vit la communion fraternelle et on s’encourage. Les hauts et les bas nous font progresser, c’est comme ça qu’on apprend à vivre pour Christ tous ensemble.
  2. On grandit dans notre connaissance de Dieu : en lisant 4-5 chapitres par jour, on parcourt la Bible de long en large, et on découvre et redécouvre les attributs merveilleux de notre Dieu.
  3. On se détourne de soi, pour plus écouter et aider l’autre : nous sommes souvent focalisés sur nous-mêmes, nos problèmes, notre vie. Le GdC nous demande de porter notre attention sur notre frère ou notre sœur. En étant à l’écoute, on peut mieux l’aider, prier pour lui (ou elle) et porter son fardeau.
  4. On apprend l’humilité : parler de nos luttes, de nos péchés, de nos problèmes coûte. Au début c’est dur, mais qu’est ce que c’est édifiant ! Comment pouvons-nous être pardonnés si nous ne demandons pas le pardon? Comment être saint si nous ne sommes pas conscients de notre péché ? Voir notre péché peut être accablant, mais cela doit nous encourager à prier et à compter sur la grâce de Dieu.

S’engager dans un GdC est difficile, mais ça en vaut le coup. Dans mon cas, j’ai réalisé combien il est dur de partager ses luttes et d’être honnête sur l’état de son cœur. J’aime afficher que tout va bien, que je n’ai pas tant de problèmes que ça. Et c’est là tout l’enjeu de la croissance spirituelle. Dieu me met face à la réalité de mon cœur et m’apprend à m’humilier devant lui. J’ai appris et j’apprends toujours à vraiment vivre l’Église de façon authentique en luttant avec des sœurs contre nos péchés, et en nous encourageant dans nos cultes personnels.

Questions sur les GdC :

Comment continuer/débuter le GDC pendant le confinement?

Grâce à la simplicité du GdC, avec les filles on a continué même pendant un confinement. Ce n’est certes pas pareil, mais nous ne voulions pas faire une si grosse pause dans nos rencontres. Avec l’arrêt des rencontres physiques dans mon Église l’ECE Grenoble, le GdC a été pour moi une vraie source d’encouragement.

Mais comment faire ? On peut s’appeler par différentes plateformes de communication (téléphone, WhatsApp, Facebook, Zoom, Discord, … ) Vous pouvez mettre la caméra ou non, peu importe, mais ce qui est important c’est de garder le contenu des échanges (redevabilité). Nous sommes une génération qui baigne dans les réseaux sociaux, utilisons-les pour continuer à s’exhorter et à grandir dans notre foi.

4-5 chapitres par jour, c’est pas un peu beaucoup?

Je me suis moi-même posé cette question. Au début, avec mon groupe de croissance, nous ne lisions pas autant. Nous avions, je pense, peur de ce challenge. Mais après des semaines où nous ne faisions pas de progrès, on s’est toutes les deux jetées à l’eau. Et même si 4 à 5 chapitres par jour peuvent paraître beaucoup, c’est incroyablement formateur. Nous sommes vraiment nourris par la Parole. En effet, le but n’est pas de l’étudier en détail mais de permettre à notre esprit de se nourrir de celle-ci et de l’appliquer à notre vie.

Que faire quand on ne comprend pas un passage de la Bible?

Il y aura forcément des passages qui seront plus compliqués à comprendre que d’autres. Je vous conseille déjà de partager avec les membres de votre groupe votre incompréhension. L’un d’entre eux aura peut être la réponse à votre question.

Sinon, les commentaires bibliques ou même les bibles d’études peuvent être d’une grande aide pour comprendre le contexte et le message de l’auteur. Personnellement, j’utilise énormément la chaîne Youtube The Bible Project. Ils font des vidéos animées qui passent en revue chaque livre de la Bible en expliquant le contexte et le message. Si vous n’aimez pas vraiment lire des commentaires bibliques, c’est un moyen ludique pour mieux comprendre un livre.

Comment démarrer un GdC dans mon Église ?

Comme nous le dit la Bible : « Le salut est dans le grand nombre de conseillers » Proverbes 11.14.
Parles-en avec les responsables de ton groupe de jeunes ou de ton Église afin qu’ils puissent t’aider à trouver des personnes intéressées. Tu peux aussi, de ton côté, essayer de penser à des personnes qui seraient motivées à commencer cette aventure avec toi.

Enfin, chaque GdC sera différent et s’adapte aux membres du groupe.

Tout cela pour dire que ces groupes sont aussi flexibles et adaptables. Maintenant, il ne te reste plus qu’à te lancer!

 

Retrouve plus d’infos sur les GdC en suivant ce lien

Digiqole ad

Zoé S

Baptisée depuis juin 2019, Zoé est engagée en tant moniteur de club du dimanche à l'ecegrenoble.  Elle aime voyager, lire, le sport, et la cuisine. Etudiante en psychologie, elle est passionnée par ce domaine d’étude.

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *