Le livre du mois : « La liberté dans l’oubli de soi » de Timothy Keller

Le livre du mois : « La liberté dans l’oubli de soi » de Timothy Keller

En s’appuyant sur la lettre de Paul aux Corinthiens, Timothy Keller s’intéresse aux marques d’un cœur véritablement humble, radicalement transformé par la grâce de Dieu. Il dirige nos regards sur l’humilité de Jésus Christ à laquelle tout croyant est appelé.

La véritable humilité n’est pas, comme l’affirme aujourd’hui la société, une faible estime de soi-même mais bel et bien l’oubli de soi. Et à la suite de Paul, l’auteur nous invite à trouver dans l’oubli de soi la véritable liberté et le repos divin.

Comment parvenir à cette liberté, à ce changement profond qui modifie toute notre vie intérieure ? Timothy Keller nous propose de réfléchir avec l’Eglise de Corinthe à ce que Paul révèle de la condition naturelle de notre ego, de l’opinion de soi qui peut être transformée et de la manière d’y parvenir.

 

La condition naturelle de l’ego humain

Le mot utilisé par Paul pour parler d’orgueil ou de fierté signifie littéralement « être trop gonflé, enflé, distendu ». Cette image nous montre que la condition naturelle de notre ego est vide, douloureuse, affairée à remplir sans cesse le vide en se comparant aux autres et en se vantant.  L’ego humain naturel est éternellement insatisfait, jamais assouvi, insatiable et ainsi fragile.

 

L’opinion de soi transformée

Mais Paul nous rappelle qu’en tant que chrétien, mon estime et mon identité ne dépendent pas des autres ni de moi-même mais seulement du Seigneur. Mes péchés, mes échecs et mes accomplissements ne sont pas liés à mon identité ; je n’ai besoin ni d’honneur ni de reconnaissance mais je n’en ai pas peur. Je suis heureux de voir la chose accomplie sans me soucier d’en être l’auteur ou l’admirateur. Je suis véritablement humble sans me surestimer ou me sous-estimer mais simplement en étant moins centré sur moi-même.

 

La manière d’obtenir une opinion de soi transformée

J’accède à cette opinion de moi transformée lorsque je réalise que seul compte l’opinion du Seigneur et que son verdict -avant même toutes performances- est déjà rendu.  Jésus est allé au tribunal à notre place et par la foi, Dieu nous impute la performance parfaite de Christ. Comme il l’a dit à son Fils, il me le déclare aujourd’hui : « Tu es mon Fils bien-aimé ; je mets en toi toute ma joie ». Le procès est maintenant clos, « il n’y a plus de condamnation pour ceux qui sont unis à Jésus ».  Et c’est à cette liberté, décentrée de soi-même, que nous sommes toi et moi, appelés à vivre.

 

C’est court, c’est clair, c’est frappant, c’est édifiant… On t’encourage à lire ce livre !

Jeanne.G

Jeanne, 21 ans, étudiante à Lyon. Sauvée par Sa grâce, Libérée pour Sa Gloire.

Tu devrais aussi aimer...

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *